Accueil Essais Horizon Forbidden West : Burning Shores, la critique

Horizon Forbidden West : Burning Shores, la critique

155
0


Nous avons passé le temps qu'il fallait juger Burning Shores : la première extension d' Forbidden West disponible exclusivement sur PS5.

Horizon Forbidden West : Burning Shores, le test de l'extension exclusive à la PS5

Ceux qui ont terminé l'histoire complète de Horizon Forbidden West savent que le deuxième volet des aventures d'Aloy se termine sur un énorme cliffhanger qui sert d'antécédent possible à ce qui sera raconté dans l'inévitable troisième volet de la série. Cependant, nombreux sont ceux qui considéraient comme acquis que ce premier DLC, Burning Shores, un contenu additionnel complet qui fait office d'antécédent à l'inévitable troisième volet de la série. véritable extensionpourrait en quelque sorte poursuivre cette histoire et servir de pont vers le chapitre suivant.

C'est sur la base de ces hypothèses que nous nous sommes lancés dans l'aventure de la de Horizon Forbidden West : Burning Shores qui, en plus de proposer une nouvelle mission principale et plusieurs nouveautés de gameplay, arrive sur le marché au prix de 19,99 € et est exclusivement disponible sur PlayStation 5, là où le de base était également jouable sur l'ancienne PS4. Décision marketing ou dictée par une nécessité technologique ? Nous tenterons de nous prononcer sur ce point également dans cette critique ; et maintenant, installez-vous confortablement et profitez-en !

Une histoire qui n'est qu'un bouche-trou

Aloy à bord d'un Tuffoplane, la nouvelle machine volante de Burning Shores

Aloy à bord d'un Tuffoplane, la nouvelle machine volante de Burning Shores

Dans une décision particulièrement inédite pour notre industrie, pour jouer à Burning Shores, il faut non seulement avoir terminé Horizon Forbidden West, aussi se trouver dans le monde ouvert post-final, car ce n'est qu'à ce moment-là que nous pourrons recevoir l'appel de Sylens sur l'objectif d'Aloy et donner le coup d'envoi de l'aventure de Burning Shores. canevas narratif de l'extension. Si, pour une raison étrange, vous avez choisi de commencer un New Game+ à ce moment-là et que vous n'avez pas conservé une sauvegarde précédente quelque part, préparez-vous à une course effrénée pour pouvoir terminer à nouveau le titre original, sinon le DLC restera un composant téléchargé, mais non amorçable.

Avec ce choix, mentionné plus haut, qui est assez atypique dans un marché où développeurs et les éditeurs essaient constamment de mettre les joueurs dans les meilleures conditions pour leur permettre d'essayer (et d'acheter) tout contenu supplémentaire, Guerrilla pouvait prendre pour acquis que toute personne approchant l'extension était bien consciente de la fin particulière avec laquelle Forbidden West s'est terminé. Nemesis s'apprête à toucher terre, et nos héros doivent trouver un moyen de contrecarrer cette terrifiante intelligence artificielle qui a échappé au contrôle de Zenith.

Dommage que cette terrible menace soit en suspens, mais cela ne bouge pas d'un iota, car dans Burning Shores, nous avons affaire à un Zenith sorti de nulle part et que, par coïncidence, tout le monde croyait mort alors qu'il s'était retranché sur une île, poussant son culte de la personnalité à des niveaux d'imagination inégalés. Nous avons clairement apprécié la capacité de l'équipe de scénaristes de l'éditeur néerlandais à mettre en scène des personnages de la vie quotidienne. un personnage intéressant, Walter Londonune frange éparse des Quen naufragés d'une expédition navale et, surtout, un comprimario qui suivra Aloy pendant la quasi-totalité de l'histoire principale, Seyka.

Cependant, sans vouloir risquer de spoiler, nous devons avouer que nous n'avons pas été particulièrement satisfaits par le compartiment narratif. Les rebondissements sont téléphonés, on pourrait écrire un article à part entière sur la précipitation avec laquelle les relations amoureuses d'Aloy ont été décidées, et plus généralement, l'idée que l'on se fait de Burning Shores est celle d'un filler, si vous me permettez la comparaison avec les séries et les animés. Un filler somptueux, riche, voyant et appréciablemais un bouche-trou qui ne fait pas avancer d'un millimètre l'arc narratif principal de la série, reportant les réponses et l'évolution réelle de l'intrigue à l'inévitable troisième chapitre d'Horizon auquel, qui sait quand, nous pourrons jouer.

