Accueil Essais Layers of Fear, la critique

Layers of Fear, la critique

141
0


La de Layers of Fear, collection de remakes de la série d'horreur qui a lancé Bloober Team, le studio qui développe le remake de Silent Hill 2.

Layers of Fear, la critique de la collection remake de la série d'horreur par Bloober Team.

À un moment donné, quelqu'un L'équipe Bloober a dû ressentir le besoin de rassembler toutes les parties de la série Layers of Fear en faire seule et même histoire. Que les deux chapitres principaux plus le DLC du premier soient liés était clair pour quiconque y avait joué, car les histoires avaient une matrice commune reconnaissable et portaient généralement sur les thèmes de l'art, de l'inspiration artistique et de l'obsession qu'il suscite. De plus, elles étaient racontées de façon similaire, même si les décors étaient très différents. Il n'est donc pas surprenant qu'une réédition globale de la série ait été décidée, enrichie de nouveaux contenus qui servent de ciment aux différents épisodes, désormais chapitres d'une même histoire. Avec la Critique de Layers of Fear Nous verrons si l'on peut dire que l'opération de remake et de synthèse est réussie ou non.

L'histoire

Les décors de Layers of Fear sont encore plus sombres

Les décors de Layers of Fear sont encore plus sombres

Layers of Fear commence par une histoire complètement inédite, celle d'une écrivaine qui se rend dans un phare isolé après avoir gagné un concours qui lui a accordé un séjour gratuit. C'est un endroit complètement isolé, loin de toute civilisation. La femme est en quête de paix pour écrire son nouveau roman, d'ailleurs obligée par le contrat signé avec les organisateurs du concours, mais elle trouvera évidemment autre chose qui l'attend, comme on s'en rend compte dès le début, puisque dans l'introduction, on la voit revenir sur les lieux en quête de vengeance. C'est elle qui écrira les histoires des autres couches de peur, son histoire évoluant au fur et à mesure et prenant une place véritablement centrale dans l'ensemble de l'expérience. En effet, les différents jeux ne sont pas en accès libre, mais ont été désassemblés et réassemblés en un scénario plus vaste, bien que toujours linéaire. Les visionarité des différents récits, embellis en effet par le saut technologique, dont nous parlerons dans une section dédiée.

Alors la maison folle de peintre (le protagoniste du premier chapitre de Layers of Fear) est encore plus surréaliste dans sa succession de pièces et de couloirs apparemment aléatoires, dont les connexions ont en réalité une nature fortement symbolique et onirique. Il en va de même pour le bateau de l'acteur (le protagoniste du deuxième chapitre), dont les environnements sont encore plus énigmatiques et efficaces pour devenir le théâtre des obsessions du protagoniste que par le passé, en vertu également de l'histoire générale qui lui sert désormais de toile de fond.

Le fait que les développeurs aient fait un énorme effort pour relier les différents événements, en créant une mythologie commune explicite dans celle de l'écrivain, rend quelque peu intéressant le fait de revivre les deux chapitres principaux, même pour ceux qui y avaient déjà joué par le passé. Seuls les DLC du premier chapitre détonnent un peu avec l'œuvre, étant donné leur nature d'ajouts post-lancement, mais en même temps, il aurait été dommage de les rater, vu tout ce qu'ils révèlent sur les événements du peintre.

Lire aussi :  Summon Quest, un examen d'un jeu d'action semi-automatique

Horreur ou pas ?

Le gameplay de Layers of Fear est en grande partie inchangé par rapport aux chapitres originaux

Le gameplay de Layers of Fear est resté largement inchangé par rapport aux chapitres originaux.

Maintenant, essayons de définir ce qu'est Layers of Fear en termes de gameplay. En apparence, il s'agit d'un survival horror, mais en réalité, il s'agit d'une aventure narrative dans laquelle l'horreur est plutôt un condiment. Le communique à peu près dès le début qu'il n'a pas l'intention de nous mettre des bâtons dans les roues pour découvrir les mystères qui nous attendent. Les différents environnements que l'on peut visiter sont en effet remplis de documents à lire, principal moyen pour nous d'apprendre les événements qui sont arrivés aux différents personnages, tandis que le de déplacement maladroit, avec sa course très lente et l'absence de possibilité de s'accroupir et de sortir des coins, indique clairement qu'il n'y a pas de système de furtivité et que, par conséquent, nous n'aurons pas à nous cacher d'un chasseur ou d'un ennemi en particulier, à tel point que la tension retombe pratiquement dès le début. À un certain moment, nous acquerrons des “armes”, si l'on peut dire, qui feront apparaître des créatures hostiles à l'aspect effrayant. Ne t'attends cependant pas à beaucoup de tension et de terreur, car il faut les affronter très directement. Leur seul souci vient du fait qu'on ne peut pas les éliminer définitivement. Elles nous importuneront donc tant que nous resterons dans leurs zones. De toute façon, il suffit généralement de fermer une porte derrière eux pour les faire disparaître et passer à autre chose sans se soucier de leur présence.

L'atmosphère est indubitablement à l'horreur, mais Layers of Fear peine à créer de la tension

L'atmosphère est indubitablement l'horreur, mais Layers of Fear peine à créer de la tension.

