Accueil Xbox one Les jeux les plus laids de 2023

Les jeux les plus laids de 2023

27
0


Il n'y a pas que du bon, mais aussi du mauvais dans le monde des , qui cette année a été particulièrement riche en jeux oubliables.

Les jeux les plus laids de 2023

Chaque année a ses joies et ses peines. En 2023, joies ont été nombreuses, mais aussi les douleurs subies par les acheteurs imprudents de titres terrifiants, à tel point que jusqu'à la sortie de The Day Before, qui a dépassé tout le monde avec panache dans la dernière ligne droite (il est sorti le 7 décembre), il était très difficile d'imaginer décerner la palme à un seul pire jeu de l'année. Considère que plusieurs œuvres qui auraient mérité de figurer dans cette prestigieuse sélection, comme l'action Wanted : Dead, la version de Mortal Kombat 1 ou Gargoyles Remastered, ont été exclues de la liste ci-dessous parce que les postes étaient tous pourvus. C'est dire si le choix était vraiment vaste, au point que aurions pu faire un top 20. Cela dit, allons droit au but et voyons ce que nous en pensons les dix jeux les plus de 2023ceux qu'il ne faut donner qu'à ceux à qui tu veux faire le plus de mal.

Simulateur de fesses

Le clown bandit n'a pas réussi à sauver Bum Simulator.
Le clown bandit n'a pas réussi à sauver Bum Simulator

Bum Simulator aurait pu être un jeu magnifiquement exagéré, doté de suffisamment de flair anarchique pour le faire virer vers le sublime. Au lieu de cela, il s'est avéré être un très mauvais jeuqui se déroule dans un monde répétitif et sans vie, où le protagoniste sans-abri se retrouve impliqué dans une campagne dénuée de sens, en totale contradiction avec ce qui était censé être le thème du jeu, du moins sur le papier, à savoir la simulation elle-même. En fin de compte, tout ce que Bum Simulator a à offrir, ce sont des sourires en demi-teinte et une répétition constante des mêmes sketchs, qui peuvent être drôles la première fois, mais qui deviennent écœurants à la centième. Ce n'est pas le pire jeu de l'année, loin s'en faut, mais c'est uniquement parce qu'en 2023, certains ont réussi à faire bien pire. En tout cas, il mérite sa place dans cette liste, au moins pour rappeler qu'il peut y avoir un gouffre entre une idée et sa réalisation.

The Bum Simulator (en anglais)

Emoji Kart Racer

Mario Kart 8 Deluxe tremble à l'arrivée de l'Emoji
Mario Kart 8 Deluxe tremble, car les Emoji arrivent

Mario Kart 8 Deluxe s'est vendu à des millions et des millions d'exemplaires sur Nintendo , mais il a maintenant quelques années sur les épaules. Alors pourquoi ne pas essayer de le suivre avec un clone ? Bien sûr, nous n'avons pas de personnages de Nintendo, mais nous ne pouvons pas nous contenter d'un clone. nous pouvons nous rattraper avec les emoji.que tout enfant connaît parfaitement. Ensuite, nous mettons des licornes et des chapeaux joyeux ici et là pour masquer le manque de créativité de nos personnages et de nos circuits, nous privons le jeu de tout sens de la vitesse et nous ajoutons un circuit arc-en-ciel parce que oui. Le résultat est Emoji Kart Racer, un titre plat et fade qui fait pâle figure face à Mario Kart 8 Deluxe, déjà cité. S'il avait été fait ne serait-ce que discrètement, il aurait pu avoir du sens sur d'autres consoles que la Nintendo Switch, mais nous sommes ici à plusieurs parsecs de “discrètement” et aussi de ne pas vous endormir après quelques courses.

Emoji Kart Racer Critique du jeu

Final Fantasy 7 Ever Crisis

Les fleurs sont là, c'est le reste qui ne l'est pas
Les fleurs sont là, c'est le reste qui n'est pas là

“Tant de gacha, si peu de gameplay”, ainsi commence l'introduction de notre critique de Final Fantasy 7 Ever Crisis, le titre qui était censé célébrer le classique de Square Enix sur les systèmes mobiles, bientôt sur PC, mais qui n'a réussi qu'à vous donner envie de revenir en arrière et de jouer à la version des années 90. Les excellentes valeurs de production, dont il est de toute façon doté, n'y peuvent pas grand-chose, notamment parce que ce n'est pas comme si une tarte à la boue enveloppée de soie avait immédiatement bon goût. Ce qui a émergé, c'est le titre classique dans lequel le système de monétisation est si lourd qu'il prévaut sur l'expérience elle-même, qui est donc fragmentée et peu impliquante, également en vertu du système de combat RPG mobile habituel où vous ne faites pratiquement que regarder. Pour beaucoup, il s'agissait d'une occasion gâchée, d'une énième tentative d'apporter un classique aux nouvelles générations jouant sur des systèmes mobiles, pour d'autres, c'était juste la confirmation que certains titres sont bien là où ils sont et ne peuvent pas être adaptés avec succès à des mécaniques et à des systèmes de jeu qui ne sont pas les leurs.

