Accueil Essais Arena Breakout, la critique – Multiplayer.fr

Arena Breakout, la critique – Multiplayer.fr

228
0


De grandes cartes, de nombreux adversaires et de précieux butins à extraire dans le de tir de type Escape from Tarkov de Tencent : la critique d' Breakout.

Arena Breakout, une critique du jeu de tir mobile de style Escape from Tarkov.

À quoi doit ressembler un jeu de tir mobile ? Il y a aucun doute des opinions différentes sur le sujet, mais généralement ce qui vient à l'esprit est expérience rapide, frénétique et immédiate un système de contrôle qui allie précision et simplicité.

Eh bien, nous avons eu l'occasion d'essayer le nouveau titre produit par Tencent et avons découvert qu'il ne correspond en fait à aucune de ces caractéristiques. Et donc, après avoir archivé un accès anticipé qui s'est avéré trop peu fréquenté pouvoir en tirer des conclusions, nous avons attendu l'ouverture des serveurs pour nous faire une idée aussi claire que possible de ce qu'il est vraiment. Arena Breakout.

Le sentiment, cependant, est resté le même : dans sa tentative d'apporter aux appareils iOS et Android une formule aussi proche que possible de celle d'Escape from Tarkov, le jeu a oublié de respecter certains concepts fondamentaux du jeu mobile : nous vous en parlons dans le… Arena Breakout Critique du jeu.

Structure : formule intéressante, mais…

Arena Breakout, la fouille des cadavres est incontournable.
Arena Breakout, la recherche de cadavres est indispensable

Le concept d'Arena Breakout est simple : sous le commandement d'un soldat créé grâce à un éditeur, nous serons recrutés de temps à autre au sein d'une escouade composée de trois éléments et envoyés sur une carte avec pour objectif d'éliminer les éventuels ennemis mais surtout de… collecter des armes et des objets de valeur.à extraire en te rendant dans les zones appropriées du scénario.

C'est le butin le nerf de la guerre : à la fois du point de vue de l'autonomisation personnelle, c'est-à-dire l'obtention d'un équipement que celui dont nous disposons ; et du point de vue de l'échange et de la revente, grâce à des mécanismes et des systèmes qui s'activent dès que le niveau 3 est atteint.

Malheureusement, en s'inspirant du film Escape from Tarkov mentionné plus haut, l'équipe de développement n'a pas pensé à introduire… les simplifications et automatismes appropriés. qui sont nécessaires dans un jeu mobile, pour toute une série de raisons. D'une part : si tu ouvrais le jeu pendant une pause de quelques minutes, tu ne pourrais même pas entrer dans le jeu, suspendu au milieu d'une des nombreuses explications sur la gestion de l'inventaire.

Ce dernier se présente probablement comme l'aspect le plus compliqué et le plus encombrant du jeu, caractérisé par une.interface qui est tout sauf immédiate, qui prend du temps à comprendre et à digérer. Des aspects basiques comme les munitions deviennent dans Arena Breakout quelque chose d'extrêmement cérébral, et pourtant il faut s'y faire sous peine de se retrouver sur le champ de bataille sans possibilité de se défendre.

Lire aussi :  Figment 2 : Creed Valley, le bilan
Arena Breakout, l'écran d'inventaire
Arena Breakout, l'écran d'inventaire

Le même pillagequi est au cœur de l'expérience, est alourdi par des temps d'attente inutiles pour ” examiner ” des objets inconnus au premier abord, qu'il faut ensuite placer dans le sac à dos ou en remplacement de l'équipement de base s'il s'agit de meilleures armes ou armures que celles dont on dispose à ce moment-là ; mais même là, la gestion de l'interface réaffirme son côté boisé, de concert avec la faible réactivité des commandes tactiles.

Autour de tout cela, il y a bien sûr les microtransactionsavec une énorme quantité de forfaits qui sont proposés de manière plus ou moins insistante sur l'écran principal encombré, débordant de notifications qui ne peuvent être désactivées que si l'on se laisse aller à quelques achats, qu'il s'agisse d'armes, de munitions ou simplement d'objets cosmétiques avec lesquels personnaliser notre avatar.

