Home Essais Le dernier travailleur, la revue

Le dernier travailleur, la revue

0
Le dernier travailleur, la revue


The Last Worker est aventure narrative dystopique mais pas si éloignée de notre réalité. Nous l'avons testé sur PlayStation VR2.

The Last Worker, une critique d'une aventure satirique et dystopique

Si nous faisions une pause dans nos vies et que nous nous arrêtions réfléchir à leurs absurdités, nous en sortirions sûrement écoeurés. Capitalisme, consumérisme, mondialisation, autant d'aspects de la quotidienne tellement ancrés dans notre expérience qu'ils ne nous causent pas la moindre réflexion. L'équipe de développement de Wolf and Wood s'est cependant arrêté pour réfléchir, et ce qu'il rend au public est The Last Worker, une aventure narrative éléments de puzzle caractérisée par un scénario captivant et d'excellentes performances d'acteurs. La version que nous avons examinée est la plus immersive, à savoir la version en réalité virtuelle.

Nous vous racontons donc notre expérience dans la compte-rendu de The Last Worker pour PlayStation VR2.

Incipit et coupe narrative

Le cadre narratif de The Last Worker est dystopique mais pas si éloigné de la réalité.

Le scénario fictif de The Last Worker est dystopique mais pas si éloigné de la réalité.

The Last Worker s'ouvre sur une courte incipit dans le cadre et le contexte du protagoniste, Kurt, expliqués. L'homme travaille chez Jüngle, une version dystopique de notre . Jüngle, en effet, expédie tout dans le monde entier, et c'est le travail de notre Kurt. Assis sur son aéroglisseur, son travail consiste à vérifier et à expédier les colis, ou éventuellement à s'occuper des retours. Autrefois, l'entreprise comptait de nombreux travailleurs, et Kurt avait même une compagne. Mais peu à peu, Jüngle a remplacé les travailleurs humains faillibles par des systèmes robotisés… mais pas Kurt. Le nôtre, en effet, est un employé modèle, jamais remplacé par un système automatisé et, pour cette raison, le seul travailleur humain de son centre d'expédition. Kurt vit et travaille dans ce bâtiment, passant ses journées à expédier des colis dans l'espoir de ne pas être licencié. Un petit robot agaçant lui tient compagnie, Skewinterprété par le toujours magistral Jason Isaacs. La monotonie de Kurt est interrompue lorsqu'un groupe d'activistes le contacte, lui demandant de trouver des informations sur Jüngle et de les aider à le détruire de l'intérieur. L'histoire en elle-même est plus linéaire que prévu, mais elle ne manque pas de moments agréables et de blagues amusantes.

Sachant que la plume de Last Worker est celle de Jörg Tittel, écrivain et développeur connu pour son ton caustique, on s'attendait à avoir affaire à une œuvre plus “humaine”. politiquement engagé. Comme les meilleures histoires de science-fiction, The Last Worker est à la fois un reflet du présent et une projection dans le futur, mais où la forte anticapitaliste ne trouve jamais une expression particulièrement engagée, restant plutôt au niveau de l'humour satirique. Lorsque nous avons vu l'annonce, nous avons imaginé une sorte d'union entre un titre comme Disco Elysium et un Papiers, s'il vous plaîtoù la critique sociale du premier se mêle au essentiel et douloureux du second.

Lire aussi :  Univers à vendre, une critique d'un visual novel italien dans lequel des univers sont créés.

Les étapes du jeu

Le gameplay est divisé en deux phases distinctes

Le gameplay est divisé en deux phases distinctes

L'aventure est essentiellement divisée en deux phases distinctesau cours desquelles Kurt accomplira différentes tâches : d'une part, les missions d'expédition pour Jüngle et, en parallèle, les “jobs” d'espionnage pour les activistes. Ces moments se distinguent par deux mécaniques de jeu différentes, qui se croisent rarement au cours des 5/6 heures nécessaires pour terminer le jeu. Dans les deux cas, nous serons toujours aux commandes du chariot élévateur de Kurt, qui sera notre principal moyen de transport. Le protagoniste aura également à sa disposition le pistolet avec lequel il pourra saisir et manipuler les paquets, qui évolueront au cours de l'aventure. Pendant Tour de Kurtnous devrons nous orienter dans la gigantesque structure pour récupérer le bon colis, à l'aide d'une boussole holographique, vérifier que la boîte a la taille et le poids indiqués, évaluer les éventuelles bosses et l'emmener à destination. Après cette phase d'analyse et de livraison, nous pourrons connaître le contenu de la boîte et nous recevrons une évaluation de notre travail à la fin de la journée.

