Accueil Essais The Wreck, une critique d’un roman visuel sur quatre générations de femmes

The Wreck, une critique d’un roman visuel sur quatre générations de femmes

138
0


Une de The Wreck, une aventure dans laquelle nous reconstituons la vie d'une jeune femme aux prises avec une longue série de traumatismes.

The Wreck, une critique d'un visual novel sur quatre générations de femmes

Le verre de la voiture se brise encore et encore, et le contenu du sac à main de Junon se répand dans toutes directions à l'intérieur de la voiture. Le cerf est toujours là à l'attendre, provoquant l'impact fatal qui, à chaque fois, la laisse à bout de souffle, les battements de son cœur ralentissant, ses fonctions vitales réduites à un murmure. L'épave ne mâche pas ses mots et touche thèmes difficiles: le traumatisme physique d'un accident de voiture, et tout ce qui s'ensuit sur le plan psychologique ; le divorce ; la maladie et la mort d'êtres chers.

La chasse aux pixels le fait, comme d'habitude, avec une grâce qui lui est propre. Nous avions beaucoup apprécié Bury Me, My Love, une aventure textuelle qui racontait l'histoire de Nour, migrante syrienne, à la recherche d'une vie meilleure avec l'aide à distance de son mari Majd. L'équipe revient raconter l'histoire d'une femme, voire d'un homme. quatre générations de femmesaux prises avec des liens familiaux qui, parfois, menacent de les étrangler, mettant à nu la fragilité du matériau dont est faite la vie humaine. Mais l'épave nous apprend aussi que le désastre peut donner lieu à une renaissance, et qu'il est possible d'inventer un moyen de combler les trous dans le tissu de la vie.

Nous vous racontons cette extraordinaire aventure visuelle dans notre critique de The Wreck.

Fille de l'art

Le moteur de l'aventure est l'hospitalisation, dans un état très grave, de Marie, mère du protagoniste de L'épave.

Le moteur de l'aventure est l'hospitalisation, dans un état très grave, de Marie, mère du protagoniste du Naufrage.

Un appel soudain des urgences d'un hôpital français amène Junon au chevet de sa mère, Marie Demangeune célèbre artiste victime d'une rupture d'anévrisme cérébral. Pour des raisons inconnues de Junon, sa mère l'a désignée comme seule responsable des décisions médicales difficiles à prendre en cas d'inconscience : cela provoque des frictions avec sa demi-sœur, qu'elle surnomme affectueusement “Dididou”, et elles s'interrogent ensemble sur la raison de ce choix de la part de Marie. Au fil de l'histoire, un événement étrange se produit : à chaque fois que Junon prend le volant de sa voiture, elle s'aperçoit qu'il s'agit d'une erreur. voiture En sortant de l'hôpital, un cerf lui coupe la route et un dramatique accident de voiture s'ensuit. Les souvenirs du passé de Junon se déclenchent et, à l'article de la mort, elle revient aux moments les plus importants de sa vie pour réfléchir sur elle-même et sur ses proches, à la recherche d'un terrible secret qui renferme toute la narration de L'épave.

Le résultat est un flux narratif exubérant, avec une quantité considérable de texte à l'écran et une qualité d'écriture générale tout à fait remarquable. Le flot de conscience de Junon est écrasant, et l'on peut souvent suivre le cheminement de ses pensées en cliquant sur les mots surlignés dans les phrases, ce qui conduit à divers développements dans le raisonnement de la jeune femme. The Wreck est une aventure visuelle, certes, mais le poids des textes est considérable, même s'il n'atteint pas la longueur remarquable du scénario de Bury Me, My Love ; la place centrale de l'écrit est évidente dès le début, puisque l'écran de démarrage et le menu pause sont constitués de logiciels d'écriture, et que nous sommes accueillis par ces mots “Bienvenue, écrivain !”. Coralie Maurin et Florent Maurin veulent raconter une histoire qui met l'accent sur l'importance de l'écrivain en tant qu'inventeur d'une réalité : la protagoniste elle-même, Junon, est un écrivain. scénaristeet son histoire retrace les moments forts de sa vie, ceux qui l'ont amenée – pour le et pour le pire – à découvrir qu'elle pouvait être son propre auteur.

Lire aussi :  Road 96 Mile 0, le bilan

En remontant le fil de ses souvenirs, Junon est guidée par quelques mots clés que le joueur peut sélectionner à l'écran

Retraçant ses souvenirs, Junon est guidée par quelques mots clés que le joueur peut sélectionner à l'écran.

Dans cinq heures de The Wreck (qui laisse une large place à la rejouabilité, pour explorer d'autres pans de l'histoire et faire d'autres choix dans le cheminement des pensées et des dialogues de Junon, au-delà du choix décisif du final), le rythme ne perd de son mordant qu'en de rares occasions, et l'on a globalement apprécié l'invitation de The Pixel Hunt à la réflexion et à la réflexion. s'attarder dans la mémoireRetracer à plusieurs reprises les souvenirs les plus importants de la vie de Junon : il s'agit d'un choix de conception très précis, visant à nous faire prêter la plus attention aux moindres détails, avec des mécanismes qui nous ont rappelé ce que Sam Barlow a récemment fait avec son Immortalité.

Explorer les souvenirs

Le flux de conscience de Junon est rehaussé par une écriture impeccable qui plonge dans les âmes et les histoires des protagonistes de L'épave.

