Home Essais Street Fighter : Duel, la critique

Street Fighter : Duel, la critique

0
Street Fighter : Duel, la critique


Comment exploiter le grand nombre de personnages et le riche héritage de l'une des séries les plus célèbres et les plus anciennes mobile ? Voici une de Street : Duel.

Street Fighter : Duel, la critique du nouveau jeu mobile basé sur la série de jeux de combat de Capcom.

Street Fighter : Duel, inutile de le dire, est un produit qui divise, c'est le moins que l'on puisse dire. C'est souvent le cas lorsqu'il s'agit de jeux mobiles, encore plus lorsque l'on essaie de réduire d'une manière ou d'une autre des expériences célèbres et établies sous la forme simplifiée d'un titre d'arcade iOS et Android, même si ce cas-ci Capcom est allé plus loin en choisissant une approche “clicker”.

Non, nous ne parlons pas des créatures effrayantes qui peuplent le monde post-apocalyptique de The Last of Us, mais plutôt des ” petits jeux ” (c'est ainsi que nous les appelons cette fois) qui impliquent une interaction minimale, se traduisant par quelques touches de l'écran ou même l'activation d'un mode automatique qui poursuit la progression pour nous.

Street Fighter : Duel, le dessin de Cammy est un bon début

Street Fighter : Duel, le graphisme de Cammy est un bon début.

Ce sont des dérives bizarres pour un marché composé principalement d'utilisateurs occasionnels, qui ne connaissent que vaguement le support de jeu et recherchent un passe-temps qui puisse les divertir de manière impromptue, dans le bus ou dans la queue à la poste.

Eh bien, le spin-off développé par A Plus et produit par Crunchyroll répond-il à ces critères ? La réponse se trouve dans le critique de Street Fighter : Duel.

Gameplay : n'appelle pas ça un jeu de combat

Street Fighter : Duel, les coups spéciaux concaténés créent un spectacle de lumière et de couleurs.

Street Fighter : Duel, les mouvements spéciaux concaténés créent un spectacle de lumière et de couleur.

Que Street Fighter : Duel ne soit pas un jeu de combat comme les nombreux épisodes de la série sur laquelle il est basé est clair dès le départ. Bien que toutes les conditions préalables soient réunies pour pouvoir faire un beat'em-up “gestuel” solide et compétent, comme il y en a tant sur l'App Store et Google Play (voir, par exemple, la critique de Shadow Fight Arena), dans ce cas, il s'agissait plutôt d'exploiter les personnages et l'univers de la série de Capcom pour créer quelque chose de plus simple.

Lire aussi :  Storyteller, la critique - Multiplayer.fr

Les différents Ryu, Ken, Chun-Li, Cammy et compagnie se livrent à des combats d'équipe spectaculaires à l'écran, certes, mais leurs actions sont presque entièrement automatisées. La seule chose qui nous est accordée sur le gameplay consiste à activer leurs coups spéciaux dès que la barre correspondante est chargée et éventuellement à les enchaîner en utilisant le classique des ” éléments ” qui crée des synergies et produit des effets plus ou moins pertinents en fonction des adversaires que nous affrontons.

En ce sens, il existe une autre mécanique stratégique, si l'on veut l'appeler ainsi, qui consiste à organiser la positions que notre équipe assumera une fois sur le terrain, ainsi que tous les personnages de soutien qui multiplieront les statistiques des guerriers individuels, augmentant l'efficacité de leurs coups et leur résistance pour obéir à un concept très banal : à part de rares cas, le plus fort sur le papier gagne.

L'annulation du facteur humain pèse inévitablement sur la capacité de Street Fighter : Duel à échapper à l'inévitable logique d'une modèle free-to-play qui consiste à faire grandir les personnages, à augmenter leur niveau, à les équiper des meilleurs objets, à les “fusionner” éventuellement si tu as plusieurs doublons, et à poursuivre cela indéfiniment afin d'atteindre le degré de compétitivité nécessaire pour progresser dans la campagne et les missions.

Structure : les chiffres ne manquent pas

Street Fighter : Duel, organisation de l'équipe au début de la campagne

Street Fighter : Duel, l'organisation de l'équipe au début de la campagne

En termes de contenu, bien sûr, Street Fighter : Duel ne rate rien et enchaîne même niveau après niveau, en s'appuyant sur un très large rosterdans le cadre d'un longue campagne single player pour nous garder engagés autant que possible et nous écraser à travers un paywall après quelques heures. C'était inévitable, c'est comme ça que fonctionne le modèle F2P après tout, mais heureusement, il y a toute une série de défis “annexes” que tu peux relever à des fins de progression pour contourner ces obstacles.

De ce point de vue, il serait injuste d'accuser le produit de Crunchyroll d'être impitoyable : il n'y a pas de système de tickets ni de consommables pour recharger l'énergie et donc tu peux jouer aussi longtemps que tu veux, en optant pour d'autres chemins lorsque la campagne est devenue trop difficile à ce moment-là. Bien sûr, dès que tu débloques le mode multijoueur asynchrone (qui est entièrement automatisé, de sorte que rien n'est vraiment laissé au hasard), l'orientation monétisation devient flagrante. Facultative, mais flagrante.

Lire aussi :  The Mageseeker : A League of Legends Story, la critique

Réalisation technique : c'est un bijou !

Street Fighter : Duel ne lésine pas sur les décors, les personnages et l'animation

Street Fighter : Duel ne lésine pas sur les décors, les personnages et les animations

Quand quelqu'un sort un clicker d'un jeu de combat historique, ce n'est évidemment pas un imbécile paumé mais quelqu'un qui a fait ses devoirs, et mis à part les critiques sur la qualité réelle de ce genre d'expérience, on ne peut pas vraiment dire que les gars de A Plus ont fait un mauvais travail techniquement et artistiquement, au contraire. Visuellement, Street Fighter : Duel est un bijou.

Oui, la connotation presque chibie des personnages doit être digérée, mais entre les coups spéciaux concaténés, les animations, les décors et les illustrations, il y a vraiment beaucoup, beaucoup de substance pour faire vibrer les fans de longue date de la série de Capcom. Et si l'on ajoute à cette disposition délicieuse les Musique originale remastériséele résultat est un spectacle vraiment remarquable, qui vaut à lui seul le prix du téléchargement. Qui est de zéro, bien sûr.

Commentaire

Version de l'en-tête iPhone

Livraison numérique

App Store,

Google Play

Prix
Gratuit

Street Fighter : Duel ne vaut pas grand-chose en tant que jeu : c'est un clicker à connotation vaguement RPG-stratégique dans lequel tu interagis très peu et ne poursuis que la progression, en utilisant les ressources obtenues de temps en temps pour faire grandir tes personnages, en débloquer de nouveaux et avancer dans les différents modes disponibles, qui sont différents et te permettent de contourner les inévitables paywalls sans avoir à supporter les tickets, les attentes et les consommables. En même temps, c'est un concentré de fanservice, un spectacle agréable pour les yeux et les oreilles qui ne risque pas de laisser indifférents les fans de la série Capcom. Qui sait, peut-être qu'un jeu de temps en temps échappera même aux puristes des jeux de combat.

PRO

  • Vraiment agréable à voir et à entendre
  • Une énorme quantité de contenu
  • Modèle free-to-play évident mais pas limitatif

CONTRE

  • Il s'agit d'un simple clicker
  • Assez répétitif au bout d'un moment
  • Les paywalls, bien que contournables, apparaissent assez rapidement