Lorsque Kurt sera en mission, nous devrons faire face à des phases de furtivité et à des énigmes.

Lorsque Kurt est en mission, nous devrons faire face à des phases de furtivité et à des énigmes.

En descendant de la tour, nous suivrons Kurt dans sa mission. actions d'espionnage: Ici, le gameplay change complètement, offrant des phases de furtivité et de petites énigmes à résoudre. Compte tenu de l'automatisation des robots, ces moments de jeu seront très mécaniques, réduisant le tout à beaucoup d'observation et de timing. Les robots gardes en patrouille ont des cônes de vision et des vitesses de déplacement standard, il suffit donc de bien analyser la situation et de prendre son temps, idem pour les murs électriques ou autres pièges qui gêneront Kurt.

Malheureusement, aucune des deux phases ne parvient à trouver son apogée, faisant de The Last Worker une expérience intéressante mais quelque peu bridée. Il y a bien quelques rares moments où l'on demande au joueur de faire quelque chose d'un peu plus complexe que l'effort standard, mais ils sont assez rares au cours de l'aventure. Nous ne savons pas si le répétitivité de la mécanique est soit délibérée, soit accidentelle : d'une part, elle pourrait être lue comme un moyen de transmettre la mélancolie de la vie de Kurt, mais, si c'était le cas, les phases d'infiltration devraient être nettement plus chargées en adrénaline et nous confronter à des moments vraiment choquants.

Lire aussi :  Ace Racer, la critique - Multiplayer.fr

Compartiment technique

Le choix de la teinte de la cellule est judicieux pour The Last Worker

Le choix de la teinte de la cellule est approprié pour The Last Worker

The Last Worker est sorti sur plusieurs plateformes et, comme nous l'avons mentionné au début, nous l'avons testé sur PS VR2. Le titre s'en sort bien d'un point de vue technique et le choix stylistique, caractérisé par des graphismes en cel shading, donne de la personnalité à un décor qui resterait sinon assez monotone. Malheureusement, la mobilité du protagoniste compromet la possibilité d'inclure des systèmes de navigation multiples dans la VR, optant uniquement pour des mouvements fluides atténués par un vignettage qui n'est pas toujours efficace. Si vous souffrez de mal des transports The Last Worker n'est pas exactement le titre que nous recommanderions, malgré le fait que l'histoire et les mécanismes de jeu soient parfaitement adaptés à la plateforme et, en fait, c'est peut-être ce qui rend l'expérience un peu plus difficile que les autres titres de la série. plat. Le problème réside précisément dans le système de transport, l'aéroglisseur de Kurt, qui peut se déplacer à la fois horizontalement et verticalement.

La navigation fluide peut poser des problèmes aux personnes souffrant de RV

La navigation fluide peut poser des problèmes aux personnes souffrant de RV

Le fort verticalité des niveaux donne certes du dynamisme à l'univers du jeu, mais en même temps, dans la réalité virtuelle, cet aspect pourrait être très déstabilisant. Il arrive aussi fréquemment que le chariot élévateur flottant de Kurt reste coincé dans les coins, car la rotation n'est que de six degrés.

Les commandes sont bien réactives et les vibrations de la visière et des manettes sont bien implémentées. Sur le plan technique, la partie que nous avons peut-être le plus appréciée est le compartiment audioavec une multitude de sons qui se répètent rythmiquement en arrière-plan. Le bruit des robots, des machines, des engrenages, des scanners et toute la symphonie que produit la forteresse de Jüngle s'insinuent vraiment dans vos oreilles, tout comme la magnifique musique d'accompagnement.

Commentaire

Version de l'en-tête PlayStation 5

Prix
19,99

Sur le papier, The Last Worker s'annonce comme un excellent jeu : un auteur caustique qui entend dénoncer les méfaits du capitalisme, une excellente troupe d'acteurs, un compartiment audio et vidéo sophistiqué, bref, rien ne semble manquer. Pourtant, dans la pratique, on se retrouve face à un jeu beau mais peu mémorable, qui joue de mécaniques intéressantes mais n'atteint jamais son apogée. Même la narration ne parvient pas à être incisive tout du long et c'est bien dommage car le niveau du voice acting est vraiment très élevé. The Last Worker doit absolument être joué sur PS VR2, une plateforme qui en fait l'expérience la plus convaincante, mais en même temps, si vous souffrez de la fluidité des mouvements atténuée par le seul vignettage, vous risquez de ne pas être très à l'aise.

PRO

  • Compartiment beaux-arts et audio
  • Excellente distribution et doublage
  • Des moments drôles et surréalistes

CONTRE

  • La version VR est la meilleure et la pire à la fois
  • Une expérience agréable mais pas mémorable