Home Xbox one Bye Sweet Carole, nous avons parlé de ce conte de fées d’horreur de Disney avec l’auteur Chris Darril.

Bye Sweet Carole, nous avons parlé de ce conte de fées d’horreur de Disney avec l’auteur Chris Darril.

0
Bye Sweet Carole, nous avons parlé de ce conte de fées d’horreur de Disney avec l’auteur Chris Darril.


Certains vieux contes de fées animés, y compris ceux de Disney, comportaient des moments vraiment terrifiants. Même en les revoyant aujourd'hui, certaines scènes donnent la chair de poule. Bien qu'ils aient été édulcorés par rapport aux versions littéraires, qui elles-mêmes avaient été soumises aux filtres de l'époque de leurs auteurs (pense au travail de collecte et de remaniement des frères Grimm pour donner un exemple, ou à ce qu'Italo Calvino a fait ses Fiabe Italiane), ils présentaient toujours un noyau fortement obscur enraciné dans les peurs collectives, celles de l'homme préindustriel qui regarde la nuit, effrayé, par la fenêtre de son logement, les ténèbres profondes pleines de monstres, avec seulement la faible lumière de la lune pour le réconforter. On retrouve une atmosphère similaire dans la et les images de Bye Sweet de Chris Darril., une d'horreur développée par Little Sewing Machine en collaboration avec Meangrip Games Studio, dans laquelle le style Disney des dessins cache une vision ancrée dans l'irrationalité qui peuple l'esprit humain. Intrigué par le , nous eu la chance d'en parler avec Darril lui-même., ancien auteur de la série Remothered, qui nous a montré des inédits et nous a parlé de la genèse du projet.

Le jeu

Le décor de Bye Sweet Carole est sinistre.
Le décor de Bye Sweet Carole est inquiétant.

Bye Sweet Carole se déroule en Angleterre au début des années 1900. Lana Benton, une jeune pensionnaire d'un orphelinat résolument lugubre appelé Bunny Hall, commence à nourrir des soupçons sur ce qui est arrivé à Carole, sa meilleure amie. On lui dit qu'elle s'est enfuie, mais Lana pense qu'il y a plus que cela. Ses soupçons sont confirmés par une correspondance entre Carole et un mystérieux Français, ce qui l'incite à approfondir son enquête et la conduit à… découvrir de terribles secrets et à rejoindre le monde de Corolla, parallèle à celui des humains.qui se meurt sous l'influence du terrible M. Kyn, de l'insensible chouette Velenia et des hordes de lapins de poix. Heureusement, elle trouvera l'aide de M. Baesie, qui la guidera à travers d'innombrables dangers, lui permettant de survivre dans un monde rempli de créatures bizarres et grotesques.

Bye Sweet Carole est essentiellement une aventure en 2D à défilement horizontal qui s'inspire du genre des de plateforme d'inspiration cinématographique (vous connaissez Another World, Limbo, Inside et Planet of Lana ? Pour n'en citer que quelques-unes), avec ici aussi des éléments de furtivité. Lana ne peut pas se battre, mais peut éviter les ennemis en entrant dans des placards ou d'autres cachettes. C'est un thème récurrent dans le travail de Darril, provenant en partie d'un de ses premiers amours vidéoludiques, celui pour la série Clock Tower, déjà influente pour la genèse de la série Remothered (où se cacher était l'une des principales mécaniques pour se sauver de ses poursuivants). Bye Sweet Carole va cependant encore plus loin, en présentant des énigmes environnementales et d'autres liées aux pouvoirs que la protagoniste développera au cours de ses pérégrinations, comme celui de changer de forme, qui lui permettra, par exemple, de devenir un lapin capable d'effectuer des bonds prodigieux. Mr. Baesie jouera également un rôle actif dans le gameplay et pourra être utilisé pour surmonter certains obstacles et résoudre des énigmes.

De Remothered A Bye Sweet Carole

Une photo de Chris Darril
Une photo de Chris Darril

Revenons un peu en arrière. Avant de commencer à parler à Chris de Bye Sweet Carole, nous étions intrigués de savoir ce qui s'était passé avec la série Remothered et pourquoi il a choisi la voie de l'indépendance totale après la sortie du deuxième chapitre, dont il a admis qu'il posait problème. “Remothered a été une expérience qui m'a définitivement apporté beaucoup, et qui était terrifiante à bien des égards, et pas seulement pour le contenu du jeu lui-même.” nous a dit Darril, qui a ensuite expliqué le double fil qui le lie encore à la série “Avec le recul, ça m'a fait grandir. J'ai commencé ma carrière en tant que concept artist, plusieurs années avant Remothered, puis j'ai été directeur artistique pour une équipe canadienne et ensuite j'ai eu diverses autres expériences dont certaines collaborations du Soleil Levant qui, plus que tout, m'ont forgé, comme avec Masahiro Ito (Silent Hill), Hifumi Kono (Clock Tower) et Takashi Shimizu (Ju-On / The Grudge). J'ai fait mes armes, mais il me manquait ce besoin de m'aimer davantage, après m'être retrouvé comme ça, du jour au lendemain, à diriger un projet certainement plus important que prévu, et qui a rencontré un succès inattendu.”