Bref, par rapport aux précédents Layers of Fear, rien n'a changé à cet égard, à tel point que ceux qui y ont déjà joué auront du mal à ressentir le moindre… tension, même face à des scènes que l'on souhaiterait plus macabres. Il y a bien quelques moments plus tendus, mais ils pèsent très peu dans l'économie générale du jeu, qui nous demande surtout d'avancer, de regarder autour de nous et de trouver les différents objets interactifs. L'exploration est également réduite à l'os, malgré des cartes en apparence labyrinthiques. En réalité, ce n'est qu'une impression, car la plupart du temps, vous avancez tout droit, en faisant quelques détours juste pour trouver les différents objets à collectionner. De temps en temps, il y a des clés et d'autres petits objets à collecter, mais l'absence d'un véritable inventaire et l'utilisation automatique de ces objets ne posent pas de gros problèmes pour savoir où ils se trouvent. En ce sens, les énigmes sont principalement exploitées comme des ponctuations rythmiques du gameplay, plutôt que comme des mécaniques qui défient l'intelligence du joueur de quelque manière que ce soit, à tel point que nous nous sommes retrouvés à réfléchir à ce qu'il fallait faire très peu de fois et jamais pendant plus de quelques secondes.

Layers of Fear est une aventure narrative, pas un survival horror.

Layers of Fear est une aventure narrative, pas un survival horror.

En résumé, Layers of Fear cherche avant tout à raconter ses histoires, avec le… mécanique du jeu mis au service du côté narratif, ce qui n'est pas forcément une mauvaise chose. Il en était de même pour les originaux, il en est de même pour cette collection de remakes. Ne t'attends donc pas à quelque chose de trop éloigné, sauf lorsqu'on a cherché un moyen de fusionner les différentes expériences en un seul jeu. Bien sûr, tout cela est plus vaste, puisqu'il s'agit de deux jeux complets avec les DLC associés, anciens et nouveaux, plus une histoire de connexion qui prend son temps, comprimés en un seul titre, mais les systèmes de jeu n'ont pas subi de révolutions inattendues.

Lire aussi :  Stranded : Alien Dawn, la critique

Unreal Engine 5 est vu dans Layers of Fear.

Unreal Engine 5 est là et tu peux le voir.

Unreal Engine 5 est là et tu peux le voir

Là où Bloober et Anshar ont le plus travaillé, c'est sans aucun doute sur le plan technique. Layers of Fear est le premier jeu déplacé par l'équipe d'Anshar.Unreal Engine 5 pour arriver sur le marché et exploiter tout le potentiel mis à disposition par le moteur d'Epic Games, au point d'apparaître graphiquement sur une autre planète par rapport aux titres originaux, en vertu également d'un budget plus important, compte tenu de la croissance que l'équipe de développement principale a connue ces dernières années, croissance qui lui a d'ailleurs valu des collaborations prestigieuses comme celle avec Konami pour le remake de Silent Hill 2. Non seulement les environnements ont un niveau de détail énormément plus important, mais l'atmosphère semble beaucoup plus élaborée, si vous voulez, grâce à l'utilisation de Lumen pour l'éclairage, qui a permis de créer des lieux vraiment impactants, même s'ils sont petits. Ainsi, les pièces de la maison du peintre apparaissent désormais plus sombres et lugubres, tout comme les pièces du bateau dans lequel l'acteur agit. En général, tout est beaucoup plus beau à regarder que dans le chapitre original et le style choisi pour le jeu émerge avec beaucoup moins d'incertitude, étant plus uniforme, même dans le contenu complètement nouveau comme l'histoire de l'écrivain et le nouveau DLC de l'histoire de l'écrivain (vécue du point de vue de sa femme). D'une certaine manière, Layers of Fear vaut la peine d'être joué, ne serait-ce que pour voir l'Unreal Engine 5 en .

Conclusions

Version testée PC Windows

Livraison numérique

Vapeur,

Epic Games Store,

PlayStation Store,

Xbox Store

Pour Layers of Fear, on peut avancer un argument très similaire à ce qui a été fait pour les chapitres originaux : si vous aimez les jeux vidéo d'horreur où la partie narrative est prépondérante sur tout le reste, alors vous l'apprécierez sans aucun doute, surtout si vous n'aimez pas jouer dans un état de tension constant. De plus, tu y trouveras plus de jeux, ce qui permet une expérience globale longue et articulée, compte tenu des standards du genre. Si, en revanche, tu cherches à te concentrer davantage sur les jeux d'horreur, tu ferais mieux de regarder ailleurs, car ici, le choix fait par les auteurs est très clair. En substance, nous sommes face à un jeu techniquement intéressant pour le simple fait qu'il est le premier à utiliser l'Unreal Engine 5, narrativement excellent, avec trois histoires différentes très bien liées entre elles, mais qui risque de décevoir sévèrement ceux qui recherchent un jeu vidéo qui ne raconte pas l'histoire de la peur, mais qui la leur fait vivre.

PRO

  • Techniquement excellent
  • Des histoires intéressantes et bien racontées.
  • En somme, il s'agit de trois jeux en un

CONTRE

  • Crée très peu de tension lorsque les mécanismes sont compris.
  • Les ennemis sont plus une nuisance qu'autre chose