Gameplay : pas de tir automatique et le château de cartes s'écroule.

Arena Breakout, le tir manuel n'a de sens que dans ces situations.
Arena Breakout, le tir manuel n'a de sens que dans ces situations.

La lourdeur structurelle d'Arena Breakout, suffisante à elle seule pour décourager les utilisateurs moins enclins à la patience, n'est malheureusement pas le plus gros problème de cette production. Bien que les prémisses techniques du jeu soient excellentes, le système de contrôle doit faire face à la très grave absence de… tir automatique, ce qui entraîne toute une série d'inconvénients assez graves.

Au des années, nous en avons beaucoup parlé : dans un shooter mobile. il n'est pas logique d'utiliser un bouton de tir séparé.car lorsque nous encadrons un ennemi dans notre viseur, nous ne le faisons certainement pas pour le saluer ; et c'est d'autant plus vrai dans le cadre d'un titre où les munitions sont rares et vitales, les gaspiller en poursuivant l'adversaire à la volée est donc insensé.

Arena Breakout, de grands espaces mais peu d'ennemis
Arena Breakout, de grands espaces mais peu d'ennemis

Ce n'est pas tout : cette approche extrêmement désuète implique une adaptation de l'intelligence artificielle qui… transforme les unités hostiles en marionnettes statiques.incapables de se déplacer et de mettre en place des stratégies d'attaque un tant soit peu logiques, car il est évident que dans ce cas, nous n'aurions aucune chance de réagir en devant d'abord nous déplacer et viser, puis demander poliment à l'autre de ne pas bouger pendant que nous appuyons sur la gâchette.

Lire aussi :  Le dernier cas de Benedict Fox, la critique

Il va sans dire que le gameplay est considérablement appauvri et banalisé par une telle configuration, qui ne se prête qu'assez bien au tir à distance avec la visée de précision mais s'effondre comme un château de cartes dès que le contexte nous demande de mener un combat dynamique, au milieu des munitions gaspillées, des doigts qui se crispent et des jurons qui s'envolent haut dans le ciel.

Techniquement parlant

Arena Breakout graphiquement est solide mais en grande partie déjà vu.
Arena Breakout est graphiquement solide mais en grande partie déjà vu

Comme nous l'avons déjà mentionné, sur le plan purement technique, Arena Breakout est solide, avec toutefois un grand nombre de distinctions. Si en effet le cadre de la guerre moderne conditionne le genre du jeu de tir depuis plusieurs années, il va de soi que la grande majorité des actifs qui se déplacent à l'écran apparaissent génériques et largement déjà vus. De plus, la qualité se paie : dès les réglages moyens/hauts, le jeu a tendance à surchauffer même les appareils les plus modernes.

En bref, il n'y a rien du flamboiement graphique, du coup inattendu, de la personnalité que l'on retrouve dans des productions moins stéréotypées également sur iOS et Android ; et il en va de même pour le… sonavec ses dialogues en anglais qui expliquent, expliquent et expliquent des choses aux personnes qui pourraient vouloir passer ces minutes à jouer.

Conclusions

Version testée iPhone

Livraison numérique

App Store,

Google Play

Prix
Gratuit

Arena Breakout fait sienne une formule intéressante mais mal adaptée au contexte mobile, d'autant plus que les développeurs n'ont pas fait grand-chose pour optimiser les mécanismes et alléger la structure afin que l'expérience soit plus immédiate et digeste pour des utilisateurs souvent habitués à des shooters rapides et frénétiques auxquels ils peuvent aussi s'essayer lors d'une pause de quelques minutes. Au-delà de l'extrême lourdeur de l'interface, il y a aussi le péché mortel de l'absence de tir automatique, qui entraîne tout le gameplay dans sa chute, transformant les affrontements en une parenthèse aussi statique que frustrante entre un butin et un autre.

  • La formule a certainement sa raison d'être
  • Elle ne manque certainement pas de contenu
  • Techniquement solide, bien que générique.

CONTRE

  • Vraiment trop lent et encombrant
  • Pas de tir automatique, la jouabilité en souffre beaucoup.
  • Ne répond pas et surchauffe déjà à des paramètres moyens.