Accueil Essais DualSense Edge, la critique de la manette pro de Sony pour la...

DualSense Edge, la critique de la manette pro de Sony pour la PS5

30
0


Aux alentours de Noël, nous avons eu l’occasion de passer quelques heures en compagnie de la DualSense Edge, la nouvelle manette de de la marque essayant de répondre, peut-être un peu tard, à la manette Xbox Elite qui, depuis deux générations, est la référence des systèmes de saisie haut de gamme, ouvrant la voie à myriade de produits tiers plus ou moins réussis. Seule l’entreprise japonaise manquait à l’appel, et après sa timide approche sur PS4 avec le Key Expansion, l’étrange accessoire la DualShock qui permettait d’ajouter une paire de boutons arrière supplémentaires avec un micro-écran, elle se prépare cette fois à lancer un périphérique visant directement le haut de la catégorie.

Le DualSense Edge arrive dans les magasins du monde entier le 26 janvier.une manette Pro pour PS5 conçue, construite et distribuée par Sony lui-même. C’est un pad qui, à première vue, ressemble au DualSense classique, mais qui possède une énorme quantité de fonctionnalités et d’accessoires pour répondre aux besoins des joueurs plus “avancés”. Un tel “pouvoir” a cependant un inconvénient : au prix de 239,99€.. Une valeur qui, dans l’absolu, fait immédiatement lever le nez et soulève quelques questions sur les niveaux économiques atteints par les accessoires, mais qui doit aussi être analysée par rapport à l’offre réelle du marché qui voit, en ce qui concerne la PS5, très peu d’alternatives, toutes à des prix supérieurs à 200 € et pas toujours bien équilibrées sur le plan du rapport qualité/prix.

Cela vaut-il donc la peine de dépenser une telle somme d’argent pour ramener un tel contrôleur à la maison ? Nous essayons de répondre à cette question dans le de DualSense Edge.

Caractéristiques techniques

Le DualSense Edge avec son emballage

Le DualSense Edge avec son emballage

Le DualSense Edge est livré dans son emballage complet avec un étui en plastique dur blanc qui contient le bloc avec tous ses accessoires et qui est particulièrement pratique pour le transport et pour ranger chaque élément en un seul endroit, afin d’éviter de s’éparpiller dans divers sacs et récipients. Par ailleurs, l’étui a été conçu par Sony avec deux fioritures intéressantes. Tout d’abord, il y a déjà un compartiment vide à l’intérieur pour placer un éventuel module analogique supplémentaire au cas où tu déciderais d’en acheter un séparément, et ainsi être déjà équipé en cas de panne ou pour un scrupule supplémentaire au cas où tu aurais l’habitude de voyager pour des tournois ou des voyages.

L’une des principales caractéristiques du DualSense Edge, en fait, est la possibilité de remplacer physiquement les deux bâtons via un mécanisme à baïonnette simple et pratique à utiliser. C’est une astuce astucieuse déployée par Sony pour contourner rapidement le problème de dérive et aussi pour offrir une longévité nettement supérieure à celle de la concurrence pour son pad pro. Habituellement, il est difficile que les éléments internes ou les boutons se cassent pour ce type de contrôleur, mais c’est presque toujours l’élément analogique qui est soumis à la plus grande usure et, au lieu de viser des solutions de conception différentes, par exemple des capteurs de Hall, la société japonaise a opté pour la tradition en proposant une option de remplacement à la volée très intelligente et efficace. Et bon marché aussi, étant donné que le module complémentaire coûte 24,99 € et est disponible à la vente, également à partir du 26 janvier.

Le DualSense Edge rangé dans son étui avec tous les accessoires

Le DualSense Edge rangé dans son étui avec tous les accessoires

L’autre gadget relatif intéressant de l’étui, mais pas l’original soyons clairs, est le rabat arrière attaché avec du Velcro qui peut être ouvert et fermé selon les besoins pour connecter le Edge au câble USB et ainsi permettre de charger l’accessoire sans avoir à le sortir de l’étui. En parlant du câble USB lui-même, l’étui comprend un câble tressé Type A – Type C d’environ 3 mètres qui peut également être inséré dans le petit clip de câble en plastique, également inclus dans l’étui, qui peut ensuite être fixé au pad via un mécanisme de verrouillage pour empêcher le câble de se débrancher accidentellement pendant l’utilisation dans les situations où la manette est tirée avec force. Il n’aurait pas été mauvais d’implémenter un système d’attache rapide sur l’autre extrémité du câble, l’extrémité de type A, afin d’éviter que l’utilisateur ne traîne la console en cas de tension, mais nous apprécions tout de même l’idée d’inclure un tel accessoire dans le paquet.

