Home Xbox one Aliens : Dark Descent, une critique du jeu de stratégie basé sur la saga cinématographique.

Aliens : Dark Descent, une critique du jeu de stratégie basé sur la saga cinématographique.

0
Aliens : Dark Descent, une critique du jeu de stratégie basé sur la saga cinématographique.


La relation controversée entre les Xénomorphes et les vidéo a donné naissance à un de impitoyable mais atmosphérique de type XCOM : la critique d' : Dark Descent.

Aliens : Dark Descent, la critique du jeu de stratégie basé sur la saga cinématographique.

Même avec tout son charme et sa proximité avec les dynamiques d'action qui font fureur sur le marché du jeu vidéo, la série Aliens ne peut malheureusement pas s'enorgueillir d'une longue liste de transpositions sans faille. En fait, il y a plus de productions qui laissent à désirer que celles qui ont réussi, d'une manière ou d'une autre, à traduire au mieux l'esprit de la saga .

Un honneur mais aussi un fardeau que d'assumer cette propriété intellectuelle, en somme, et les gars de… Tindalos Interactive en étaient probablement bien conscients lorsqu' ont pensé à faire une stratégie en temps réel dans la lignée de XCOM : violente et impitoyable comme les Xénomorphes, mais en même temps capable de porter à l'écran l'atmosphère d'Aliens : Final Clash.

S'agit-il donc d'un score parfait de la part de l'équipe de développement française ? Pas vraiment : nous vous expliquons dans la rubrique compte-rendu de Aliens : Dark Descent. Et désolé pour le retard.

L'histoire d'Aliens : Dark Descent

Aliens : Dark Descent, Maeko Hayes fait une terrible découverte.

Aliens : Dark Descent, Maeko Hayes fait une terrible découverte

Une vingtaine d'années après les événements de la trilogie Aliens, un vaisseau laisse une partie de sa cargaison à bord de la station spatiale Pioneer, qui consiste apparemment en des conteneurs scellés à l'intérieur desquels sont piégés… Les xénomorphes toujours en vie. Cependant, quelqu'un a trafiqué les systèmes et a provoqué l'ouverture des capsules, ce qui a rapidement transformé l'installation en un enfer de sang et de Facehugger pour les personnes à bord.

Maeko Hayes, administratrice adjointe de la station, se retrouve donc à vivre un véritable cauchemar et est contrainte de prendre des décisions drastiques, en activant sous la suggestion d'un Synthétique (toujours eux !) le Protocole Cerbère : un système de sécurité visant à détruire tous les vaisseaux ayant été en contact avec le Pionnier afin de… empêcher la propagation de l'infestation.qui, cependant, est maintenant en place sur la planète Léthé ci-dessous.

Sur le point d'être tuée par les Xénomorphes, comme cela est arrivé au reste de l'équipage, Maeko est sauvée au dernier moment par une patrouille de… Marines coloniaux dont le capitaine est le sergent Jonas Harper et qui vient de l'USS Otago, l'un des vaisseaux touchés par les mesures du Pionnier et qui s'est écrasé de façon désastreuse à la surface de Lethe, incapable de reprendre son vol.

D'abord réticente à révéler à Harper que c'est elle qui a activé le protocole Cerberus, Hayes se met à la disposition de sa nouvelle équipe pour… coordonner à distance les efforts de sauvetage des Marines, qui n'ont apparemment pas l'intention de rester les bras croisés alors que les habitants de la colonie sont massacrés par des hordes d'extraterrestres hostiles. Pourra-t-elle se racheter et déjouer cette terrible menace ?

Aliens : Dark Descent, un Xénomorphe enragé

Aliens : Dark Descent, un Xénomorphe enragé

Caractérisé par un histoire Convaincante et bien narrée par ses interprètes, bien qu'affaiblie par un compartiment technique qui montre toutes ses limites lors des séquences d'interlude, arborant des graphismes très datés en termes de géométries, d'effets et d'animations, la d'Aliens : Dark Descent apparaît solidement ancrée dans l'univers et les atmosphères d'Aliens, et c'est sans doute un mérite important pour le titre de Tindalos Interactive.

Structure

Aliens : Dark Descent, composition de l'équipe

Aliens : Dark Descent, composition de l'équipe

Aliens : Dark Descent est un jeu de stratégie au tour par tour qui doit sans doute beaucoup à la série XCOM, notamment en ce qui concerne le cadre hardcore qui, dès le niveau de difficulté normal, nous confronte à des situations particulièrement compliquées ; et pour l'élément de… mort permanentece qui affecte encore plus la tension générale de nos expéditions : perdre un marine est un coup dur, perdre un marine développé et responsabilisé l'est encore plus.

