Accueil Xbox one Détruire, c’est cool : 10 jeux qui te permettent de raser leurs...

Détruire, c’est cool : 10 jeux qui te permettent de raser leurs cartes !

35
0


Besoin d'une porte ? Utilise le bazooka ! L'ennemi se cache ? Mine le bâtiment ! Voici 10 jeux qui te permettent de réduire en cendres !

Détruire, c'est bien : 10 jeux qui te permettent de raser leurs cartes !

À quel point les Les jeux vidéo qui te permettent de tout ou presque ? Dommage qu'ils soient si peu nombreux. Il se peut que les éditeurs de logiciels prennent tellement de soin à créer des environnements toujours plus réalistes qu'ils n'aient aucune envie de voir un si beau travail ruiné, il se peut que la création d'un système dynamique de destruction coûte du temps et des ressources, en plus de peser sur les processeurs, nos jeux vidéo se limitent trop souvent à être des musées immaculés où s'applique la règle d'airain du “regarde mais ne touche pas”.

En inspirant de l'arrivée de Teardown enfin sur les consoles, nous pensé vous présenter dix des jeux les plus explosifs de l'histoire, où le mot gameplay rime toujours avec razing et où chaque action est une mèche prête à s'enflammer….

Teardown

Teardown : une version console de ce jeu vient de sortir, ainsi qu'une nouvelle extension sur le thème du western.
Teardown : la console de ce jeu vient de sortir, ainsi qu'une nouvelle extension sur le thème du western.

Commençons par la source d'inspiration de ce petit spécial, à savoir avec… Teardown. Disponible depuis plus d'un an en version 1.0 sur PC, ce jeu entièrement réalisé en voxels vient d'arriver sur Xbox Series et PlayStation 5, offrant également des performances respectables. Le but est de voler et de détruire, mais voler, encore faut-il détruire. Les voxels te permettent déjà de tirer sur à peu près tout le niveau, et la physique donne à voir des explosions et des effondrements du plus haut niveau, presque époustouflants dans leur réalisme détonant. Si tu aimes tout détruire, voici le jeu le plus technologiquement avancé qui te permettra de le faire !

Red Faction Guerrilla

Red Faction Guerrilla : jetez un coup d'œil à la version remastérisée pour la Switch !
Red Faction Guerrilla : jetez un coup d'œil à la version remastérisée pour la Switch !

Ce jeu est l'exemple parfait de la façon dont la destruction élevée est simultanément une bénédiction, pour les joueurs, et une malédiction, pour ceux qui développent le jeu. Avec Red Faction Guerrilla la revient se concentrer sur la physique et la possibilité d'abattre presque tous les bâtiments du niveau, et tout le monde en tombe amoureux. Mais que font les développeurs ? Pour le chapitre suivant, ils réduisent cette fonctionnalité presque à zéro, libérant ainsi des ressources pour une aventure qui est amusante, mais qui est maintenant réduite à être trop similaire à tant d'autres. C'est vraiment dommage. Guerrilla continue cependant d'être un beau jeu auquel ils ont aussi récemment consacré une version remastérisée disponible même sur Nintendo Switch.

Contrôle

Contrôle : autre que Eleven de Stranger Things...
Contrôle : autre qu'Eleven de Stranger Things…

Dans ce jeu de Remedy, tu ne peux pas faire tomber un bâtiment comme dans les deux précédents, mais tu peux dévaster son intérieur comme jamais auparavant. La satisfaction n'est pas moindre : la protagoniste peut effriter les murs par la pensée et jeter des gravats sur les ennemis, soulever des bureaux, créer des trous noirs miniatures qui feront voltiger des papiers, faire des pirouettes avec des étagères, des tasses, des classeurs, des armoires. PS4 et Xbox One n'ont pas été à la hauteur, mais sur PC dès le début et maintenant sur les consoles nextgen, Contrôle était et reste l'un des jeux les plus fascinants et les plus mystérieux de ces dernières années.

Lire aussi :  Comme un dragon : Richesse infinie, mais quels sont les Pokémon et Palworld, j'entraîne Sujimon !

Worms

Worms Reloaded : que serait Worms sans ses niveaux abusifs ?
Worms Reloaded : que serait Worms sans ses niveaux abusifs ?

Le classique de Team 17 fait partie des jeux les plus destructeurs qui soient. Chaque tir fait des ravages sur une partie du niveau, et ceux qui connaissent la série savent à quel point les armes données à ces soldats vers peuvent être dévastatrices. Un jet de grenade sacrée, après un alléluia, peut faire disparaître un quart du niveau. La création de rainures et de tunnels fait également partie intégrante du gameplay, offrant des possibilités que nous ne trouvons généralement pas dans d'autres jeux de stratégie. Un niveau qui change nécessite également un certain esprit d'adaptation pour être maîtrisé, et c'est exactement ce qui se passe dans Worms, ou du moins dans les meilleurs chapitres du jeu. Worms.