En ce qui concerne les autres éléments qui accompagnent le DualSense Edge, nous trouvons 4 bouchons bombés de remplacement, une paire avec un profil bas et une paire avec un bâton légèrement plus haut qui peuvent être utilisés à la place des 2 standards qui sont déjà montés sur le pad et qui sont parfaitement identiques à ceux que l’on trouve sur le DualSense original. Les remplacer est très simple : il suffit de les tirer vers le haut avec force et de placer les nouveaux avec une pression ferme. Les leviers sont en plastique avec de petites molettes qui les bloquent dans la bonne position au moyen d’un accouplement à verrouillage.

Un autre détail de l'étui original DualSense Edge

Un autre détail du boîtier original du DualSense Edge

Ensuite, il y a 4 boutons arrière qui peuvent être montés à l’arrière du contrôleur2 ont la forme classique de la palette que nous avons vue sur des dizaines d’autres manettes pro, tandis que l’autre paire a une forme plus originale, en demi-lune, inspirée des pierres du jeu de Go. Ces boutons ont une attache magnétique avec une petite rainure supplémentaire qui empêche un détachement accidentel car une petite torsion est nécessaire pour retirer l’attache. Il est également possible d’attacher une paire de boutons parasites : une palette et un croissant de lune par exemple, si tu cherches une sensation très spécifique. Il est important de mentionner que le DualSense Edge ne permet d’utiliser que deux boutons arrière.

Design

Le DualSense Edge (à droite) comparé au DualSense standard

Le DualSense Edge (à droite) comparé au DualSense standard

La première chose qui te saute aux yeux dès que tu prends la manette est sa totale ressemblance avec la DualSense classique. En fait, le Edge a exactement les mêmes dimensions. et la même disposition des boutons et des ports, sauf bien sûr pour les nouvelles commandes. Cela le rend compatible avec tous les accessoires déjà sur le marché, y compris la base de chargement officielle de Sony. La seule différence substantielle entre les 2 pads est le poids : le nouveau pad pèse 330 grammesce qui représente environ 50 grammes de plus que le modèle original vendu avec la PS5. Nous devons admettre que ce poids supplémentaire se fait sentir quand on passe d’une manette à l’autre à la volée, mais il ne devient jamais excessif ou inconfortable pour les poignets, même après les nombreuses longues sessions de jeu que nous avons eues pendant la rédaction de cet article.

Si nous passons aux différents éléments de conception de l’Edge par rapport à la manette standard, nous trouvons quatre nouvelles fonctionnalités substantielles.
À propos de la paire de boutons arrière et des sticks analogiques remplaçables à la volée, nous t’en avons parlé un peu plus haut, nous allons donc éviter de nous répéter.
L’autre nouveauté concerne les gâchettes, dont la course peut être modifiée à la volée selon 3 réglages différents en agissant sur un petit levier sur le côté des deux gâchettes. La course maximale est la même que pour le DualSense classique, puis il y a un réglage moyen qui réduit la course de la gâchette d’environ la moitié, et enfin un troisième réglage qui réduit presque complètement le mouvement de la gâchette. Attention, la gâchette ne devient pas aussi numérique que les dorsales puisqu’un minimum de course reste à la disposition du joueur, mais le résultat final est particulièrement utile pour ceux qui jouent beaucoup aux shooters et ont besoin d’un retour d’information quasi instantané lorsque la gâchette est pressée. En raison de problèmes technologiques, Sony a dû limiter l’une des principales fonctionnalités de DualSense : les déclencheurs adaptatifs sont désactivés si une course autre que la course maximale est définie, pour des raisons évidentes de déplacement des boutons.

Lire aussi :  Ski Challenge, une critique d'un jeu de ski portable

Les boutons arrière en forme de palette

Les boutons arrière en forme de palette

Une troisième nouveauté est la 2 petits boutons numériques Fn (Function) situé immédiatement sous les analogues. Ces derniers, lorsqu’ils sont maintenus enfoncés, font apparaître un menu à l’écran pour un accès rapide à quelques fonctions supplémentaires implémentées sur PS5. Agir sur les boutons avant en combinaison avec Fn permet de sélectionner l’un des quatre profils d’utilisation, tandis que l’utilisation de la croix numérique lors de la connexion d’un casque au pad via le port mini-jack permet de modifier à la volée le volume de la console et le mixage audio entre le chat vocal et les sons du jeu.

