Accueil Essais La Grande Guerre : le front occidental, la revue

La Grande Guerre : le front occidental, la revue

56
0


Voici le de The Great War : Western Front, le de stratégie se déroulant pendant la Première mondiale qui nous fait gérer la guerre des tranchées.

The Great War : Western Front, une critique d'un jeu de stratégie en temps réel intéressant se déroulant pendant la Première Guerre mondiale.

Les développeurs de jeux de tir à la première personne ont eu quelque chose en commun avec ceux qui font plutôt des stratégies de guerre pour PC, à savoir la recherche incessante d'un cadre peu exploré par la concurrence, qui pourrait justifier la publication d'un produit dans un marché qui, pour les deux genres, dramatiquement saturé. Si, dans le cas des shoot-em-ups, plusieurs produits ont récemment tenté de raconter l'histoire d'un théâtre sous-représenté comme celui de la Première Guerre mondiale, il est curieux de constater qu'avant cette semaine, il n'existait pratiquement aucune expérience stratégique consacrée à la Guerre, même si cela s'explique par des raisons assez évidentes.

Le carnage sanglant qui s'est déroulé sur le front occidental entre 1914 et 1918 est, en effet, profondément différent de autre conflit dans l'histoire de l'humanité, et ne suit pas l'ensemble des dynamiques qui régissent habituellement les guerres entre grandes nations : enfermées dans le tranchées Dans des conditions inhumaines, les armées des Alliés et des Empires centraux sont restées figées sur la même position pendant des années, tandis que des générations entières de jeunes hommes étaient jetées dans le feu croisé des mitrailleuses ennemies, souvent pour faire diversion. C'est pourquoi, lorsque nous avons entendu parler pour la première fois de The Great War : Western Front, nous nous sommes vraiment demandé comment la guerre des tranchées pouvait être transposée efficacement dans un STR qui n'est pas si différent de n'importe quel Total War.

L'expérience aura-t-elle été concluante ? En compte-rendu de La Grande Guerre : le front occidental nous expliquons pourquoi, tout compte fait, le projet développé par Petroglyph et édité par Développements aux frontières s'est avéré beaucoup plus intéressant que nous ne l'avions imaginé au départ.

Du nouveau sur le front occidental

Voici à quoi ressemble le front dans La Grande Guerre : le front occidental en 1918

Voici à quoi ressemble le front de The Great War : Western Front en 1918

Ne disposant pas des mêmes moyens que Paradox ou Creative Assembly, les auteurs de The Great War : Western Front ont sagement renoncé à toute ambition de développement. grande stratégie et emballé aexpérience stratégique compacte et fonctionnellequi, cependant, en termes de contenu, n'est malheureusement pas si profonde. Le titre de Petroglyph offre un plateau de campagne suffisamment petit, s'étendant de la Somme à la Suisse, occupé exclusivement par deux macro-factions jouables représentant les deux grandes coalitions belligérantes. A défaut de pouvoir choisir de jouer les forces du ‘Kaiser von Österreich' Charles Ier, celles du Corps Expéditionnaire Américain ou les Tuniques Légères Françaises, les deux alignements des Alliés et des Empires Centraux sont contrôlés comme un seul, ce qui est bien dommage tant il aurait été intéressant de gérer un pays et d'interagir avec tous les autres tels qu'ils sont gouvernés par l'IA.

Une fois que vous avez choisi le déploiement, la difficulté et le point de départ de la campagne (vous pouvez choisir entre 1914 et 1916), le but est à peu près le même que dans tout autre jeu de stratégie en temps de guerre, à savoir percer les lignes ennemies afin d'avancer vers la capitale adverse. Cependant, contrairement à beaucoup d'autres titres de ce type, The Great War : Western Front n'a aucunement l'intention de maintenir les joueurs engagés dans la gestion financière minutieuse et complexe de leurs empires, mais plutôt de les mettre dans la peau de leur état-major. C'est pourquoi les systèmes d'administration interne qui, dans d'autres STR, permettent de suivre de près le développement des provinces, par exemple en construisant des bâtiments économiques ou militaires, sont totalement absents.