Minecraft

Minecraft : certains jouent à Minecraft pour construire, d'autres pour détruire
Minecraft : certains jouent à Minecraft pour construire, d'autres pour détruire

Pourrait-on ne pas parler de Minecraft dans un contexte aussi particulier ? Le “ssssshh kaboom” de son Creeper fait désormais partie de la mémoire collective, tout comme les dégâts causés par ces explosions dévastatrices capables d'arracher votre chalet tout entier. D'ailleurs, comment pourrons-nous jamais traverser ses crevasses et ses cavernes sans un tas d'explosifs dans nos poches ? Parmi les jeux qui te permettent de manipuler le terrain de façon aussi radicale, Minecraft est aussi le seul qui te permet d'intervenir sur des éléments habituellement absents ou peu réactifs, comme l'eau. Dans le jeu de Mojang, il est possible de créer des barrages et de détruire des digues. Tout cela se passe dans des cases, mais n'en est pas moins passionnant.

Battlefield 4

Battlefield 4 : l'apogée de la série ?
Battlefield 4 : le summum de la série ?

Bad Company promettait plus de destruction, mais Battlefield 4 a connu des effondrements vraiment époustouflants, comme le gratte-ciel au milieu de la carte “Siège de Shanghai”. Dans une autre carte multijoueur, il est possible de détruire un barrage et d'inonder une partie du champ de bataille, poussant le combat avec l'armée ennemie sur les toits des plus hauts bâtiments. Le système Levolution, qui a fait ses débuts officiels dans Battlefield 3, est poussé à l'extrême dans ce quatrième volet de la série, le dernier à être aimé par sa communauté.

Mercenaires : payés pour détruire

Mercenaries Paid to Destroy : dommage que Pandemic Studios n'existe plus.
Mercenaries Paid to Destroy : dommage que Pandemic Studios n'existe plus

En 2005, les défunts Pandemic Studios nous ont offert un jeu d'action aussi douteux qu'inoubliable. Le titre Mercenaries : Paid to Destroy En fait, tout est dit : le joueur choisit l'un des trois mercenaires disponibles et est parachuté sur les terres du despote pour y semer le chaos et la destruction. Combien ? Assez pour transformer une plaine désertique en une ville de taille moyenne. Mais ce qui est génial, c'est que tu peux le faire de toutes les manières offertes par ce jeu : en atterrissant en catastrophe avec un hélicoptère, par des tirs de chars ou de bazooka, par des tapis de bombes. Ils ont aussi fait une suite, mais elle n'a pas fait aussi bien que le premier, qu'aujourd'hui, si tu es d'accord, nous pourrions aussi élire comme culte.

Lire aussi :  Dustborn, avant-première d'une bande dessinée interactive

Rampage

Rampage : c'était en 1986
Rampage : c'était en 1986

Nous ne sommes pas sûrs qu'il s'agisse du premier véritable jeu vidéo axé sur la démolition, mais il a certainement été l'un des plus populaires pendant longtemps. Sorti en 1986 dans les salles d'arcade, en Rampage le joueur incarne un monstre gigantesque dont le seul but est de raser tous les bâtiments d'un niveau, ainsi que de manger leurs habitants si l'énergie tombe à zéro. Le plus drôle est la possibilité de jouer jusqu'à trois en même temps. Inexplicablement, un film mettant en vedette The Rock est né de cette idée en 2018.

XCOM 2

XCOM 2 : destruction maximale aussi pour la stratégie merveilleuse de Firaxis
XCOM 2 : destruction maximale aussi pour la merveilleuse stratégie de Firaxis

Le roi des stratèges au tour par tour vole une place dans cette sélection avec des niveaux procéduraux et très interactifs, où le feu se propage de façon réaliste les éléments du scénario et peut même dévorer des bâtiments entiers. Aucune structure n'est à l'abri des armes des humains et des extraterrestres, qui peuvent utiliser cette précieuse fonctionnalité pour causer des dégâts dans le camp adverse avec des effondrements calculés, comme inventer des voies d'évacuation en perçant les murs et les planchers.

Pluie de mégatonnes

Megaton Rainfall : ici, tu ne devras pas tout détruire, en fait tu devras essayer de ne pas le faire. Mais tu seras tellement fort qu'il sera vraiment difficile de ne pas faire s'effondrer un seul bâtiment.
Pluie de mégatonnes : ici, tu ne devras pas tout détruire, tu devras même essayer de ne pas le faire. Mais tu seras tellement fort qu'il sera vraiment difficile de ne pas faire s'effondrer un seul bâtiment.

Pour le dernier jeu, nous avons choisi Pluie de mégatonnes, un jeu d'action pour la réalité virtuelle peu connu et plutôt maigre sur le plan technique, mais qui présente des caractéristiques tout à fait uniques. Dans ce jeu, l'utilisateur est une sorte de Superman qui doit protéger la terre des attaques extraterrestres, tout en essayant de minimiser la destruction des villes humaines. Le problème, c'est que ses tirs sont si puissants qu'il suffit d'un rien pour faire s'écrouler un gratte-ciel de cent étages. Pourras-tu sauver New York, Rome, Paris et toutes les autres grandes métropoles des extraterrestres tout en limitant au maximum les dégâts ? Ce n'est pas aussi facile qu'il n'y paraît.

Tabula rasa

La finale
Les finales

Des jeux qui permettent la destruction partielle ou totale de leurs propres cartes, il y en a bien sûr beaucoup plus, mais finalement pas tant que ça. Parmi les plus récents, on trouve le nouveau Robocop, qui n'a pas l'air mal du tout, et bientôt devrait enfin sortir la version finale du prometteur The Finals, le nouveau produit des créateurs de la série Battlefield avec un taux de destruction très élevé. Pas grand-chose, c'est vrai, mais c'est mieux que rien….