Accueil Jeux vidéo Critique de Master Detective Archives : Rain Code

Critique de Master Detective Archives : Rain Code

182
0

SAbordons ensemble, dans cette dédiée, quels sont points forts et les points faibles de Master Archives : Rain Code, la suite spirituelle de la série Danganronpa qui récemment arrivée en exclusivité sur Nintendo

Depuis que nous avons fait nos adieux à la série Danganronpa en 2017 Danganronpa V3 : Killing Harmony, nous sommes dans les limbes en attendant visual novels d'enquête de ce calibre odieux de folie et de petits morceaux de brillance. Bien que V3 ait certainement été l'épisode le plus divisé par les fans, notamment en raison d'une fin presque aliénante par moments, la fin de la série de Spike Chunsoft en a blessé plus d'un. Vous pouvez donc bien comprendre que lorsque Rain Code a été officiellement annoncé, nos petits cœurs ont sauté un battement. Pas tant parce qu'il s'agit de la suite ” spirituelle ” de Danganronpa, pas tant parce que Spike Chunsoft est à derrière ce jeu (rejoint cette fois par Too Kyo Games), mais parce que nous avions définitivement faim de quelque chose qui nous rappelle vraiment ce genre d'aventure. Bienvenue dans notre critique de Master Detective Archives : Rain Code.

High Society City | Revue Rain Code

Kanai Ward. Une ville en proie à des pluies incessantes (littéralement, il n'a pas cessé de pleuvoir depuis des années) et contrôlée par une société mondiale gargantuesque capable non seulement de tenir une ville entière en échec, mais aussi de déformer la réalité et la vérité selon ses propres objectifs. Comme nous le disions, Kanai Ward est le cadre de la majeure partie de Rain Code, si l'on excepte le prologue dans un train (une référence très voilée et discrète à Agatha Christie).

C'est à Kanai Ward que notre protagoniste se retrouve, Yuma Kokohead, un jeune et petit garçon amnésique. Yuma ne se souvient absolument pas de la façon dont il est arrivé à la gare, il sait seulement qu'il a un billet de train la ville dans sa poche et qu'il est donc contraint, en l'absence de toute autre option et avec des voix étranges qui bourdonnent dans sa tête, à suivre sa seule piste. Cette piste le conduira à se découvrir membre de l'Organisation mondiale des détectivesainsi que de conclure un contrat avec Shinigamiune déesse de la mort plutôt plantureuse habillée en gothique. Oui, c'est elle, celle des bandes-annonces.

Critique Master Detective Archives : Rain Code

Q The Surreal | Rain Code Critique

Ce sont les Shinigami qui permettront à Yuma d'accéder à la Labyrinthes du mystère, véritables palais mentaux (qui peuvent rappeler, dans l'idée, ceux de la série Persona, notamment le cinquième chapitre) dans lesquels se cache la vérité dissimulée derrière les machinations rustres du coupable., prêt à tout pour la cacher. Nous ne voulons en aucun cas gâcher ton expérience, c'est pourquoi nous ne révélerons aucun autre détail d'aucune sorte concernant l'intrigue, et encore moins les affaires.

C'est parce que, mis à part les nombreux défauts que nous verrons au cours de cette critique, Rain Code a été conçu par les mêmes auteurs de Danganronpa qui, à la base, savent faire une chose excellemment : raconter une histoire. Des rebondissements partout, des moments dramatiques alternant avec les blagues sarcastiques et enflammées de Shinigami.ainsi qu'un éternel tango avec la mort qui imprègne toute la production. Si nous devions nous fier uniquement à la narration et à la façon dont elle a été traitée dans Rain Code, nous pourrions nous arrêter ici dans cette critique et donner les notes à l'œuvre de Spike. Malheureusement, ce n'est pas le cas.

Lire aussi :  Alan Wake 2 : la durée du titre de Remedy révélée !

Critique Master Detective Archives : Rain Code

Tremolo Horizon | Rain Code Critique

Commençons par les bases : les étapes de l'enquête. Celles-ci font beaucoup écho à tous les chapitres de Danganronpa et sont plutôt intuitives, quoique peut-être un peu trop guidées. Nous devrons enquêter sur les différentes scènes de crime et toutes celles qui y sont liées, en faisant attention aux petits détails et en collectant les différentes clés de solution (similaires aux Bullets de Danganronpa) que nous devrons ensuite utiliser dans les Labyrinthes pour découvrir la vérité. Les cas sont tous assez diversifiéspas particulièrement complexes et définitivement un cran en dessous de celles du deuxième chapitre de Danganronpa (mais aussi de V3), mais laissons le temps au temps ici.