Lire aussi :  Viking Rise, la critique - Multiplayer.fr

En réalité, il existe progrès qui améliorent l'efficacité des différents services de l'armée, mais ils ne s'acquièrent qu'à travers les branches d'un arbre technologique assez dense, qui produira à terme des innovations capables de bouleverser la façon de faire la guerre. En attendant, notre principal objectif sera de micro-gérer en permanence chaque segment de la ligne de front, en veillant à acheminer le ravitaillement et les renforts là où ils sont le plus nécessaires. La campagne est dans l'ensemble bien structurée, et il en va de même pour le reste du contenu disponible. Pas moins de six batailles historiques peuvent être menées individuellement en dehors de la campagne, dont Verdun, la Somme et Ypres, ainsi qu'un mode escarmouche, qui propose plutôt une bataille rapide ne s'inspirant d'aucun théâtre célèbre. Enfin, il y a aussi une ébauche de multijoueur, même si pour l'instant il n'est pas possible de jouer une campagne à deux, mais seulement une bataille unique.

L'usure, une autre clé de la victoire

Au cours de la campagne de The Great War : Western Front, nous pouvons rencontrer des événements avec des récompenses savoureuses.

Au cours de la campagne de La Grande Guerre : Front de l'Ouest, nous pouvons rencontrer des événements avec des récompenses savoureuses.

Si la Seconde Guerre mondiale s'est achevée par le siège serré de Berlin par l'Armée rouge, les grands empires de la Grande Guerre ont tous capitulé à force d'armistice. C'est pourquoi il n'est pas toujours nécessaire de conquérir un territoire pour gagner, dans The Great War : Western Front. Chaque province du plateau, représentée par un hexagone classique, est accompagnée d'un certain nombre de étoilesce qui équivaut à l'importance stratégique de la région dans le conflit. Calais, point de débarquement des troupes britanniques, possède par exemple quatre étoiles, tout comme Bruxelles, centre névralgique des opérations allemandes dans les Flandres. En clair, lorsqu'une région perd toutes ses étoiles, elle passe aux mains de l'ennemi et fait donc avancer le front.

Ce qui est intéressant, c'est qu'une province ne perd une étoile qu'à la suite de victoires écrasantesqui sont assez complexes à réaliser et nécessitent des ressources énormes, c'est le moins que l'on puisse dire. Cependant, il n'est pas nécessairement vrai que, dans une guerre, celui qui obtient le plus grand nombre de centimètres de terrain triomphe. Lors d'une des toutes premières batailles de la campagne, nous nous sommes retrouvés à contrecarrer une énorme avancée allemande et à infliger de lourdes pertes à l'ennemi, sans pour autant voir les étoiles de la région d'où était partie l'attaque diminuer de quelque manière que ce soit. Le Kaiser, quant à lui, a payé un prix différent, mais tout aussi élevé : la défaite lui a fait perdre une grande partie de la “volonté nationale”, une valeur qui résume la propension des factions à poursuivre la guerre et qui, si elle tombe à zéro, entraîne une défaite immédiate.

Dans The Great War : Western Front, les dommages causés au décor se poursuivent dans toutes les batailles suivantes.

Dans The Great War : Western Front, les dommages subis par le décor se poursuivent dans toutes les batailles suivantes.

Bataille après bataille, le front peut ne pas bouger du tout, mais les l'usure due aux combats peut pousser un peuple à se rendre définitivement, comme ce fut le cas lors de la Première Guerre mondiale. Bien que l'inconvénient soit de ressentir une certaine frustration en essayant de conquérir des provinces sans succès, nous avons trouvé cette dynamique très intéressante, très centrée sur le cadre historique et donc particulièrement appropriée.

Lire aussi :  Ace Racer, la critique - Multiplayer.fr

Dessiner des tranchées à main levée

Dans The Great War : Western Front, tu peux dessiner des tranchées, des fortifications et des nids de mitrailleuses à main levée.

Dans La Grande Guerre : Le Front Occidental, tu peux dessiner des tranchées, des fortifications et des nids de mitrailleuses à main levée.

