Accueil Essais Indiana Jones et le cadran du destin, une critique du nouveau Indy...

Indiana Jones et le cadran du destin, une critique du nouveau Indy au cinéma.

143
0


Harrison Ford revient au cinéma dans le rôle d'Indiana Jones : d'Indiana Jones et le cadran du , sa dernière aventure.

Indiana Jones et le cadran du destin, une critique du nouvel Indy au cinéma.

Certains plus, d'autres moins, nous avons tous grandi avec Indiana Jones. Ses aventures ont défini générations entières, son chapeau est devenu une icône représentant l'essence même de l'aventure. Les trois films sont des piliers de la culture pop comme il en existe peu dans le monde, et même le quatrième film, très décrié, nous a appris quelque chose, à savoir qu'il n'est pas toujours bon de regarder en arrière et de surfer de vieilles gloires en quête de sécurité : de temps en temps, il faut aller de l'avant, prendre des risques et tourner la page. C'est une leçon qu'Hollywood n'a pas encore apprise, une erreur qu'il répète avec une fréquence agaçante ces derniers temps. Et si c'est même quelqu'un comme Steven Spielberg qui commet l'erreur, quel espoir James Mangold, qui l'a remplacé à la barre, pourrait-il avoir de rouvrir une porte qui semblait avoir été fermée ?

C'est donc avec peu d'enthousiasme et beaucoup de méfiance que nous sommes entrés dans la salle, nous demandant si nous avions vraiment besoin d'un autre Indiana Jones, si nous voulions vraiment voir un Harrison Ford trop âgé faire semblant d'être jeune à à l'écran. Dans notre critique de Indiana Jones et le cadran du destin nous expliquons pourquoi nous avons changé d'avis, du moins en partie.

La dernière balade d'Indy

Le logiciel de rajeunissement fait des merveilles maintenant

Le logiciel de rajeunissement fait maintenant des miracles

Le nouveau film commence par un très long flashback qui nous ramène à la Seconde Guerre mondiale, au-dessus d'un train nazi dans lequel Indy et son ami Basil Shaw (Toby Jones) tentent de récupérer un certain artefact. En plus de montrer la technologie de rajeunissement CGI qui atteint l'état de l'art, le flashback renverse immédiatement les tables sur le mystère archéologique à portée de main : le… Machine d'Antikytheraun instrument aux capacités illimitées qu'Archimède aurait construit à Syracuse. Lorsque nous le retrouvons dans le présent, Indy n'est plus qu'une épave : maintenant à la retraite, il se débrouille entre bouteilles dans l'Amérique de l'alunissage, à un moment de l'histoire où les gens se tournent vers l'avenir et l'espace plutôt que vers le X qui marque l'endroit où il faut creuser.

Au début, Le Cadran du destin semble être une tentative maladroite d'effacer Le Royaume du crâne de cristal, mais en vérité, le quatrième Indiana Jones ne peut pas être ignoré : ce qui s'est passé dans ce film amorce le soi-disant “voyage du héros” dans ce film, peut-être le seul à établir des enjeux vraiment intimes pour le personnage joué par… Harrison Ford. Ce évolue avec un charisme et une passion hors du commun : l'affection que l'acteur aujourd'hui âgé de 80 ans porte à son alter ego cinématographique se ressent dans chaque scène, dans l'une des meilleures performances d'acteur du vieux Ford.

Le Cadran du destin est un film différent de ses prédécesseurs à bien des égards, et pourtant le bon Mangold, qui déplace la caméra avec assurance et précision, tombe dans l'erreur la plus triviale qui soit : il l'a truffé de références à la saga, dans un…opération nostalgique. qui semble plus souvent trahir un manque d'idées qu'une volonté de faire un clin d'œil aux fans. Ainsi, tous les clichés possibles et imaginables reviennent, des poursuites à cheval aux grottes pleines de racailles rampantes, en passant par le mépris absolu des nazis jusqu'aux caméos volants, comme celui de John Rhys-Davies avec ses deux répliques dans le rôle du sympathique… Sallahet parviennent encore à arracher un sourire et même une larme aux plus passionnés.

Lire aussi :  Rebel Moon Part 1, une critique du dernier effort de Zack Snyder sur Netflix

En disant cela, on pourrait croire que Le cadran du destin est un mauvais film ou, pire encore, un film inutile, mais il n'en est rien. Pas du tout. C'est un grand Indiana Jones, avec une réalisation inébranlable et parfois très inspirée, un dosage d'action et d'introspection qui fonctionne, un… une photographie splendide, quelques moments vraiment mémorables et un final hâtif mais efficace. Il n'ennuie ni n'offense comme le faisait Le Royaume du crâne de cristal avec ses réfrigérateurs et ses vignes, mais en même temps, il ne stupéfie jamais, sauf dans une séquence finale vraiment époustouflante que nous encourageons avec toutes les notes.

Sur les ailes de la nostalgie

Harrison Ford et Phoebe Waller-Bridge dans une scène du film.

Harrison Ford et Phoebe Waller-Bridge dans une scène du film.