Lire aussi :  Manic Mechanics, nous avons testé le nouveau mode compétitif.

Final Fantasy 7 Ever Crisis – Critique du jeu

Flashback 2

Attendions-nous plus de Flashback 2 ? Nous en attendions plus.
Attendions-nous plus de Flashback 2 ? Nous en attendions plus.

Flashback 2 est le jeu que personne n'a demandé, mais dont tout le monde était heureux d'apprendre l'existence, du moins jusqu'à ce qu'ils l'essaient. Bien qu'il soit structurellement très simple, il n'a pas seulement échoué à… capturer l'esprit de l'originalmais il ne s'agit pas non plus d'une expérience au moins passable. En y jouant, on se retrouve avec un produit mal peaufiné, dans lequel même le fait de viser et de tirer avec un système twin stick shooter peut s'avérer trop compliqué. Quelqu'un a dû penser que l'inclusion de combats de méchas sous la forme d'un jeu de combat serait une excellente idée, mais ils sont si mal exécutés qu'ils rendent Dangerous Streets un peu plus regrettable. Ils occupent une infime partie du gameplay, mais peuvent tout de même provoquer des nuits blanches. Bref, si faire revivre des séries historiques doit signifier les maltraiter de la sorte, peut-être vaut-il mieux les oublier.

Flashback 2 Critique

L'île du crâne : l'ascension de Kong

Skull Island : Rise of Kong n'avait même pas l'air bien dans le matériel promotionnel.
Skull Island : Rise of Kong n'a pas l'air bien même dans le matériel promotionnel.

Dans la Divine Comédie, Dante a placé les blasphémateurs dans le troisième cercle du septième cercle. Leur sentence était de reposer dans le sable brûlant. Il semble cependant qu'après la sortie de Skull Island : Rise of Kong, le cercle se soit rempli au point de ne plus pouvoir accueillir personne, si bien que de nombreux nouveaux venus ont été hébergés par les sodomites, qui y sont punis. La vérité, c'est que le titre d'IguanaBee avec avec le roi des singes semble tout simplement avoir été réalisé à la hâte pour sortir sous une forme qui rappelle un peu celle d'un jeu vidéo. Le gorille théoriquement majestueux apparaît comme une mélasse mal animée qui suscite plus que quelques sourires en mouvement, dommage qu'il ne le devrait pas. Ce qui fait rire, en revanche, c'est le système de combat, basé sur des pressions répétées de boutons… c'est-à-dire que tu ris au moins jusqu'à ce que tu te souviennes que tu as dépensé 40 € pour avoir le privilège d'installer ce truc. C'est à ce moment-là que tu vas directement en enfer.

La critique de Skull Island : Rise of Kong

Testament : L'Ordre des Hauts Humains

Les ennemis de Testament font souffrir
Les ennemis de Testament font souffrir

Aran est le roi immortel du royaume de Tessara. Son frère Avra l'a trahi et le nôtre se réveille entre les mains d'un tel Père Nature. Cela pourrait être le début du générique d'une nouvelle saison des Schtroumpfs, au lieu de cela, ce n'est que l'antécédent d'un shooter RPG fantastique aussi mauvais que de se réveiller dans l'horizon des événements d'un trou noir supermassif. Par où pour en dire du mal ? A partir de système de combat pauvre et glissant? Par des ennemis dotés d'une intelligence artificielle en forme de piège ? Par des boss qui ne sont que des éponges aux schémas d'attaque risibles ? Par des niveaux conçus par un enfant de quatre ans qui est tombé amoureux de Didò ? Par le système de furtivité sous-développé ? Du combat de masse aussi excitant qu'une partie de The Day Before (nous y reviendrons plus tard) ? Beaucoup espéraient un nouvel Heretic, mais nous nous sommes retrouvés à jouer à un titre manifestement bien trop ambitieux pour les possibilités de l'équipe de développement, qui n'a approfondi aucun des systèmes du jeu, laissant tout en surface. Heureusement, il peut être désinstallé, la seule magie majeure que tu as envie de lancer après quelques heures en compagnie du roi immortel.

Le compte-rendu de Testament : l'ordre des hauts humains

Le Seigneur des Anneaux : Gollum

Ça ne te donne pas envie de le jeter dans la montagne du destin à l'avance ?
Ça ne te donne pas envie de le jeter dans la montagne du destin avant l'heure ?