Enfin, il y a la question du module analogique remplaçable que nous avons mentionné plus tôt. En appuyant sur un petit bouton microscopique (et inconfortable) situé à l’arrière de la manette, il est en effet possible de décrocher le cache frontal en plastique et d’accéder ainsi aux deux leviers métalliques qui, lorsqu’ils sont soulevés, font glisser les deux modules vers l’avant. En faisant cela, il est possible de faire glisser l’un ou les deux et de positionner les nouveaux en appuyant simplement à fond puis en abaissant le levier métallique. La procédure est très rapide et efficace, mais ce qui nous laisse particulièrement perplexe, c’est le couvercle en plastique qu’il faut retirer pour accéder à “l’intérieur” du contrôleur.

Boutons arrière en forme de demi-lune et sélecteurs de course de la gâchette

Les boutons arrière en forme de demi-lune et les sélecteurs de course de la gâchette

Par rapport au DualSense original, en fait, celui-ci est fait d’une matière brillante qui s’associe à deux petites bandes qui entourent les cornes du pad sur toute leur longueur et se rejoignent ensuite sous le pavé tactile, qui n’a plus que la LED colorée dans les zones latérales. Cette brillance donne un effet optique gênant qui fait ressembler le Edge à une sorte de manette bon marché et, au passage, retient les traces de doigts exactement comme le plastique brillant que l’on trouve aussi sur les inserts de la PS5. Nous sommes convaincus que l’idée de Sony est de proposer des couvertures en plastique de couleur ou d’un autre type au fil du temps, mais honnêtement, pour le Edge, nous aurions préféré quelque chose de beaucoup plus proche du design épuré de la manette originale.

Juste pour information, le DualSense Edge a exactement le même retour haptique que le pad standard.

Le logiciel

C'est le DualSense Edge

C’est le DualSense Edge

La force la plus importante du DualSense Edge, dont nous sommes convaincus qu’il ne faut pas la renier à cet égard, est son logiciel. Comparé à tous les autres contrôleurs que tu peux trouver sur le marché, il s’agit d’un pad officiel conçu et fabriqué par Sony. D’où l’intégration totale avec la PS5 et surtout avec son tableau de bord. Une fois le périphérique connecté, en fait, nous pourrons le gérer grâce à un menu dédié situé dans l’élément accessoires des paramètres généraux de la console et grâce à une superposition qui apparaît en maintenant la touche Fn enfoncée.

Tout d’abord, il est possible de créer jusqu’à 30 profils différents sur la console, puis de charger trois d’entre eux dans la mémoire du Edge (le quatrième, celui par défaut, ne peut pas être modifié), afin de pouvoir y accéder de n’importe où, quelle que soit la PlayStation 5 à laquelle tu te connectes. Chaque profil permet 3 personnalisations distinctes en plus d’une poignée d’options de configuration.

Tout d’abord, il y a la possibilité de remapper chaque bouton, y compris bien sûr les deux boutons arrière. Il y a cependant une poignée d’exceptions : le pavé tactile, par exemple, peut être désactivé à la fois dans la composante tactile de la surface et dans sa pression avec deux options distinctes, mais ne peut pas être affecté à un autre bouton. La même limitation s’applique également aux boutons Share, Menu et PlayStation, qui ne peuvent être désactivés ou doivent conserver leur fonction d’origine. Les boutons Fn, par contre, ne sont pas du tout affichés. En dehors de ces “blocs”, chaque bouton peut remplir la fonction de n’importe quel autre bouton.

Configuration de la clé de profil

Configuration de la clé de profil

La configuration de la sensibilité du stick analogique

La configuration de la sensibilité des sticks analogiques

Deuxième il est possible d’agir sur la sensibilité des deux analogues séparémentsoit en inhibant jusqu’à 30% de la course d’entrée afin d’avoir une zone morte plus ou moins large, soit en choisissant parmi 6 préréglages différents pour ajuster la réactivité du stick afin de le rendre plus adapté à certains genres. Par exemple, il est possible d’avoir une analogique avec une course quasi numérique, particulièrement adaptée aux jeux de combat, ou d’utiliser une courbe très douce afin de la rendre particulièrement précise et adaptée à la visée dans les jeux de tir à la première personne.

Enfin, nous trouvons la section sur les déclencheurs : ceux-ci peuvent être configurés individuellement ou avec un seul réglage qui s’applique aux deux, et les réglages concernent la portée de leur course. En agissant sur les réglages, il est en effet possible d’agir à la fois sur la pression minimale à effectuer pour que la commande soit enregistrée, et sur la pression maximale afin de modifier numériquement la façon dont les jeux mesurent l’excursion de la gâchette. La possibilité offerte au joueur est totale puisque pour les deux réglages nous pouvons agir de 0 à 100%.

