Accueil Essais Curse of the Sea Rats, une critique d’un metroidvania avec moustache et...

Curse of the Sea Rats, une critique d’un metroidvania avec moustache et queue

168
0


Pour notre test de of the , nous avons passé plusieurs heures en compagnie de souris anthropomorphes incarnant de féroces pirates.

Curse of the Sea Rats, critique d'un metroidvania avec moustache et queue

plus anciens d' vous se souviendront peut-être d'un vieux développé par Monolith Productions, datant de la fin des années 1990 et intitulé Captain Claw. Le joueur utilisait un chat pirate anthropomorphe, Claw en l'occurrence, dans un environnement hostile rempli de chiens anthropomorphes à la recherche de l'amulette des neuf vies. Un platformer 2D à l'ancienne dont le point fort était sans aucun doute le charisme du protagoniste. La malédiction des rats de mer n'est pas Captain Claw, mais plusieurs fois au cours des heures passées les côtes ou dans les collines verdoyantes de ce , nous avons espéré que d'un moment à l'autre notre Claw bien-aimé viendrait relever le sort de cet équipage de rats anthropomorphes, bien plus fascinants qu'il n'est amusant de se faire passer pour eux. Nous vous expliquons pourquoi dans notre de La malédiction des rats de mer.

Belle et brillante

La malédiction des rats de mer et ses vertes collines irlandaises

La malédiction des rats de mer et ses vertes collines irlandaises

La malédiction des rats de mer est un projet qui, au moment de la campagne Kickstarter avait surpris par son style très particulier, notamment la direction artistique, le soin apporté aux décors et la caractérisation de ses étranges animaux anthropomorphes. Mais malheureusement pour les pirates protagonistes de l'aventure, tout ce qui brille n'est pas de l'or, et seules certaines de ces prémisses ont été réalisées.

Curse of the Sea Rats vous met dans la peau d'un des quatre prisonniers d'un navire britannique revenant des colonies américaines. Cependant, au cours du voyage, à cause de la sorcière pirate Flora Burns, le navire fait naufrage sur la côte irlandaise et vous, les prisonniers désormais libres, vous retrouvez transformés en rats anthropomorphes. Sans trop attendre, vous devez sauver le fils de l'amiral, découvrir le secret de l'Amulette de l'Oeil de Serpent, chasser Flora Burns et tenter de retrouver votre forme originelle. Sur le papier, les prémisses sont là, et le jeu réussit à faire une excellente première impression, entre les côtes escarpées, les collines verdoyantes, les grottes sombres et la caractérisation raffinée des personnages et des ennemis. Même les , avec leurs entrées personnalisées, ne manquent pas de personnalité. Pensez à la famille Panzo, composée d'un fils, d'une fille et d'une mère viscéralement attachés à la nourriture et tellement portés sur le grotesque qu'ils en deviennent sympathiques (si ce n'était le stéréotype italien explicite). N'attendez pas grand-chose de l'écriture : la narration est très plate et monotone, dépourvue de surprises jusqu'aux dernières mesures du jeu. Pendant une bonne partie de l'aventure, vous serez à la recherche de Flora et du jeune homme à sauver et vous serez inondé d'un humour peu attrayant, également dû à des maladresses de localisation.

Lire aussi :  POCO X5 Pro, la revue d'un smartphone économique qui sait se défendre.

La malédiction des rats de mer : un combat de boss

Malédiction des rats de mer : un combat de boss

Un monde magnifique à explorer, donc, mais essentiellement peu complexe. La structure metroidvania qui sous-tend ce jeu de plateforme est évidente, mais la conception de la carte n'est jamais ingénieuse et l'exploration du paysage ne vous pousse jamais à faire preuve d'intelligence. Les quêtes annexes que vous proposent les différents personnages ne sont pas très variées et, à une heureuse exception près, tout se déroule de manière trop linéaire et prévisible. Bien sûr, il est plus difficile de se perdre et de ne pas savoir où aller de cette façon, mais l'expérience tombe vraiment à plat.

Une beauté qui ne danse pas

Curse of the Sea Rats est jouable en coopération locale avec trois autres amis.

Curse of the Sea Rats est jouable en coopération locale avec jusqu'à trois autres amis.

La présentation agréable du jeu laisse rapidement place à une expérience fade et pleine de problèmes. Des problèmes qui sont en grande partie liés au système de combat. La configuration des combats est classique et repose sur trois attaques, un bouton de défense/ esquive, des sauts et la possibilité d'utiliser des consommables. A cela s'ajoute un système de compétences et d'améliorations qui décline le gameplay de manière différente pour chacun des héros. Le résultat est une soupe qui tente de mélanger des éléments tirés de Dark Souls et de Hollow Knight avec une vague inspiration Castlevania. Là où Curse of the Sea Rats se plante, ce n'est pas dans la théorie ou l'intention, mais dans la pratique.

Lire aussi :  Synapse : la critique - Multiplayer.fr

Là où le gameplay dérape de manière désastreuse, c'est en effet dans le feeling des combats et l'équilibre de la difficulté. Le premier est suffisamment varié (entre héros spécialisés à courte et longue portée) mais est complètement monotone et insatisfaisant dans le feedback des coups portés. Le second… est un gros problème. Malheureusement, le jeu présente une courbe de difficulté abrupte dans les premiers temps, le premier boss étant tellement hostile qu'il faut revenir en arrière et s'entraîner longuement. Une fois que vous avez passé la famille de rats italiens, le jeu s'effondre sur lui-même, perdant toute sensation de défi. À partir de là, le jeu devient si simple qu'il en devient banal.

La malédiction des rats de mer : l'affrontement avec Panzo

La malédiction des rats de mer : l'affrontement avec Panzo

Le fait que le développeur ait choisi de doter Buffalo Calf, l'un des quatre héros, de balles infinies pour ses armes à distance n'est pas pour arranger les choses. Il suffit donc d'utiliser ce même personnage pour anéantir n'importe quel ennemi à distance, en ne pensant qu'à l'esquive dans les phases de boss. Si cela ne suffit pas et que vous êtes en difficulté, vous pouvez toujours utiliser son pouvoir électrique pour étourdir les adversaires suffisamment longtemps pour les désintégrer. Le système de progression des personnages ajoute de la variété entre les différents héros, mais Buffalo Calf est tellement plus fort que les autres qu'on se demande pourquoi en utiliser un autre quand on joue seul.

Commentaire

Version de l'en-tête PC Windows

Livraison numérique

Vapeur,

PlayStation Store,

Xbox Store,

Nintendo eShop

Prix
17.99

Les pirates de Curse of the Sea Rats naviguent sur un magnifique navire qui coule à cause de mille fuites. Le jeu est agréable à regarder mais l'expérience est plate, déséquilibrée et peu passionnante. C'est dommage, étant donné la variété des pouvoirs et des possibilités de personnalisation. Tous les excellents choix inclus entre les pouvoirs, les capacités et les améliorations. Nous espérions que les souris anthropomorphes de Petoons Studio nous feraient retomber amoureux des autres pirates non-humains, mais au lieu de cela, une fois de plus, comme dans le plus classique des clichés, on n'oublie jamais son premier amour, cher Capitaine Claw.

PRO

  • Esthétiquement agréable
  • Inspiré par l'art

CONTRE

  • Déséquilibré
  • Narrativement plat
  • Peu d'éclats notables