Lire aussi :  The Bookwalker : Thief of Tales, le compte-rendu

Au cours de la campagne, composée de treize chapitres pour un. durée totale qui varie également beaucoup en fonction du nombre de game-overs et de tentatives répétées pour terminer les missions, mais qui s'élève généralement à une quinzaine d'heures (ce qui est peu pour un titre de ce genre), nous pourrons explorer une poignée de cartes différentes et remplir divers objectifs de manière relativement libre.

Aliens : Dark Descent, l'écran à partir duquel on accède aux différentes options.

Aliens : Dark Descent, l'écran à partir duquel on accède aux différentes options.

Nous pourrons en effet nous consacrer aux différentes… missions disponibles dans l'ordre que nous préférons, en déplaçant le groupe de Marines coloniaux autour du scénario pour éliminer les menaces éventuelles, récupérer les données et les matériaux, ou sauver les survivants que nous pourrons recruter plus tard. Cependant, si à un moment donné nous nous retrouvons à court de munitions ou d'énergie, nous pouvons monter à bord du TTB et extraire l'escouade plus tôt et revenir plus tard.

L'icône véhicule blindé, qui est transporté sur le terrain par un vaisseau spatial comme dans Aliens : Final Clash, ne peut pas être contrôlé directement, mais peut seulement recevoir l'ordre de se déplacer d'un point précis de la carte à un autre. Cependant, il est toujours préférable de ne pas le tenir trop éloigné, car ses canons automatiques sont une aubaine lorsque des hordes d'ennemis décident d'attaquer à découvert.

Aliens : Dark Descent, APC vous apporte son soutien dans la mesure du possible.

Aliens : Dark Descent, APC apporte un grand soutien là où c'est possible

Cependant, nous parlions de laextraction précoceCompte tenu du niveau de défi du jeu, pendant les premières heures, il peut s'avérer être une tactique intelligente de rassembler des ressources et des améliorations avant de s'attaquer aux missions les plus difficiles et les plus risquées, avec la possibilité de revenir ensuite sur la même carte pour remplir les objectifs restants tout en profitant d'un groupe plus rusé et mieux équipé.

Gameplay

Aliens : Dark Descent, tir de couverture

Aliens : Dark Descent, feu de couverture

Sur le jeu Les points de contact entre Aliens : Dark Descent et le XCOM susmentionné sont assez évidents, avec le réglage de la difficulté hardcore et l'élément de la mort permanente caractérisant fortement notre approche de la stratégie en temps réel mise en place par Tindalos Interactive.

Il y a sans aucun doute quelques particularités, voir par exemple le tir automatique, la mécanique de la furtivité et le fait que l'équipe soit gérée comme une seule entité, également en termes de munitions et d'actions spéciales, ce qui empêche cependant d'utiliser librement et précisément les compétences de chaque marine ; surtout pendant les phases les plus agitées, lorsque les Xénomorphes arrivent par vagues et qu'il devient nécessaire d'ouvrir le menu des manœuvres supplémentaires pour ralentir le temps et sélectionner l'outil que l'on souhaite utiliser pour se défendre de la meilleure façon possible.

Aliens : Dark Descent, gestion de la lumière pendant les phases d'exploration.

Aliens : Dark Descent, gestion de la lumière pendant les phases d'exploration

C'est pourtant à ces moments-là que la profondeur tactique du jeu émerge, bien qu'il trébuche dans un…interface qui comporte un peu trop d'arêtes et n'est pratique qu'avec la souris et le clavier, alors qu'avec la manette (et donc sur consoles) on tombe sur des combinaisons de touches bizarres et malheureuses (la dorsale pour sélectionner l'action alors qu'on appuie sur la gâchette droite pour garder le menu ouvert ?), créant souvent beaucoup de confusion au moment où il faudrait être rapide et efficace.

La suite est un peu un parcours du combattant, car d'une part, le. scénarios ne sont pas nombreux et présentent des atouts souvent similaires, mais des bonus tels que la possibilité de souder une porte coulissante et peut-être de créer un abri temporaire pour se reposer, ou le détecteur de mouvement omniprésent, montrent clairement à quel point les développeurs se sont inspirés de manière approfondie et convaincante de la mythologie d'Aliens et des particularités de son univers rétro-futuriste.

Lire aussi :  Super Mega Baseball 4, la critique

Aliens : Dark Descent, une lutte contre le feu

Aliens : Dark Descent, une fusillade

Le plus important, cependant, est de savoir comment la question du défi et de la mort permanente ont été mises au service de la… tension et de l'atmosphère, car sachant que les enjeux sont si importants, les séquences d'exploration dans les couloirs sombres d'une colonie apparemment abandonnée, en visant les faisceaux des torches pour découper l'obscurité quand c'est possible, parviennent à générer une dose non négligeable d'effroi.