Comme nous l'avons dit, en l'absence de systèmes plus complexes, tout ce que le joueur a à faire est de gérer avec soin les flux d'approvisionnement, mais surtout les flux de marchandises. chaîne d'approvisionnementqui est l'une des deux monnaies de The Great War : Western Front avec l'or. Si ce dernier est important puisqu'il permet d'acheter des chars, des avions et des pièces d'artillerie à envoyer au front, le nombre de ressources entre les mains d'une province est crucial en cas de bataille, car celle qui en possède le plus peut généralement déployer plus de troupes et donc avoir le dessus.

Les batailles sont totalement manuelles, ce qui nous permet de placer des tranchées, de l'artillerie, des défenses et des compagnies d'infanterie en toute liberté. Chaque élément de la bataille, qu'il s'agisse d'un groupe de tirailleurs entrant en ou d'un bombardement aérien des défenses ennemies, a cependant un rôle à jouer. coût en fournitures C'est pourquoi ceux qui en ont le plus peuvent compter sur plus d'outils pour gagner. Un barrage d'artillerie pour couvrir l'avancée des troupes coûte une partie de cette ressource inestimable, tout comme le fait de faire décoller des avions pour abattre des ballons qui élargissent le champ de vision de l'adversaire ou d'envahir les tranchées ennemies avec du gaz chloré mortel. Les batailles sont constamment en jeu et The Great War : Western Front offre au joueur un grand nombre de stratagèmes pour les faire basculer en sa faveur.

Comparaison technique

Malheureusement, l'impact visuel offert par The Great War : Western Front souffre d'une modélisation très superficielle

Malheureusement, l'impact visuel offert par The Great War : Western Front souffre de modèles très superficiels.

Malheureusement, l'un des aspects les plus critiques de la production de Petroglyph réside dans le fait qu'il n'a pas été produit. compartiment techniquen'est tout simplement pas à la hauteur des ambitions du studio. D'un point de vue purement visuel, les développeurs n'ont pas construit de panoramas laids, et les environnements sont d'ailleurs réalisés de manière plus que discrète, ce qui se traduit par un logiciel qui, en plus d'être un jeu de stratégie, s'avère aussi beaucoup trop exigeant pour les configurations PC.

Si toutefois vous aspirez à mettre en scène des batailles massives en temps réel entre des milliers de soldats dans un triomphe d'explosions et de destructions, il devrait être prioritaire que tout soit en place. Le sentiment est que les développeurs n'avaient aucune chance de tout mettre en place sans faire de gros compromis : les modèles sont très superficiels et les animations pour le moins terribles, ce qui dilue inévitablement l'immersion. Si le studio avait consacré un peu plus d'attention à ce domaine, The Great War : Western Front n'aurait vraiment rien eu à envier à la concurrence, malgré sa taille.

Commentaire

Version de l'en-tête PC Windows

Livraison numérique

Vapeur

Prix
34,99

The Great War : Western Front est un jeu de stratégie aux belles idées qui, au mépris de toute perplexité, a réussi ce que personne n'avait jamais rêvé de faire : transposer efficacement un conflit aussi fou et insensé que celui de la Première Guerre mondiale dans un STR. Le titre de Petroglyph présente tous les défauts typiques d'une production confinée dans une dimension fortement indépendante, et sur le plan du contenu, il ne brille pas du tout, mais il offre des perspectives qui le hissent à un niveau très proche de celui des grands requins du genre, tels que Paradox et Creative Assembly. Pour un studio naissant, c'est un véritable exploit.

  • La transposition de la guerre des tranchées au jeu vidéo stratégique fonctionne bien
  • Des batailles intenses et divertissantes
  • Dessiner des tranchées à main levée est incroyablement agréable
  • L'idée d'être capable de l'emporter par attrition est intéressante.

CONTRE

  • En termes de contenu, la taille est plutôt réduite
  • Un compartiment technique qui n'est pas à la hauteur des ambitions du studio

Article précédentARK : Survival Ascended annoncé pour PC et consoles, les serveurs de Survival Evolved bientôt fermés
Article suivantResident Evil 4 Remake : toutes les solutions de terminaux électroniques