Mangold n'est pas Spielberg et l'ensemble ne l'est pas non plus infographie du monde est capable de restituer la véritable créativité et l'efficacité des scènes plus artisanales mais mémorables des films précédents. Le Cadran du destin est un film bien tourné, mais qui manque du flair et de la sophistication qui faisaient briller même les plans les plus banals, sortant du chapeau des moments iconiques comme le dîner dans Le Temple maudit ou le saut de la foi dans La Dernière Croisade. Ainsi, des scènes comme celle de la plongée – dans laquelle le scénario sous-utilise un personnage charismatique – ne peuvent pas être considérées comme des scènes d'horreur. Antonio Banderas – qui avaient un énorme potentiel, se résolvent en courtes parenthèses sans aucune note aiguë.

Même le choix d'assombrir le protagoniste, le plongeant dans une crise existentielle, se heurte à la… esprit goliardien qui caractérisait la trilogie originale, mais il prend tout son sens dans une perspective moderne où rien n'est jamais assez et où il faut toujours viser plus haut, exaspérant les intrigues et les rôles.

Mads Mikkelsen dans une scène du film

Mads Mikkelsen dans une scène du film

Voici donc le casting de comprimarios qui convient à Indiana Jones 5. Pas d'intérêt amoureux pour le professeur Jones cette fois, mais une filleule, Helena – l'excellente Phoebe Waller-Bridge de Fleabag – qui renverse complètement le rôle de la “demoiselle en détresse” : elle est rusée, déterminée, moqueuse et quelque peu malhonnête, mais aussi charmante et fougueuse que l'Indy d'autrefois. Un jeune acolyte, Teddy, l'accompagne, mais l'acerbe Ethann Isidore, qui voudrait être une sorte de Shorty 2.0, grince un peu, bien qu'il soit certainement moins gênant que le Mutt de Shia LaBeouf dans Le Royaume du crâne de cristal. Le trio établit une dynamique similaire à celle d'Indy, Willie et Shorty dans Le Temple Maudit, mais cette fois-ci, c'est Helena qui ouvre la voie, donnant à Indy l'espace nécessaire pour accomplir son voyage.

Lire aussi :  Pikmin 4, la critique - Multiplayer.fr

Dans le rôle du méchant, nous trouvons Mads Mikkelsenqui est toujours extraordinaire et s'est maintenant cousu dans le rôle, mais que le film esquisse sans trop l'approfondir : c'est un nazi, il n'a aucun scrupule et veut le mécanisme d'Archimède à des fins tout sauf nobles, et c'est tout ce qu'on a besoin de savoir. Non pas que le méchant des quatre Indiana Jones n'ont jamais été particulièrement mémorables, mais même alors, la perspicacité de Spielberg – et celle de George Lucas, qui avait signé les histoires précédentes – avait emballé des personnages charismatiques de la trempe d'Elsa Schneider ou d'Irina Spalko, dépeints par touches peu nombreuses mais efficaces.

La machine d'Antikythera construite par Archimède

La machine d'Antikythera construite par Archimède

Au final, Indiana Jones et le cadran du destin est exactement ce que l'on attend d'un Indiana Jones : moins casse-gueule, plus tordu, mais toujours un excellent divertissement, qui plus est sur l'air d'un… John Williams dans un état de grâce qui suit chaque scène avec une ponctualité maniaque. Le film de Mangold ne porte pas sur ses épaules le poids d'un passage de témoin qui n'a jamais été et ne sera jamais : comme l'a dit Harrison Ford lui-même, il est Indiana Jones, et Indiana Jones mourra avec lui.

Et c'est ainsi, cela devrait être ledernière aventure D'un homme qui a trop longtemps vécu dans le passé et qui doit se redécouvrir et redécouvrir l'importance de son présent. Peut-être trop cérébral pour ce à quoi Spielberg nous a habitués dans ses précédents Indys, Le Cadran du destin réussit le difficile exploit de moderniser Indiana Jones sans le dénaturer. Et ce n'est pas une mince affaire.

Conclusions

Si c'est vraiment la dernière fois que nous voyons Indiana Jones au cinéma, alors le film de James Mangold a un grand mérite, celui de clore une saga très importante sans trop nous faire regretter les films avec lesquels nous sommes tombés amoureux de l'archéologue le plus célèbre du monde. Parfois autoréférentiel au point de frôler la nostalgie mesquine, Indiana Jones et le cadran du destin est un film qui fonctionne au niveau de son casting, de sa mise en scène et de sa narration, mais qui ne brille par aucun de ses aspects propres, à l'exception de la performance stellaire d'Harrison Ford. Et pourtant, il parvient à nous faire voler avec fantaisie, à nous enchanter pendant ces quelques heures où un vieil homme qui combat les nazis redevient le héros dont nous avions besoin et que nous méritions un peu.

PRO

  • Harrison Ford dans l'une de ses meilleures performances
  • La bande originale de John Williams
  • Le mystère archéologique est vraiment intriguant

CONTRE

  • Mangold s'en sort mais ce n'est pas un Spielberg
  • L'antagoniste ne convainc pas pleinement
  • Les références aux vieux films ont tendance à être clochemerlesques