Configuration des déclencheurs

La configuration des déclencheurs

Le menu de superposition pour la sélection du profil

Le menu de superposition pour la sélection du profil

Les autres options permettent soit d’agir sur le menu Fn qui apparaît dans la superposition, en configurant son caractère intrusif, soit de modifier la force de la vibration haptique et des déclencheurs adaptatifs, exactement comme avec le DualSense original, ainsi que de gérer l’intensité des LED et le type de notifications liées au profil sélectionné. Et pour ne parler que du pad standard, c’est vraiment dommage que Sony n’ait pas offert la possibilité de remapper les boutons et de gérer la sensibilité des analogues et des gâchettes également pour ceux qui possèdent le DualSense original, vu à quel point ces fonctionnalités peuvent être utiles pour tout le monde et surtout indépendantes des mécanismes matériels implémentés dans le Edge.

Lire aussi :  PathCraft, la revue - Multiplayer.co.uk

The DualSense Edge sur PC

Nous concluons par une note sur leUtilisation du nouveau contrôleur sur PC. Au moment de la rédaction de cet article, Windows 11 et Steam reconnaissent correctement le DualSense Edge et permettent donc de l’utiliser sur n’importe quel jeu vidéo qui accepte un pad. Cependant, il n’est pas possible de configurer les boutons arrière, car ceux-ci ne sont pas encore correctement interceptés par le système d’exploitation et le logiciel de Valve. Aucun problème avec le retour haptique et les gâchettes adaptatives, car les titres qui les prennent en charge sont automatiquement compatibles avec le nouveau joypad également.

Expérience des utilisateurs

Le DualSense Edge avec les leds allumées

Le DualSense Edge avec les leds allumées

Et nous arrivons au point crucial de notre évaluation du DualSense Edge. Quelle est la performance réelle du tampon lorsqu’il est mis à l’épreuve ? Très bien et parfaitement conforme, pour le meilleur et pour le pire, à la manette classique introduite par Sony avec la PlayStation 5. Bien sûr, avec la nouvelle manette, nous avons accès à toute une série de fonctionnalités supplémentaires extrêmement pratiques, mais l’expérience utilisateur concrète, la sensation tactile, la manipulation et l’ergonomie du pad, ainsi que le retour des boutons sont absolument comparables à ceux du gamepad standard.

Il est donc clair que ce périphérique doit être considéré comme une sorte de DualSense sur des stéroïdes : ceux qui apprécient la manette de la PS5, avec ses analogues symétriques et sa forme particulière, et qui veulent quelque chose de plus puissant, adapté à un certain type de jeu compétitif, qui explose avec les shooters multijoueurs à la première personne, une fois qu’ils auront pris le Edge, ils ne reviendront jamais en arrière. C’est grâce à l’interface de la console mise en œuvre de manière pratique, aux deux boutons arrière supplémentaires, à la possibilité de minimiser mécaniquement la course de la gâchette et au changement à la volée du profil de configuration qui te permet de passer d’une expérience de jeu à une autre complètement différente, en choisissant en un clin d’œil la configuration et la sensibilité des boutons que tu préfères.

Le module analogique remplaçable

Le module analogique remplaçable

Cependant, le tampon n’est pas parfait et nous devons inclure la question du prix dans l’évaluation.
Tout d’abord, à ce niveau de prix, il n’aurait pas été mauvais d’avoir quatre boutons arrière au lieu de deux. Bien que nous considérions qu’une seule paire de boutons supplémentaires est plus que suffisante, il est vrai que la plupart des autres manettes pro ou Elite ont plus de sticks arrière, précisément pour répondre aux besoins des joueurs plus compétitifs qui veulent souvent éviter complètement d’utiliser les boutons avant du pad.

Nous ne pouvons donc pas laisser de côté la question autonomie car le choix de Sony a été de monter exactement la même batterie que celle du DualSense standard également sur le Edge, avec une conséquence négative majeure. Probablement en raison des mécanismes supplémentaires, en fait, lors de nos sessions de jeu pour la , nous avons réussi à décharger entièrement le pad deux fois, en notant une longévité plus courte par rapport au contrôleur d’origine. Si en fait le pad classique dans nos tests mixtes a atteint environ 7-8 heures d’autonomie, avec le Edge nous nous sommes approchés d’un maximum de 6 heures de temps de jeu total, dans un cas en restant en deçà de cet objectif et dans l’autre en le dépassant légèrement.