Le Seigneur des Anneaux : Gollum est un titre très malheureux : il pouvait vraiment aspirer à être le jeu le plus laid de 2023, mais il a ensuite été inexorablement dépassé par d'autres sorties, échouant ainsi à s'approprier ne serait-ce que cet honneur. L'idée de dédier un jeu vidéo entier à Gollum n'était pas mauvaise en soi, mais dès son arrivée sur le marché, il est devenu évident que Daedalic, l'équipe de développement, ne disposait pas des connaissances et des ressources nécessaires pour réaliser un jeu d'action et de furtivité d'une telle ampleur. Incapable de faire porter à Gollum son trésor et de le faire disparaître avec l'ensemble du jeu, le projet a continué et s'est finalement avéré être ce qu'il est : mal fichu et incomplet, avec tellement de problèmes dans le gameplay qu'après y avoir joué quelques heures, Sauron s'est laissé convaincre de jeter lui-même l'Anneau Unique dans la Montagne du Destin, désireux de mettre fin à ses souffrances. En bref, personne ou presque n'aimait Gollum, mais il a aussi fait de bonnes choses. Dommage que cela ait marqué la fin de Daedalic, un studio qui nous avait donné de splendides aventures point-and-click.

Lire aussi :  EA Sports FC : l'avenir de la série entre le football réel et virtuel

Le Seigneur des Anneaux – Critique de Gollum

Les colons : les nouveaux alliés

The Settlers : New Allies est la preuve que l'on peut vraiment se tromper sur tous les plans.
The Settlers : New Allies est la preuve qu'on peut vraiment se tromper sur tout.

Jusqu'à la lecture de cet article, qui d'entre vous se souvenait que The Settlers : New Allies était sorti en 2023 ? Nous en imaginons très peu, étant donné qu'il repose pratiquement dans l'oubli, tant par les joueurs que par Ubisoft elle-même. En effet, pourquoi garder le souvenir d'un si mauvais projet ? Beaucoup espéraient qu'avec ce chapitre, la série des Settlers subirait le sort qui a frappé la série Anno, cette dernière ayant réussi à se renouveler et à s'étendre avec Anno 1800, mais sans se dénaturer. Or, The Settlers : New Allies fait exactement le contraire, en s'appuyant sur une structure fragile et répétitive et. reprenant des mécaniques de certains jeux en ligne, qui rendent cependant le gameplay pauvre et ennuyeux.. Probablement dans les intentions d'Ubisoft, il aurait dû survivre pendant des années et des années, soutenu par du contenu, mais la réponse du public l'a transformé en un jeu pratiquement mort, dont seuls les développeurs se souviennent avec regret.

The Settlers : New Allies Critique du jeu

The Walking Dead : Destinées

Je me demande s'il y a quelqu'un qui a joué à tous les titres de ce top 10
Je me demande si quelqu'un a joué à tous les titres de ce top 10.

Tu n'es déjà pas très content parce que tu dois vivre dans un monde rempli de zombies, à plus forte raison s'ils sont en plus d'une qualité aussi médiocre que ceux de The Walking Dead : Destinies. GameMill Entertainment, qui tient beaucoup à figurer dans cette liste des pires jeux de l'année, y a même placé deux d'entre eux (l'autre étant Skull Island). Qu'est-ce qui ne va pas avec Destinies ? Un peu de tout, vraiment, des animations boisées aux visages mimétiques, en passant par les mécaniques de combat qui vous font regretter n'importe quoi, même les rages. Bien sûr, les classiques du genre ne manquent pas, à savoir les bugs et les divers effondrements de performances. Comme pour le jeu du singe, aussi The Walking Dead : Destinies semble avoir été le résultat de la précipitation à lancer quelque chose sur le marché. Ajoutez à cela le fait que la licence n'est plus aussi forte qu'elle l'était autrefois et le jeu moche est fini. Sa seule bouée de sauvetage est en fait The Day Before, qui au moins n'en a pas fait le jeu de zombies le plus laid de l'année.

Le jour d'avant

Comment oublier le matériel promotionnel copié ?
Comment oublier du matériel promotionnel copié ?

Malgré la galerie des horreurs que tu as pu lire sur cette page, 2023 a certainement ses… Le pire jeu de tous les tempsà savoir The Day Before. Sorti uniquement en accès anticipé sur Steam, et fermé après quatre jours de lancement, le titre de FNTASTIC s'est avéré être un désastre à tous les points de vue que l'on a essayé de regarder : celui de la réalisation, celui de la communication, et celui du travail, vu la façon dont l'entreprise a traité ceux qui l'ont développé, en virant tout le monde du matin au soir sans aucun préavis. C'était tout simplement un projet trop ambitieux pour les capacités de l'équipe, et ils se sont rendus coupables d'en faire la publicité avec de fausses bandes-annonces particulièrement invitantes, qui ont fait grimper les attentes en flèche.

C'était censé être un MMO, mais il s'est avéré être un shooter d'extraction, il était censé offrir un monde plein d'interactions, mais les joueurs se sont retrouvés dans un terrain vague rempli de zombies idiots qui n'étaient pas amusants à abattre. Il faut dire que dans ce cas, de nombreux joueurs ont été complices du désastre, en allant acheter en masse sur confiance quelque chose qui sentait le cadavre à un kilomètre, et pas à cause de la présence de zombies. Mais finalement, The Day Before a été retiré de la vente et tout le monde a été remboursé. Malheureusement, nous ne pouvons pas te dire si cette histoire s'est bien terminée ou non, étant donné la façon dont les choses se sont déroulées.

Le jour d'avant – Critique