Home Xbox one Les pires jeux de 2023… pour l’instant

Les pires jeux de 2023… pour l’instant

0
Les pires jeux de 2023… pour l’instant


La moitié de l'année est maintenant passée, avec son lot inévitable de déceptions, et nous pouvons donc résumer de 2023… jusqu'à présent.

Les pires jeux de 2023... jusqu'à présent

Quels ont été les Les pires jeux de 2023… l'instant? La première moitié de l'année est maintenant passée, et nous pouvons tristement tirer des sommes sur les projets les moins brillants sortis au cours de ces six , qui comprennent à parts égales des déceptions cosmiques et des confirmations amères, avec toutefois un fil conducteur : bien souvent, ce sont les petites productions qui font mal (et se font mal).

La liste que nous dressée, dans l'ordre alphabétique habituel, comprend un peu de tout : des expériences de réalité virtuelle, des simulateurs improbables, de grands auteurs qui auraient mieux fait de rester dans le passé, des racers trop arcades, de l' sans rime ni raison et des aventures aux mécaniques que l'on peut difficilement qualifier de datées.

Bien sûr, vous êtes libres d'enrichir la liste avec vos propres commentaires : quels sont, selon vous, les pires jeux de 2023 sortis jusqu'à présent ?

Altair Breaker

Altair Breaker, une séquence de combat
Altair Breaker, une séquence de combat

La réalité virtuelle est encore aujourd'hui un lieu plein d'inconnues, où il est facile de trébucher… surtout si vous êtes une équipe de développement naissante. Altair Breaker est pratiquement un cas d'école : une action basée sur le combat qui est cependant si mal réalisée qu'elle donne le sentiment de… d'un produit manifestement incomplet.

Comme nous l'avons expliqué dans notre critique d'Altair Breaker, au-delà des limites majeures de l'intrigue, la campagne elle-même à un moment… s'arrête brutalementsans aucune forme de conclusion, nous laissant déconcertés par la répétition de batailles toujours identiques, banales et insubstantielles.

Bum Simulator

Bum Simulator et un sans-abri s'affrontent
Simulateur de clochard et affrontement entre sans-abri

“Uriner contre dix passants bien habillés” n'est qu'une des missions qui caractérisent la campagne absurde de Bum Simulator, un jeu qui… met clairement l'accent sur les déchets. mais se perd dans les idées individuelles, jetées à la René Ferretti, sans structure adéquate pour les soutenir et donc une en soi, destinée à disparaître dans les limbes de l'approximation et de la tristesse.

Dans la peau d'un sans-abri, nous devons essentiellement faire face à la faim et à la soif sur fond de… un monde ouvert de bidonvilles et de décadence., disputé par des bandes rivales qui se livrent à des affrontements où très peu d'intelligence artificielle domine et où les activités se répètent comme les flatulences d'une personne ayant de gros problèmes digestifs : nous en avons parlé dans notre critique de Bum Simulator.

Colossal Cave

La grotte colossale et ses créatures bizarres
La grotte colossale et ses créatures bizarres

Il arrive souvent qu'une reprise forcée finisse par gâcher quelque peu nos souvenirs de certaines expériences et de certains auteurs ; dans ce cas… Ken et Roberta Williams, mari et femme, maîtres incontestés du genre aventure dans les années 1980, avec des productions emblématiques comme la saga King's Quest. Eh bien, leur dernier projet, Colossal Cave, n'a pas grand-chose de colossal.

Il s'agit en fait de la réédition d'une aventure textuelle qui semble cependant quelque peu ignorer le temps qui a passé, se présentant avec une interface pour le moins lourde et avec une réalisation technique terrifiante qui coupe la majeure partie des utilisateurs. Qu'il s'agisse d'une expérience ne fait aucun doute, mais son succès reste à voir : plus de détails dans la critique de Colossal Cave.

Lire aussi :  Sonic Superstars : nous avons interviewé le producteur Takashi Iizuka, voici ce qu'il nous a révélé !

La malédiction des rats de mer

La malédiction des rats de mer, les rats de combat
La malédiction des rats de mer, les rats de combat

“Un metroidvania avec moustache et queue” : c'est ainsi que le titre de Petoos Studio est décrit dans la critique de Curse of the Sea Rats, enfant d'un optimisme dicté par le succès de sa campagne Kickstarter et le design attrayant des animaux anthropomorphes qui peuplent l'univers du jeu. En creusant un peu, cependant, tout problèmes de cette production remontent à la surface.

Elles vont d'une incohérence narrative générale aux limites d'un équilibre de difficulté qui laisse à désirer, rendant l' vraiment banal à partir d'un certain point et revenant… une expérience plate, dépourvue d'idées et de tout éclat, ainsi que de concret, comme le système de combat développé pour l'occasion.

emoji Kart Racer

emoji Kart Racer et ses pilotes bizarres
emoji Kart Racer et ses pilotes bizarres

Un jeu d'arcade basé sur des emoji ? Qu'est-ce qui pourrait bien aller de travers ? Pratiquement tout, à tel point qu'en fin de compte, emoji Kart Racer… nous invite davantage à lui trouver du mériteétant donné le degré d'approximation avec lequel ce projet a été mis en place, bizarre dans ses hypothèses et frivole dans sa réalisation, malgré le fait qu'il parte de mécanismes de jeu traditionnels et donc bien rodés.