Soyons clairs : notre test a été réalisé avec les paramètres standard de la manette, c’est-à-dire la vibration et les gâchettes adaptatives au maximum et les LED à pleine intensité, et toujours en utilisant des jeux exclusifs qui peuvent exploiter pleinement le pad (Returnal, God of War, Horizon : Forbidden West, The Last of Us Part 1) accompagnés de beaucoup de multijoueur sain avec Warzone 2. Mais il est clair qu’avec une telle mise à niveau, Sony aurait pu résoudre ce qui est probablement l’aspect négatif le plus important du DualSense classique et au lieu de cela, il a fait ici un nouveau pas en arrière.

Les 3 différents bouchons du DualSense Edge

Les 3 différents bouchons du DualSense Edge

Enfin, le discours sur les prix est beaucoup plus complexe. Si en effet, en valeur absolue, il est clair que dans une période économique comme celle que nous vivons actuellement, se retrouver avec un accessoire qui arrive sur le marché à 239,99€ peut faire froncer le nez, il est également fondamental de comparer le positionnement avec les offres des autres fabricants. En restant dans la sphère PS5, les alternatives sont en effet très peu nombreuses : il y a le SCUF Reflex que nous avons également examiné sur ces pages qui commence à 219 € mais peut facilement atteindre plus de 279 € ; il y a le Victrix Pro BFG qui touche 200 € mais ne nous convainc pas en termes de design ; il y a le Razer Wolverine V2 Pro qui atteint même 300 € et ne propose même pas de gâchettes adaptatives.

En bref, s’il est vrai qu’un prix de 199 € aurait suscité une réponse plus positive de la part des joueurs et aurait été représentatif de la volonté de Sony de répondre aux besoins de ceux qui doivent dépenser de l’argent, nous n’avons pas envie de critiquer les 239,99 € nécessaires pour ramener le Edge à la maison a priori, étant donné qu’il n’existe pas d’alternatives bon marché du même niveau et qu’avec le pad de Sony, il y a aussi une intégration complète de la fonctionnalité dans la PS5. Et c’est une valeur ajoutée qui ne peut pas être négligée.

Le DualSense Edge tenu en main

Le DualSense Edge tenu en main

C’est une toute autre affaire si l’on veut acheter le Edge pour l’utiliser peut-être sur un PC. Ici, il est clair que le marché offre des dizaines d’alternatives qui sont souvent même supérieures en termes de fonctionnalités et de qualité de fabrication, et si l’on décide même de faire une comparaison avec la Xbox Elite 2, il est évident que le DualSense Edge ne peut que mal faire parce que la comparaison qualité/prix n’est pas à son avantage.

Commentaire

Face à un produit comme le DualSense Edge, on ne peut pas laisser de côté le levier du prix, car on ne peut pas séparer le jugement sur la qualité et les caractéristiques du contrôleur de la dépense nécessaire pour l’emporter chez soi. Mais comme nous avons déjà essayé de l’expliquer dans le corps de la revue, si 239 € peuvent sembler trop élevés en valeur absolue, il n’y a pas de véritables alternatives de qualité et de fonctionnalité égales sur le marché aujourd’hui à un prix nettement inférieur. De plus, le travail effectué par Sony sur la conception et la construction du Edge est incontestable, car c’est un pad qui exploite parfaitement tous les éléments positifs du DualSense standard et les pousse à un niveau supérieur, pour répondre aux besoins de ceux qui veulent jouer avec un équipement supplémentaire, notamment sur le front du multijoueur compétitif. Et puis il y a l’intégration avec le tableau de bord PS5, qui est une valeur ajoutée impressionnante. C’est juste dommage pour l’autonomie : c’était déjà un élément critique du pad original de la PlayStation 5, et avec le Edge, elle fait un nouveau pas en arrière.

PRO

  • Le même design et l’excellente ergonomie que le DualSense classique
  • S’intègre parfaitement au tableau de bord PS5
  • Excellente possibilité de remplacer le module analogique
  • Le boîtier est astucieusement conçu

COMPTEUR

  • Autonomie même inférieure à celle du DualSense classique
  • Le plastique supérieur brillant ne nous a pas convaincus
  • Seuls 2 boutons arrière peuvent être une limitation
  • Le prix n’a de sens que confiné au marché de la PS5

Article précédentLe designer de stars partage de magnifiques illustrations de personnages – Multiplayer.com
Article suivantPerfect Dark arrivera après Tomb Raider, le développement est lent, d’après un initié Multiplayer.com