Accueil Xbox one La fin de l’E3 – Multiplayer.com

La fin de l’E3 – Multiplayer.com

276
0


L'E3 2023 n'aura pas lieu et l'annonce de ReedPop ressemble à un verdict final : nous analysons problèmes qui ont conduit à cette décision et les conséquences possibles.

La fin de l'E3

C'est désormais officiel : leE3 2023 n'aura pas lieu. Cette nouvelle laisse penser que l'événement basé à Los Angeles est définitivement arrivé au bout du rouleau : la dernière édition, en 2019, porte désormais quatre ans sur son dos, au fil du temps le salon a épuisé toutes les justifications possibles les absences, et ce qui aurait dû s'avérer être l'année de la renaissance vient de se transformer en antichambre de l'épilogue lui-même.

La raison de l'annulation réside l'absence “de l'intérêt nécessaire pour organiser une foire capable d'honorer la taille, la force et l'impact de l'industrie”.“. Et c'est une déclaration, celle des organisateurs, qui pointe indirectement du doigt les grands “transfuges”, ces Sony Interactive Entertainment, Microsoft, Nintendo, Ubisoft, Sega et Tencent – pour n'en citer que quelques-uns – qui avaient déjà annoncé qu'ils ne participeraient pas à l'événement ou qui s'étaient retirés des salles d'exposition.

L'Electronic Entertainment Expo est désormais une spectre d'-mêmeun fantôme fatigué et dépouillé de ses plus grandes scènes, orphelin de Nintendo et privé du défi titanesque entre Microsoft et Sony, affaibli sur le front des tests, inapte à soutenir les nouveaux rythmes du marché. Mais c'était encore l'E3, pour certains un rendez-vous fixe, pratiquement la variante vidéoludique d'Un fauteuil pour deux à Noël, l'un des rares moments où les fans étaient autorisés à rêver concrètement d'un avenir du divertissement.

Il ne faut pas, en revanche, organiser des funérailles dorées pour un événement qui a historiquement apporté un certain nombre de problèmes évidents. L'E3 a également été le berceau de la culture du battage médiatique, la raison qui a poussé certains studios à assembler des bandes-annonces fictives à la hâte pour ne pas se présenter les mains vides devant le monde entier, le lieu où de nombreuses dates de sortie irréalistes ont été gravées dans le marbre, conditionnant irrémédiablement le travail des développeurs.

Un berceau d'ennuis

Le dernier de l'E3

Le dernier des E3

L'édition 2019 de l'E3, déjà qualifiée de ” décevante ” à l'époque, a pris la forme d'un réceptacle rempli des fissures structurelles qui encrassaient les contours de l'événement depuis quelques années. À l'époque, une présentation à huis clos de Cyberpunk 2077 a été montrée à la presse, qui s'est avérée très différente du produit fini, et la même chose s'est produite dans les limites de Dying Light 2, lorsque l'attention était encore concentrée sur la narration à embranchements de Chris Avellone. Dans les méandres des showfloors, il a même été permis de s'essayer à Hollow Knight : Silksong sur Nintendo Switch, une œuvre qui non seulement quatre ans plus tard n'a toujours pas vu le jour, mais qui entre-temps semble avoir changé de drapeau en trouvant un nouvel allié dans le Game Pass de Microsoft.

La pression de l'E3, selon le fameux rapport de Kotaku, est exactement ce qui a convaincu BioWare de réaliser le désormais célèbre trailer artificiel d'Anthem, celui qui a laissé des millions de personnes bouche bée lors des conférences devant une formule aussi sci-fi qu'effectivement inexistante. Et c'est cette pression épuisante qui a poussé les fabricants de matériel à annoncer des jeux vidéo qui seraient absents des consoles pendant plus de cinq ans, afin de crier au monde entier qu'ils avaient un atout de plus dans leur manche par rapport à la concurrence.

Lire aussi :  Party Animals, la critique - Multiplayer.fr

"Je suis de retour !"

“Je suis de retour !”

La concurrence elle-même ne devait pas être sous-estimée : pendant d'innombrables années, au cours de la huitième génération de consoles, lorsque le rideau tombait sur les conférences de Sony et de Microsoft, on voyait apparaître le gagnant et le perdantle vidéo dont on rêve le soir et que l'on oublie le jour même. Est-il logique que les géants de l'industrie s'affrontent sur la même scène en courant le risque réel d'être éclipsés par l'offre de leurs rivaux ? Il parfois que l'on n'ait aucun produit à présenter. Dans le cas de Microsoft, il s'agissait d'une transition de près de ans. Sony a pris conscience de cette situation et, dès 2019, a choisi d'abandonner les rives de l'E3, suivant de près ceux qui ont longtemps compté sur des fenêtres de communication sur mesure.

Une philosophie, celle-ci, qui se plie d'ailleurs parfaitement à la nouvelle structure de l'information, au poids du web et des réseaux sociaux, qui permettent depuis ce qui semble être des siècles d'atteindre n'importe qui à n'importe quel moment. L'E3 2023 n'aura pas lieu, et ce sont les éditeurs de jeux vidéo qui l'ont décidé. Mieux vaut miser sur les keynotes, les State of Play, les Direct, les créateurs, le visage rassurant de Geoff Keighley et la communication sans intermédiaire du Summer Game Fest. Mais si cela signifie que les problèmes évoqués plus haut ne se posent plus, cela signifie aussi que les éléments suivants émergent des spectres tout aussi inquiétants.