Visages mis à part, il n'y a guère de raisons de se réjouir : le comportement des karts est imprévisible, les améliorations sont très déséquilibrées, le design des pistes est en dents de scie, l'intelligence artificielle des adversaires est médiocre, les modes disponibles sont peu nombreux, et ils mettent en évidence le fait que le jeu est très bon. L'absurde absence de multijoueur en ligneNous avons parlé de cela et d'autres choses encore dans notre critique d'emoji Kart Racer.

Incident de Greyhill

Greyhill Incident et ses petits hommes verts
L'incident de Greyhill et ses petits hommes verts

Un accident dans le nom et dans les faits, Incident de Greyhill semble rivaliser pour encapsuler le plus grand nombre de défauts imaginables pour un jeu d'horreur, à tel point qu'il est vraiment difficile de trouver le moindre mérite à cette histoire loufoque d'invasions extraterrestres et de missions de récolte improbables dans laquelle nous contrôlons un père de famille ayant quelques problèmes de gestion de la colère.

En vedette dialogue si mauvais qu'il semble délibéréDistribué au sein d'une campagne où les situations dénuées de sens abondent, le titre de Refugium Games nous demande de marcher extrêmement lentement et de nous cacher de la vue des extraterrestres au sein d'une mécanique de furtivité qui semble conçue pour mettre en évidence les problèmes du genre.

Lone Ruin

Lone Ruin, un personnage aux mains chaudes
Lone Ruin, un personnage aux mains chaudes

S'il est vrai que Hadès a été une grande réussite, repoussant les limites du sous-genre roguelike grâce à un style incontestable et des solutions très intéressantes en termes de gameplay et de structure, il n'en va pas forcément de même pour tout le monde. Ici, Lone Ruin est une démonstration concrète de ce simple constat, puisqu'il tente d'emprunter certains éléments au joyau de Supergiant, mais… ne parvient pas à les exploiter efficacement..

Lire aussi :  Les Sims 4 : Grandir ensemble, un aperçu de la nouvelle extension familiale

Comme expliqué dans la critique de Lone Ruin, le jeu se concentre sur les combats et parvient à exprimer quelque chose de bien, voir le rythme effréné de certaines séquences et des combats de boss, mais en concret…. n'offre rien qui n'ait déjà été largement vu. et tout ce qui tourne autour de cette installation est évidemment sacrifié, en particulier le contenu, qui est assez limité.

Mia et la princesse dragon

Mia et la princesse dragon, deux gars se battent
Mia et la princesse dragon, deux gars se battent

Un représentant singulier du genre des films interactifs, Mia et la princesse dragon part de bonnes hypothèses mais se perd dès que les séquences d'introduction laissent place au jeu proprement dit, qui se caractérise par une série de choix narratifs discutables qui mènent souvent à l'arrivisme insensé, notamment lorsque les personnages sortent des mouvements de kung-fu de nulle part, ce qui donne lieu à des confrontations improbables.

En termes de gameplay, on a l'impression que nos choix n'ont pas vraiment d'incidence sur le déroulement des événements, mais c'est généralement le… faible niveau de production pour conférer à l'ensemble de l'expérience une aura d'approximation bâclée, qui se ressent dès les premières mesures et se traduit également par l'absence de fonctionnalités utiles telles que la possibilité de sauter des séquences déjà vues.

Le Seigneur des Anneaux : Gollum

Le Seigneur des Anneaux : Gollum, le visage de ceux qui ont acheté le jeu au prix fort.
Le seigneur des anneaux : Gollum, le visage de ceux qui ont acheté le jeu au prix fort.

Faux pas fatal de Daedalic Entertainment, Le Seigneur des Anneaux : Gollum représente ce genre de productions, même plutôt importantes, dont personne ne sait pourquoi mais qui arrivent dans les magasins dans un état absolument pitoyable, sans que personne ne l'ait remarqué pendant le développement. Les problèmes du jeu, cependant, ne se limitent pas à un aspect technique médiocre, mais sont bien plus profonds.

Pratiquement tous les aspects de cette aventure s'inspirent des œuvres de Tolkien. semble très datédérivé au mieux. Les premières étapes de la campagne s'éternisent entre des missions de collecte banales, comme un jeu à licence mal exécuté, et un mélange décousu de phases furtives et de plates-formes démesurées. La performance de Wayne Forester est sauvée, mais le reste devrait être jeté dans les flammes de la Montagne du Destin : nous l'avions suggéré dans notre critique du Seigneur des Anneaux : Gollum.

Wanted : Dead

Wanted : Dead, le protagoniste fait face à un ennemi.
Wanted : mort, le protagoniste fait face à un ennemi

A Clone de Ninja Gaiden développé par d'anciens membres de la Team Ninja ? Sur le papier, Wanted : Dead possédait un potentiel indéniable, mais il y a une mer entre le dire et le faire, et au bout du compte, la seule chose qui sauve cette production, de façon assez surprenante, c'est l'histoire. Quand on en vient aux combats, le château de cartes du studio japonais s'écroule.

L'approche des combats, qui mélange des combos rapprochés et des mécaniques de tir à la première personne, est capable dans quelques rares moments de donner une certaine satisfaction, mais la plupart du temps, cette combinaison ne fonctionne pas à cause d'un système qui se révèle grossier et en bois dès le départ, produisant également de nombreuses situations dans lesquelles tout semble déséquilibré et frustrant. As-tu lu notre test de Wanted : Dead ?