Interrompant trop le rythme d'un récit intéressant, complexe et alambiqué, il y a deux éléments de gameplay qui sont gérés moins que parfaitement. Le premier est, sans aucun doute, l'exploration de Kanai Ward qui, si elle nous a d'abord fascinés et détournés de suivre le fil conducteur, grâce aussi à une longue liste de secondaires, , d'autre part, perd son attrait dès la deuxième instance. La ville ne semble pas particulièrement vivante et grouillante et, à part la longue suite de tâches secondaires toutes très semblables les unes aux autres et qui n'apportent pas beaucoup de piquant à la production, il n'y a pas grand-chose d'autre à faire (juste quelques objets à collectionner). Par souci de complétude, cependant, tu l'explores. Et tu casses le rythme.

Critique Master Detective Archives : Rain Code

Off Course Capital | Rain Code Review

La seconde est, malheureusement osons le dire, la gestion des Labyrinthes du Mystère. À l'intérieur , Yuma devra parcourir de longs couloirs en discutant avec des Shinigami. (qui n'est pas un si bon interlocuteur, nous l'admettons) ou en restant tout simplement silencieux. Une manière simple de cacher le temps de chargement, sûrement, dû au fait que le jeu est sorti exclusivement sur Nintendo Switch, qui, nous le savons très bien, est une console qui n'est désormais plus trop bonne pour les productions actuelles.

Ajoutez à cela une pénurie de mini-jeux, qui rondement se résument toujours à ces quatre ou cinq, et… une certaine répétitivité sous-jacente perceptible dès les premières heures.vous comprendrez pourquoi nous nous sommes souvent retrouvés à sauter exactement les mêmes cutscenes ou à accélérer les dialogues les moins intéressants. C'est dommage car, à la base, l'histoire de Kanai Ward (attention) est vraiment intéressante, pleine de rebondissements et de mystères. Une note de bas de page à ce discours : on pourrait dire exactement la même chose du premier chapitre de Danganronpa, auquel le jeu fait manifestement référence non seulement dans le style, mais aussi dans les mécaniques. Espérons donc que, , tout comme Trigger Happy Havoc l'a été, Rain Code pourrait devenir le tremplin d'un gameplay addictif et majestueux tel qu'on le voit dans les suites des précédentes séries de Spike Chunsoft.

Lire aussi :  Dragon Quest Monsters - Le Prince des Ténèbres : date de sortie annoncée pour le nouveau titre Switch.

Critique Master Detective Archives : Rain Code

Umbrella Market | Revue du code de la pluie

Techniquement parlant, Rain Code est essentiellement un jeu vidéo conçu et pensé pour la Nintendo Switch. Ne t'attends donc pas à une production en phase avec son temps : textures relativement pauvres, animations basiques, temps de chargement récurrents (et pas trop courts) et chutes de frame rate assez fréquentes sont évidemment au rendez-vous. Pour compenser cela, il y a une excellente direction artistique: Kanai Ward mélange habilement des éléments noirs de vieux films policiers en noir et blanc avec des éléments plus nettement cyberpunk. En bref : pas vraiment splendide à regarder, mais à imaginer, oui.

Du point de vue du son, nous avons quelques remarques à faire. Si, en effet, la bande-son semble adaptée à la production, avec quelques morceaux particulièrement réussis, nous avons remarqué un petit et gros problème avec le doublage anglais (que nous avons choisi, oh nous avons joué à Danganronpa nous ne pouvions pas passer à côté) : est complètement désynchronisé par rapport aux cutscenes. Quelque chose qui, nous l'espérons, sera corrigé dans les prochains patchs, mais le jeu est sorti depuis un certain temps maintenant, alors nous l'attendons avec impatience.

Critique des Archives du Maître Détective : Rain Code

Maîtres détectives

En bref, nous clôturons cette critique de Master Detectives Archives : Rain Code en récompensant non pas tant la production en elle-même, qui est décidément défaillante et déséquilibrée à plusieurs points de vue, mais plutôt l'idée qui la sous-tend et la capacité innée de Spike Chunsoft à créer des histoires hors-normes et sacrément intéressantes. Les prérequis pour avoir la même montée qualitative que la série Danganronpa sont tous là, ainsi que la volonté d'innover, de changer et de chercher de nouvelles façons de raconter et de narrer. Allez Spike, on y croit !

Master Detective Archives : Rain Code est actuellement disponible exclusivement sur Nintendo Switch. Dis-nous si tu y as joué ci-dessous dans les commentaires, nous continuerons à te tenir au courant de toutes les actualités, guides et critiques liés au jeu et à la technologie ! Et si tu es intéressé par des clés de jeu à prix cassés, nous te recommandons de jeter un œil au catalogue de Kinguin !

Un point de départ, mais nous en voulons plus !

Points en faveur

  • Récit engageant et plein de rebondissements.
  • Direction artistique exceptionnelle
  • Danganronpa vibes !

Points défavorables

  • Des phases exploratoires encore peu convaincantes.
  • Les labyrinthes du mystère s'éternisent trop longtemps
  • Techniquement à peine suffisant
  • Peu de mini-jeux
(en promotion sur amazon.fr)À ne pas manquer !