Les risques de la nouvelle communication

Parmi les non plaideurs, le troisième jouit

Parmi les non contestataires, le troisième jouit

Il est très difficile d'imaginer une édition de la Semaine de la mode de Milan, ou de son équivalent parisien, dont les géants de la mode décideraient de se détourner. Il est tout aussi improbable que les fabricants de matériel et de téléviseurs déclarent que le CES de Las Vegas ne vaut pas la peine d'être fréquenté. Le marché des jeux vidéo, quant à lui, s'est transformé au point de devenir une entité à part entière, sans doute parce qu'il n'est pas le seul à être présent. l'une des industries les plus centralisées jamais connue. Les fabricants vendent directement au public presque sans médiation, aujourd'hui ils veulent communiquer avec le public presque sans filtre. Il fut un temps lointain où l'E3 était aussi le lieu où naissaient les collaborations et surtout où se signaient les grands accords de distribution, alors qu'aujourd'hui il suffit de passer par les procédures de vérification d'une boutique numérique pour voir son œuvre exposée sur des étagères virtuelles.

Dans la communication de ReedPop, organisateur de l'E3 2023, on peut lire : “Nous apprécions et comprenons que les entreprises intéressées n'auraient pas de jouables prêtes… “.‘, un passage qui – peut-être même en lançant une pique voilée – explique pourquoi de nombreux fabricants, y compris par exemple Ubisoft et Microsoft, ont récemment annoncé leur défection de la salle d'exposition. Les jeux vidéo du futur seront montrés et non testés, même si le courtage a été perçu comme léger ces derniers temps, et le sceptre sera définitivement récupéré par les événements numériques et les entrées sélectionnées, qui, par leur nature même, sont susceptibles de pénaliser certains acteurs.

Lire aussi :  Qu'est-il arrivé à Octopath Traveler 2 ?

L'E3 est peut-être devenu un banc d'essai trop grand et trop exigeant.

L'E3 est peut-être devenu un banc d'essai trop et trop exigeant.

L'une des choses qui nous manquera le plus, ce sont les petites ailes comme le Kentia Hall et le Concourse Hall du Los Angeles Convention Center, pour les non-initiés une sorte de collatéral de l'E3, les halls qui, ces derniers temps, accueillaient les stands de l'industrie des jeux vidéo. petits éditeursqui s'efforcent de présenter des œuvres qui ne trouveraient pas leur place sur la grande scène des heures de grande écoute. Des titres qui, souvent, lorsqu'ils sont placés dans des contextes plus emblématiques – tels que State of Play ou Nintendo Direct – sont perçus comme des productions inférieures, risquant d'être exclus de la nouvelle dynamique de communication.

Certains des grands événements numériques ont en fait des prix réelsC'est le cas de l'Opening Night Live de la Gamescom, qui va d'un minimum de 85 000 € pour une bande-annonce de 30 secondes à 210 000 € pour une bande-annonce de deux minutes ; ces types de “partenariats”, dans le cas de la Gamescom, nécessitent une présence dans l'espace d'exposition et sont intégrés à d'autres annonces de nature purement éditoriale, mais pendant l'événement proprement dit, il est assez difficile de les distinguer les uns des autres.

L'E3 nous manquera, avec tous ses défauts

Tous les joueurs sous le même drapeau

Tous les joueurs sous le même drapeau

Même si le voyage de l'E3 n'est pas encore terminé, la communication récente sent bon les coucher de soleil final comme jamais auparavant. Peut-être que les développeurs n'auront plus à travailler sous l'épée de Damoclès d'une date de sortie trop zélée, peut-être que les studios n'auront plus à se démener pour avoir quelque chose à montrer à un public affamé, peut-être que le report d'un jeu vidéo deviendra une situation rare à rencontrer. Mais en fin de compte, cela fait trois ans que l'Expo a disparu des rives de Los Angeles et tous ces phénomènes continuent de se produire : seuls les temps et les lieux de communication ont changé, et pas toujours pour le meilleur.

L'E3 va nous manquerparce que c'était un moment où tous les joueurs, indépendamment de leurs petits drapeaux, se réunissaient une fois par an sous la même grande bannière, aspirant à un avenir captivant pour l'industrie et l'évoquant parfois. C'était la porte d'entrée de l'été et d'une nouvelle saison de divertissement, une foire aux rêves qui prenait forme au fil de semaines de spéculation et déclenchait parfois des rugissements capables de traverser le monde, cadrant l'épée Buster de Cloud Strife en gros plan après vingt ans, accueillant sur scène un Keanu Reeves “époustouflant”, montrant l'émotion de Davide Soliani lorsque Shigeru Miyamoto présentait un jeu vidéo italien. Nick Hornby a écrit : “[…]Même si tout va mal, que vous perdez votre travail, que votre petite amie vous quitte, il y a toujours un championnat qui commence en septembre“. Mais désormais, nous risquons de ne plus jamais pouvoir dire qu'il y a toujours un nouvel E3 qui nous attend en .