Home Xbox one Les mondes de Doom & Destiny : la critique

Les mondes de Doom & Destiny : la critique

0
Les mondes de Doom & Destiny : la critique


Doom &amp ; Destiny Worlds : la critique d'un RPG italien très atypique.

Heartbit Interactive, plane toujours au-dessus de ce précipice et finit souvent par y tomber. Sa prémisse est simple : un groupe de quatre amis ringards est transporté dans un monde fantastique lors d'un de rôle et se retrouve amnésique île déserte. Personne ne se souvient de la raison pour laquelle ils sont là et les protagonistes doivent maintenant se frayer un chemin à travers les 60 îles du monde du jeu pour découvrir les complots de ceux qui les ont kidnappés.

RPG à l'ancienne Les quatre protagonistes, Nigel, Mike, Frances et Johnny, sont les quatre modèles de base nerds que l'on trouve dans n'importe quelle compagnie d'amis, avec des caractéristiques personnelles qui se traduisent par des statistiques de jeu qui leur permettent de manier certaines armes et de faire certaines actions. Comme dans tout survival, l'artisanat est donc le pilier du jeu et les options ne manquent pas, tant en termes d'exploration que de combat. Vous devez surveiller la faim, la soif et le repos, et les affrontements avec les ennemis (y compris les gobelins obsédés par le cosplay) se font au tour par tour, comme le veut la tradition.

Dans ce nous allons essayer de faire le point sur ce qui a bien marché pour les Italiens à Heartbit et sur ce qui aurait pu être fait différemment pour rafraîchir l'expérience et son humour.

Île déserte, amnésie et pioche

Les premières minutes de Doom &amp ; Destiny Worlds n'impressionnent pas en termes d'originalité ou de réussite des blagues, ce qui n'augure rien de bon pour la suite

artisanat fait d'objets à trouver en explorant et de stations d'artisanat. Un peu comme dans Minecraft, tu peux miner des roches et les stocker dans ton inventaire, puis les repositionner (avec des limites) en créant de nouvelles routes et connexions, mais le système n'est pas toujours précis. Il n'est pas forcément impossible de placer un bloc si le jeu t'en empêche, il suffit parfois de changer d'angle ou simplement de bouger légèrement le stick de déplacement pour que le système change d'avis.

Lire aussi :  Fallout : où commencer le voyage dans les Terres désolées ?

Une fois que tu auras trouvé tes amis, tu pourras à explorer le vaste monde du jeu qui comprend plus de 60 îles , dont chacune a quelque chose à offrir. Notre conseil pour bien commencer l'aventure est d'explorer le donjon en haut de la tour où, en plus de sauver le dernier membre du groupe, tu finiras par rencontrer un personnage appelé Destiny qui te donnera le plan pour fabriquer un radeau avec lequel tu pourras explorer l'archipel. C'est indispensable car nager pour se rendre d'une île à l'autre consomme beaucoup d'énergie et les distances sont souvent trop grandes. Ton objectif

Combattre, cultiver, creuser, répéter

Doom &amp ; Destiny Worlds se situe quelque part entre une campagne décontractée de Donjons et Dragons et une partie de Terraria, mais son méta-humour sur les jeux vidéo gâche parfois l'ambiance

Craftare est le cœur battant de ce jeu et le meilleur moyen de progresser. En cela, le jeu ressemble beaucoup à Minecraft avec différents types de postes d'assemblage, des dizaines d'objets, d'armures, d'armes et d'accessoires qu'il est possible de fabriquer avec les bons éléments. Le problème, c'est que le jeu ne donne quasiment aucun indice sur l'endroit où tu peux trouver la plupart de ses composants : parfois, tu auras de la chance et tu trouveras du charbon en minant simplement un mur, parfois tu deviendras fou en le cherchant sur des îles que tu peux atteindre car sans torche, tu ne peux pas explorer une grotte en particulier. La frustration s'installe parfois, mais les amateurs de RPG et de de survie à l'ancienne trouveront dans ce titre une montagne à gravir comme bon leur semble, une liberté qui n'est plus aussi courante dans les titres contemporains.

Les système de combata réussi à nous surprendre par sa simplicité. La barre de vie des personnages et des ennemis est divisée en deux, les HP (points de vie) et les SP (points d'endurance), les premiers étant représentés par des cœurs et les seconds par des éclairs. Pour infliger des dégâts à la santé des ennemis, il est nécessaire d'épuiser leur endurance, mais les personnages peuvent utiliser leurs PS pour infliger des attaques plus puissantes qui abaissent plus rapidement les défenses de l'ennemi, mais les exposent davantage aux contre-attaques. C'est un système de risque et de récompense que nous avons apprécié car il donne de la profondeur au combat tout en le laissant simple. Chaque attaque, quelle que soit l'arme utilisée, inflige un cœur de dégâts, aussi bien aux ennemis qu'aux protagonistes, une autre solution qui permet de rester simple et rapide.

Lire aussi :  Sarah Bond, l'histoire de la nouvelle présidente de la Xbox

La variété des ennemis n'est pas très élevée, mais ils changent au fil de la progression et, en évitant les spoilers, parviennent à faire naître un sourire entre les gobelins amateurs de cosplay et les golems flatulents. De plus, les ennemis qui se promènent sur la carte du jeu peuvent rejoindre un combat en cours s'ils traversent sa hit-box, il y a donc toujours la possibilité qu'une rencontre fortuite se transforme en un défi vraiment difficile. La progression dans l'amélioration des héros et l'épaississement des ennemis est assez linéaire, avec quelques indices de difficulté après le premier grand boss, de sorte que nous avons dû nous arrêter et améliorer les héros avant de continuer à avancer avec une relative facilité.

Le combat dans Doom &amp ; Destiny Worlds est suffisamment varié et innovant pour rester frais malgré un léger facteur de répétitivité dans les premières phases du jeu

progression détendue et intrigante. qui vous donne envie d'en découvrir plus, mais toujours sans vous précipiter. Le mode coopératif local à quatre joueurs, donc, est le plus amusant que nous ayons pu réaliser puisque, à quatre devant un écran, c'est presque comme si vous numérisiez une campagne de DnD.

Conclusions

Version testée Xbox Series X

Livraison numérique

Vapeur,

PlayStation Store,

Xbox Store

Prix
6,04

PRO

  • Bonne mécanique d'artisanat
  • Exploration à plusieurs niveaux
  • Combat frais
  • Coopératif très divertissant

CONTRE

  • Humour mal exécuté
  • Musique répétitive et aliénante