Lire aussi :  Stray Blade, la critique - Multiplayer.fr

La nouvelle carte se déroule à Los Angeles, avec la colline d'Hollywood.

La nouvelle carte se déroule à Los Angeles, avec la colline d'Hollywood.

La capacité de Guerrilla à concevoir la mission principale d'une manière nouvelle par rapport au passé est certainement à récompenser, avec Seyka qui sera pratiquement toujours à nos côtés, prêt non seulement à nous donner un coup de main dans les combats et à discuter avec Aloy dans les moments morts, mais aussi à résoudre une poignée d'énigmes environnementales générant un sentiment de quasi-coopération certainement fascinant. Cependant, en parlant de missions, nous ne pouvons pas nous empêcher de souligner que les missions principales ne seront que 5 et, malgré la présence d'une nuée d'activités secondaires, dont certaines inédites (comme les figurines Pangea qui ont généré tant de problèmes dans la localisation italienne), il nous a fallu moins de 10 heures pour voir la plupart de ce que le DLC est en mesure d'offrir en termes d'histoire.

Un gameplay enrichi

Avec le Tuff Plane, nous pouvons voler et aller rapidement sous l'eau.

Avec le Tuffoplane, nous pourrons voler et aller rapidement sous l'eau.

En ce qui concerne le gameplay, il est clair qu'il ne faut pas s'attendre à des révolutions ou à des changements de cap majeurs de la part du contenu additionnel, et il faut reconnaître que Guerrilla est allé bien au-delà de la simple tâche, en enrichissant les éléments principaux d'Horizon Forbidden West avec un triplé d'introductions savoureuses.

Tout d'abord, il y a la nouvelle île, une section transversale de Los Angeles, avec Hollywood Hill en bonne place dans la zone centrale et quelques ruines de Downtown et Santa Monica (il y a même la fameuse grande roue). Cette zone inconnue, reliée à la carte principale du jeu par un très rapide trajet en bateau, est nettement plus petite que la zone de l'Ouest interdit (environ 1/3 de sa superficie), mais elle est extrêmement dense sur le plan géographique. On y trouve des plages, de nombreuses zones maritimes explorables, des montagnes, des forêts, des zones volcaniques avec de la lave et des geysers de vapeur que l'on peut exploiter pour s'envoler dans les airs avec l'Alascudo d'Aloy, et plus généralement beaucoup de verticalité, utile pour bien exploiter le Tuffoplane, la nouvelle machine volante introduite avec le DLC.

En parlant de robots, l'extension introduit un certain nombre de nouvelles menaces artificielles, à commencer par le Tuff Plane que nous venons de mentionner, qui remplace le Solcacielo et qui est essentiel pour pouvoir s'envoler à travers les magnifiques nuages de l'extension. Vous trouverez également des drones qui s'activent si vous tombez par malchance sur les ” œufs ” qui les gardent, une sorte de grenouille géante, ainsi que plusieurs versions améliorées des dinosaures que nous avons déjà rencontrés par le passé.

La colline d'Hollywood est un point central de la nouvelle carte.

Hollywood Hill est un point central de la nouvelle carte

À tout cela s'ajoute la dernière menace que nous affronterons lors de la bataille finale du DLC, qui, bien qu'elle n'ait pas les traits d'un animal préhistorique, adhère parfaitement à l'imagerie de la série. Toutes ces introductions ont cependant déséquilibré le rythme de l'action vers des combats plus à distance car les nouvelles adversités auront tendance à rester très en l'air ou à se déplacer rapidement sur le champ de bataille, avec entre autres une réserve de vie particulièrement élevée qui conduira à des combats intenses et frénétiques où il n'est pas toujours facile de gérer la caméra folle et la nécessité de se déplacer largement sur le terrain.

Dommage, car la troisième introduction majeure du DLC concerne un ajout substantiel aux talents d'Aloy puisque pour chaque branche de compétence, 2 compétences actives et une charge vaillante ont été ajoutées, clairement en accord avec le thème de chaque arbre. Nous avons apprécié les boucliers portables que vous pouvez poser au sol pour vous mettre à l'abri des projectiles ennemis, les mines et certains bonus liés aux grenades fumigènes ainsi que le nouveau coup énergisant combiné au grappin que vous pouvez infliger aux machines assommées et qui a été montré à plus d'une reprise pendant les bandes-annonces. Mais surtout, nous avons été heureusement impressionnés par la possibilité de charger la lance d'Aloy en éléments, afin d'exploiter les faiblesses des machines au corps à corps, ainsi que par la capacité de Seyka à attacher des réservoirs de vampires à l'armure des adversaires, permettant alors à nos flèches de générer d'énormes explosions lors des combats.