Ainsi, le pépins glitches qui hantent également l'expérience et la rare variété d'ennemis que nous affronterons, un aspect qui est également lié aux matériaux de référence et par rapport auquel les gars de Tindalos Interactive ont évolué avec beaucoup de prudence, introduisant de nouvelles figures mais toujours avec une grande attention à la licence.

Réalisation technique

Aliens : Dark Descent, Hayes et Harper

Aliens : Dark Descent, Hayes et Harper

Reconnaissons que le genre du jeu de stratégie n'est pas connu pour ses graphismes époustouflants et que la vue isométrique a tendance à écraser, littéralement, toute tentative de mise en valeur de certains éléments.Il n'est donc pas surprenant que sur le plan purement esthétique, Aliens : Dark Descent… n'est pas un titre magnifique.

Malheureusement, comme nous l'avons déjà mentionné, le valeur de production du jeu semble faible. et montre ses limites précisément là où l'on aurait pu pousser plus loin, à savoir dans les séquences interludes : les modèles polygonaux sont assez datés et les animations généralement médiocres, bien qu'un effort supplémentaire ait été fait à cet égard pour les Xénomorphes.

Aliens : Dark Descent, plus de jeux d'ombre et de lumière

Aliens : Dark Descent, plus de jeux d'ombre et de lumière

Absurdement, c'est le système d'éclairage pour jouer un rôle majeur, et ainsi errer dans les couloirs des différentes colonies avec notre torche se transforme en une expérience atmosphérique, bien que technologiquement loin d'être sophistiquée. Ce qui est d'autant plus décevant lorsqu'on regarde les performances sur PC, car les 60fps en 4K et les préréglages Ultra ont tendance à vaciller sur une RTX 4070, et la prise en charge de technologies telles que DLSS et FSR est absente, remplacée par un simple scaler en pourcentage.

Essentiel pour l'atmosphère et la tension, le compartiment audio reproduit fidèlement les sons typiques de la saga cinématographique, des tirs de l'emblématique fusil à impulsion à ceux des lance-flammes, du ‘bip' du détecteur de mouvement aux cris effrayants des Xénomorphes, assaisonnant le tout de dialogues bien joués en anglais (avec sous-titres italiens) et d'une bande-son qui s'avère toujours adéquate.

Configuration requise pour PC

Configuration du test

  • Processeur : Intel Core i5 13500
  • Carte vidéo : NVIDIA RTX 4070
  • Mémoire : 32 GB RAM
  • Système d'exploitation : Windows 11

Configuration minimale requise

  • Processeur : Intel Core i3 6100, AMD FX 6300
  • Carte vidéo : NVIDIA GTX 960, AMD R9 380
  • Mémoire : 8 Go de RAM
  • Stockage : 60 Go requis
  • Système d'exploitation : Windows 10, Windows 11

Exigences recommandées

  • Processeur : Intel Core i7 9700K, AMD Ryzen 7 1800X
  • Carte vidéo : NVIDIA RTX 2060, AMD RX 5600 XT
  • Mémoire : 16 GB RAM
  • Stockage : 60 Go requis
  • Système d'exploitation : Windows 10, Windows 11

Conclusions

Version testée PC Windows

Livraison numérique

Vapeur,

PlayStation Store,

Store

Prix
39,99

Aliens : Dark Descent est un jeu de stratégie méchant et impitoyable, tout comme les Xénomorphes : ces caractéristiques sont utilisées pour construire un sentiment continu de tension pendant les phases d'exploration, qui se déroulent strictement dans l'obscurité des colonies abandonnées, et c'est précisément à ce stade que le jeu sous licence de Tindalos Interactive s'avère avoir fait mouche. Certes, les limites importantes du compartiment technique, les performances peu inspirantes sur PC et un certain nombre d'aspérités au niveau de l'interface et des commandes laissent également un goût amer dans la bouche, mais si tu aimes les expériences de type XCOM et que tu es un fan d'Aliens, il n'y a vraiment aucune raison pour que tu n'apprécies pas ce titre.

PRO

  • La tension et l'atmosphère sont celles d'Aliens
  • Une foule de détails et de statistiques pour les puristes.
  • Bande son fidèle et épaisse

CONTRE

  • Techniquement très daté
  • L'interface, les contrôles et l'équilibrage induisent le blasphème.
  • En tant que jeu de stratégie, il n'est pas très long