Accueil News Apple pourrait être gracié par la Commission européenne dans le cadre du...

Apple pourrait être gracié par la Commission européenne dans le cadre du problème iMessage.

16
0


Le service de messagerie iMessage être exclu de la définition de plateforme gardienne, libérant Apple de l'obligation d'interopérabilité.

Apple pourrait être gracié par la Commission européenne sur la question d'iMessage.

sources citées par Bloomberg indiquent que la Commission pourrait décider de ne pas considérer iOS iMessage un plateforme de garde-barrièrequi libérerait ainsi Apple de l'obligation de rendre l'appli interopérable avec les plateformes de messagerie concurrentes.

Plusieurs entreprises, dont Google, Vodafone, Deutsche Telekom, Telefónica et Orange, ont demandé à évaluer l'appli de messagerie d'Apple, dans le but d'inclure le service dans la “liste de surveillance du marché” de la loi les marchés numériques, mais première enquête semble avoir abouti à un résultat en faveur de Cupertino.

Absence d'exigences

Tim Cook, PDG d'Apple, lors de récents entretiens avec des représentants de l'Union européenne.
Tim Cook, PDG d'Apple, lors de récents entretiens avec des représentants de l'UE

Le Loi sur les marchés numériques La loi européenne sur les marchés numériques (DMA) la législation qui régit les limites des plateformes pouvant exercer un contrôle sur le marché numérique.
Ces plateformes, si elles sont effectivement qualifiées, sont identifiées comme des ” gatekeepers “.
Devenir un gatekeeper implique de se conformer à certaines obligations.

Lire aussi :  Comme un dragon : Richesse infinie, une bande-annonce de gameplay montre des combats, des métiers et des invocations.

En ce qui concerne les applications de messagerie, la DMA précise que si une plateforme être qualifiée de gatekeeper, elle doit être rendue… interopérable avec les plateformes concurrentes..

Par exemple, un utilisateur de Telegram (qui n'est pas une plateforme de gatekeeper) devrait pouvoir communiquer avec un utilisateur utilisant WhatsApp (qui l'est).

Les désignations ayant eu lieu en septembre, la Commission européenne a lancé une enquête dont l'échéance est fixée à février 2024 pour déterminer si l'appli iMessage d'Apple est bien une plateforme gatekeeper, bien qu'elle soit actuellement en deçà du seuil de 45 millions d'utilisateurs actifs mensuels dans l'UE fixé par la DMA.

Il semblerait qu'Apple soit donc exonéré des obligations de la DMA en ce qui concerne iMessage, dans l'attente d'une décision sur iPadOS, qui fait l'objet d'une enquête distincte, de même que le navigateur Safari et la plateforme App Store.

Lire aussi :  LOVEVOOK sac à dos de voyage pour ordinateurs portables jusqu'à 17,3 pouces : réduction avec les offres Amazon Prime

Grâce accordée

Apple n'aura pas à répondre des mesures prises par l'UE concernant iMessage, mais le sort des autres systèmes faisant l'objet d'une enquête, comme iPadOS, n'est pas encore réglé
Apple n'aura pas à répondre des mesures iMessage de l'UE, mais le sort d'autres systèmes faisant l'objet d'une enquête, comme iPadOS, n'est pas encore résolu.

La récente décision d'Apple d'intégrer le protocole RCS utilisé sous Android dans l'appli Messages à partir de 2024 a peut-être eu une certaine influence sur le verdict.

Grâce à cette possibilité justement, les utilisateurs d'Android pourront . échanger des messages “enrichis”. (tels que des photos haute résolution, des accusés de lecture ou un partage de localisation) avec des groupes d'utilisateurs à l'aide de l'appli Messages sur iOS.

D'autres enquêtes visant à évaluer la conformité aux réglementations de la DMA sont actuellement en cours pour Bing, Edge et Microsoft Advertising et devraient être terminées d'ici février 2024.

Il convient de rappeler que, bien que le DMA soit entré en vigueur, les obligations réelles faisant l'objet de sanctions s'appliqueront à partir du mois de mars de l'année suivante.