Lire aussi :  Viewfinder, la critique - Multiplayer.fr

Une exclusivité techniquement incontestable

Dans les Burning Shores, il y a une grande variété d'environnements explorables.

Dans les Rivages ardents, il existe une grande variété d'environnements explorables.

Burning Shores est encore plus beau que Forbidden West. renforçant ainsi notre thèse selon laquelle Horizon est le meilleur monde ouvert disponible sur consoles d'un point de vue purement technologique. Et tant la nouvelle île, avec sa densité, que les personnages non-joueurs encore une fois remarquables en termes d'expressivité faciale et d'animations corporelles, et toute l'affaire des nuages qui peuvent être atteints puis traversés par Tuff Plane, ne font que renforcer cette thèse.

Sans parler de la capacité de l'équipe de développement à continuer à créer des jeux de qualité. des scénarios vraiment beaux et évocateurs qui mélangent réalité et fiction, passé radieux et futur dystopique, en plaçant ici et là des points d'intérêt qui secouent et étonnent le joueur lorsqu'il les rencontre pour la première fois (la colline d'Hollywood avec l'Horus ” embarqué ” est tout simplement extraordinaire), et sans trop entrer dans les détails d'un combat final vraiment étonnant par la quantité d'éléments mis en scène et la beauté des décors dans lesquels se déroule le long affrontement.

Est-ce donc suffisant pour justifier l'inexistence du DLC sur PS4 ? Nous peinons à répondre à cette question, mais ce que nous n'avons pas vraiment pu expliquer, c'est le choix de Guerrilla de faire des nuages, ce qui nécessitait la puissance supplémentaire de la PS5, un élément annexe à la narration de Burning Shores, une composante entièrement optionnelle de toute l'exploration sur laquelle on tombe presque par hasard. Il n'y a pas une seule mission qui nous guide vers un vol en altitude ou un objectif spécifique, à l'exception d'un affrontement absolument gratuit et utile pour empocher un peu de butin. Si les nuages sont vraiment le point fort du DLC (d'ailleurs, la nouvelle technologie les a rendus statiques), pourquoi ne pas les mettre davantage en valeur en les intégrant à l'histoire ?

L'évolution de la relation entre Aloy et Seyka est précipitée et peut-être même prévisible

L'évolution de la relation entre Aloy et Seyka est précipitée et peut-être même prévisible

Rien à dire, en revanche, sur les l'impression d'ensemble qui demeure une fois de plus extraordinaire malgré quelques compromis mineurs en termes d'interpénétrations, de pop-ups et de pop-ins, et un jugement absolument positif également du côté de la bande sonore, parfaitement en phase avec les sons et les thèmes du passé, avec quelques introductions agréables de synthétiseurs et de musique électronique. Tout comme nous applaudissons, pour la énième fois, la capacité de Sony à mettre en place un système de gestion de l'image de marque. doublage exceptionnel en italien avec d'excellentes performances de tous les protagonistes et un bon mixage des effets sonores.

Commentaire

Version de l'en-tête PlayStation 5

Livraison numérique

PlayStation Store

Prix
19,99

Nous pensons qu'il est facile de voir à travers les lignes de cette critique que Horizon Forbidden West : Burning Shores est un DLC agréable, compétent et appréciable pour ceux qui ont passé des dizaines (pour ne pas dire des centaines) d'heures avec l'aventure d'action en monde ouvert de Guerrilla. Cependant, quelques défauts affectent ici et là la structure de cette extension, tant au niveau de l'histoire que de certains aspects du gameplay. Au final, il s'agit selon nous d'un contenu additionnel qui, tout en faisant le bonheur des fans de la série, leur laissera un goût amer pour toute une série de choix peu clairs et parfois injustifiables. Il ne reste plus qu'à espérer que nous n'aurons pas à attendre trop longtemps avant de revoir Aloy sur scène.

PRO

  • Techniquement, c'est le meilleur monde ouvert sur consoles.
  • Le fait d'avoir toujours de la compagnie pendant l'aventure est rassurant et agréable
  • Certains nouveaux talents apportent de la variété au combat

CONTRE

  • Chaque rebondissement est téléphoné et même prévisible.
  • L'histoire principale se termine très rapidement
  • Les nuages sont beaux mais peu utilisés