Lire aussi :  Diablo 4, on découvre la Saison du sang
Les dessins sont clairement inspirés du style de Disney
Les dessins sont clairement inspirés du style de Disney

Darril a ensuite réitéré que ” certaines choses n'allaient pas au niveau de la structure de l'entreprise “, et que pour lui Remothered est “[…]Un beau souvenir, il restera un beau souvenir, mais aussi un souvenir terrifiant. Je suis parti non pas à cause de la propriété intellectuelle elle-même, mais à cause d'une situation qui était certainement aussi le résultat de ma naïveté de l'époque, mais aussi de la méthode pas forcément super fiable qui a été adoptée dans le développement.”

Darril explique que pendant la réalisation de Broken Porcelain, il y a eu des problèmes externes, comme le COVID, et internes, plus liés à son rôle : “Je suis conscient que pendant le développement, il y a eu des choses comme le COVID, avec la quarantaine et tout ça, et qu'on s'est retrouvés perdus, mais c'était le moindre des problèmes. Déjà pendant son développement, j'ai eu la conviction qu'il fallait passer à autre chose. J'ai donc préféré redevenir indépendant à toutes fins utiles parce que, même si j'étais partenaire et coadministrateur, j'avais l'impression de jouer beaucoup plus de rôles que je n'en avais en réalité. C'est malheureux à dire, mais j'avais l'impression d'être une sorte de factotum et ça ne marchait tout simplement pas et, néanmoins, je n'avais pas une once de la liberté créative que, malgré les excellents résultats du premier Remothered (Tormented Fathers), j'avais certainement méritée.”

Une œuvre personnelle

Dans Bye Sweet Carole, tu dois résoudre un profond mystère.
Dans Bye Sweet Carole, tu devras résoudre un profond mystère.

Le tournage mouvementé du deuxième Remothered et quelques événements personnels ont conduit Darril à faire une pause, ce qui lui a donné l'occasion de recoller les morceaux et de recommencer : ” J'ai pris du temps pour moi, parce que j'ai toujours alterné entre le cinéma et les jeux vidéo (mes débuts réels ont eu lieu dans le secteur cinématographique pour quelques sociétés de production) et puis j'ai finalement eu cette chance, parce que je crois que le secteur des jeux vidéo est encore libre des problèmes du cinéma, surtout au niveau national, donc si vous n'êtes pas le fils de, ou pas un ami de, ou pas un amant de, vous faites peu de carrière. Le secteur du jeu vidéo, surtout l'indépendant, peut-être parce qu'il est encore très jeune en Italie, te permet de t'exprimer pour ce que tu es, sans contamination extérieure ni népotisme. Ainsi , après un petit congé sabbatique, au cours duquel j'ai vécu un deuil important, la perte de ma mère, j'ai dû recoller les morceaux., y compris ceux que j'avais perdus en cours de route.”

Lana, la protagoniste, développe des pouvoirs incroyables.
Lana, la protagoniste, va développer des pouvoirs incroyables.

L'idée que transmet Bye Sweet Carole au premier abord est celle de . d'une œuvre extrêmement personnelleavec un style visuel différent des autres œuvres de Darril. Nous lui avons donc demandé ce qui l'avait poussé à la réaliser ainsi, c'est-à-dire à créer un jeu qui ressemble à une version horrifique d'un film de Disney. Nous avons également essayé de savoir si le terrible chagrin qui l'a frappé a influencé d'une manière ou d'une autre le processus de création.

“Le deuil est antérieur au début de la production de Bye Sweet Carole. J'ai commencé la période sabbatique après la perte de ma mère. Pendant cette période, j'ai aussi eu quelques propositions de sociétés, certaines assez importantes, pour participer à certains projets. C'est à ce moment-là que j'ai pris la décision de partir et de repartir de zéro avec une entreprise que je pourrais diriger sereinement avec des personnes compétentes dans le domaine et dévouées à ce métier, avant tout, par l'envie même de s'exprimer à travers l'art..”

Une idée soudaine

La direction artistique a l'air géniale
La direction artistique est superbe

Mais comment en es-tu venu à concevoir Bye Sweet Carole ? ” Purement par hasard, dans le sens où j'ai été contacté par un ami cher d'un forum dédié à RPG Maker XP – quelqu'un l'aura sûrement essayé, RPG Maker est l'un des outils avec lesquels de nombreuses personnes font leurs premiers pas dans le développement indépendant – il m'a dit qu'il avait trouvé une vieille build du prototype 2D de Remothered. Nous parlions de 2009-2010. Alors un après-midi, alors que je révisais un scénario pour un film que j'étais sur le point de vendre, pour passer le temps, j'ai eu l'idée de filmer les images et je me suis dit, pourquoi ne pas faire une version HD pour Steam ? Je commence donc à bidouiller pour passer le temps, et tu sais que les gens dans ce milieu passent souvent leur temps avec ce qui est leur travail. Je désactive accidentellement certains calques, ceux qui correspondent aux ombres et lumières d'un personnage refait entièrement en 4K, et je vois ce cadre totalement plat qui me rappelle presque Blanche-Neige, avec les couleurs un peu ternes.