Le flux de conscience de Junon est renforcé par une écriture impeccable, capable de plonger dans les âmes et les histoires des protagonistes du Naufrage.

Au-delà de la sélection des pensées et des choix de dialogue, la principale mécanique de de The Wreck est le jeu de rôle.l'exploration des souvenirs de Junon. En sélectionnant les objets qui volent dans sa voiture lors de son accident récurrent – qui aura un impact majeur sur sa vie – nous pouvons entrer dans le passé de Junon et, guidés par certains mots-clés qui apparaissent à l'écran, l'inviter à se pencher sur des aspects particuliers de sa vie, notamment sur ses relations familiales complexes.

Comme dans Immortalité, ce processus implique la nécessité de retracer les scènes encore et encoreen ralentissant le rythme lorsque c'est nécessaire pour repérer les scripts à sélectionner. Nous avons été étonnés par plusieurs choix de mise en scène adoptés par The Pixel Hunt, qui sont résolument percutants, en particulier dans les derniers souvenirs retracés par Junon ; même des situations apparemment ennuyeuses (à une occasion, nous nous retrouvons à suivre un homard dans son triste voyage de l'océan au marché aux poissons) sont l'occasion de réflexions profondes sur le sens de la vie et l'importance de nos liens avec les autres, mais aussi sur le danger que de trop grandes affections peuvent représenter pour notre bien-être et notre équilibre mental. À certaines occasions, les images sont utilisées image par image, l'une après l'autre, dans une séquence chargée d'émotion qui parvient à raconter l'évolution des sentiments et des histoires des différents personnages impliqués. Junon est une femme blessée mais indomptable, et nous avons été surpris par la capacité de The Pixel Hunt à dépeindre une femme qui n'est pas une femme. personnage puissanten le délimitant à travers des événements qui ne sont qu'apparemment anodins : le bris d'une simple tasse, placé dans un contexte particulier, prend une puissance déflagrante, amplifiée – et non dépréciée – par le besoin de revivre les scènes plus d'une fois.

Lire aussi :  Samba de Amigo : Party Central, la revue

Le diable est dans les détails

Junon est marquée par un passé difficile et un avenir incertain : impossible de ne pas aimer un protagoniste aussi profondément humain.

Junon est marquée par un passé difficile et un avenir incertain : impossible de ne pas aimer un protagoniste si profondément humain

The Wreck est fort d'un style graphique qui, grâce à une une utilisation habile des couleurs et de l'ombrage, il réussit à se faire remarquer, sans toutefois faire preuve d'une grande maîtrise technique. L'équipe n'a pas misé sur le réalisme, d'où le choix de n'animer que partiellement les lèvres des personnages, les faisant s'ouvrir lorsqu'ils parlent et se refermer seulement lorsqu'ils terminent leurs phrases. Il en résulte un effet parfois aliénant et, à notre avis, les meilleurs moments du Naufrage sont ceux où Junon est perdue dans ses pensées, les lèvres fermées ou à peine entrouvertes, laissant le champ libre aux excellents textes. En outre, l'attention portée aux expressions faciales des personnages n'est pas toujours suffisante, ce qui nous a parfois semblé inapproprié par rapport au contexte, mais ce n'est pas quelque chose qui a nui à notre expérience globale.

À cet égard, il est dommage que The Wreck n'ait pas été traduit en italien : ceux qui ne connaissent pas l'anglais ne pourront certainement pas profiter de la dernière œuvre de The Pixel Hunt, étant donné que, comme nous l'avons déjà souligné, Junon et ses co-joueurs sont une source irrépressible de dialogues et de réflexions. Un doublage anglais magnifiquequi respecte l'origine française du produit (d'ailleurs cofinancé par la Région Île-de-France et le Centre National du Cinéma et de l'Image Animée) en donnant à Junon un accent bien reconnaissable.

Commentaire

Il est mort le soleil” est l'inscription sur le T-shirt de Junon. Dans The Wreck, le soleil est mort, c'est vrai : la vie de la jeune fille a pris des directions dramatiques, mais le protagoniste du nouveau jeu vidéo de The Pixel Hunt nous apprend que chaque être humain peut essayer d'écrire son propre destin, car il n'est jamais trop tard pour créer une bonne histoire. Les objets catalyseurs de mémoire à l'intérieur de la voiture nous emmènent dans un passé très dense, fait d'une matière qui ne peut être que partiellement sondée, toujours ouverte à l'interprétation et à la réflexion des joueurs, qui se verront poussés à réfléchir sur leur propre expérience, et en particulier sur leurs liens familiaux. L'écriture de Coralie et Florent Maurin est exceptionnelle ; l'équipe s'est moins attachée à certaines subtilités techniques, mais on est prêt à pardonner quelques petits dérapages face à l'excellence narrative absolue du Naufrage, capable d'exprimer toute la puissance majestueuse et souvent terrible de nos vies et de nos destins.

PRO

  • Une histoire convaincante et bien écrite
  • Mécanique intéressante des objets catalyseurs de mémoire
  • Solutions originales en termes de direction
  • Un protagoniste d'une grande humanité

CONTRE

  • Expressions faciales et mouvements des lèvres parfois aliénants
  • Chutes de rythme occasionnelles dans la narration