Lire aussi :  Dead Cells : Return to Castlevania, le test
Les tons sont parfois très sombres
Le ton est parfois très sombre

Blanche-Neige n'a jamais eu de couleurs très saturées, du moins jusqu'au Blu-Ray remasterisé, que je n'aime pas vraiment. Je préfère les couleurs d'origine, comme pour La Belle et la Bête. Quoi qu'il en soit, à partir de là, une puce est venue à mon oreille et… J'ai eu une idée dont je n'ai jamais pu me défaire, d'où est né Bye Sweet Carole par pur hasard.

L'inspiration du moment a ensuite été mise en relation avec les thèmes et les tons récurrents dans les œuvres de Darril. ” Sans aucun doute a toujours cet élément récurrent dans mes productions qu'est l'horreur.. Après tout, ce petit public qui me suit, je le dois aussi au genre horrifique. J'ai donc estimé qu'il était de mon devoir, même pour ceux qui attendaient un troisième Remothered de ma part, de faire une sorte d'hommage à Rosemary, Jennifer et je ne sais qui. En même temps, je me suis dit que c'était une bonne idée pour un projet que je jouerais avec plaisir.”

Sources d'inspiration

Bye Sweet Carole s'inspire de titres tels que Le cœur des ténèbres.
Bye Sweet Carole est inspiré par des titres tels que Le cœur des ténèbres.

Si les sources d'inspiration cinématographiques sont claires, Darril a également tenu à rappeler celles plus liées au jeu vidéo, comme par exemple. Le cœur des ténèbres d'Erich Chahi, un jeu qu'il considère comme un chef-d'œuvre : “C'était très dur pour l'époque, surtout pour les enfants qui l'achetaient et qui, s'ils n'arrivaient pas à passer le premier niveau, s'arrêtaient là.” Il en évoque donc aussi d'autres, comme King's Quest VII “qui avait une âme sombre dans certaines séquences”. “Ce que je me suis dit, c'est pourquoi ne pas pousser ça au maximum, Blanche-Neige le faisait déjà dans la scène de la forêt ou La Belle au bois dormant quand le sort de Maléfique attire le protagoniste dans la cheminée. Je me suis donc dit : essayons cela. C'est ainsi que l'histoire est née, peut-être aussi à la suite d'une période clairement négative, vécue entre le deuil personnel et le deuil professionnel, car quitter une entreprise qui me garantissait de toute façon une certaine condition tant sur le plan économique que sur le plan de l'image, a été un choix important. Cependant, je suis d' que celui qui exerce ce métier, qui fait partie du secteur artistique, ne doit jamais accepter de compromis ou, pour ainsi dire, travailler en se sentant mercenaire.”

Relations avec les éditeurs

Pitch lapin partout
Lancez des lapins partout

Pour conclure l'interview, nous voulions demander à Chris comment il a procédé pour produire le jeuafin d'être utile à tous ceux qui veulent emprunter le même chemin. “Je vais te dire honnêtement que le prototype, ou si tu veux une sorte de démo technique, a été autofinancé par moi-même. J'ai donc réuni une petite équipe du côté de la programmation. Du côté de l'animation, je peux te dire que beaucoup des premiers, je les ai faits. Je ne suis pas vraiment animateur, donc j'étais autodidacte. Heureusement, je les ai quittés peu de temps après. Le fait de pouvoir dire que j'ai réalisé Remothered, qui a tout de même vendu ses belles copies et reçu des critiques positives, m'a permis de recevoir beaucoup d'offres de différents éditeurs, avant même que je ne les contacte. Pendant un certain temps, je me suis retrouvé dans la position de pouvoir en choisir un parmi une liste de présélection très large, à tel point que même mon collaborateur Rocco Paladino, qui est l'entreprise avec laquelle nous sommes en partenariat, m'a dit d'aller chez First Playable à Pise. Je n'y étais jamais allé, et je me suis retrouvé dans la confusion la plus totale (soit dit en passant, cet événement est une merveilleuse initiative que je recommande à tous les en herbe qui veulent essayer de faire entrer leur projet dans les boutiques), avec un jeu qui n'avait même pas été annoncé, et qui m'a valu quinze rendez-vous avec autant d'éditeurs en une seule journée. Darrill a également tenu à préciser, en aparté, que l'équipe de développement est composée de 2/3 de femmes. Nous ne sommes pas surpris, puisqu'en tant que personnes, il a toujours été très attentif aux questions d'inclusivité et qu'en tant qu'auteur, il semble préférer les protagonistes féminins.