Accueil Xbox one Ufo Robot Goldrake : Feast of Wolves, le compte-rendu

Ufo Robot Goldrake : Feast of Wolves, le compte-rendu

25
0


La de Goldrake : Feast of nous apprend que plutôt qu'un grand jeu, nous avons devant nous un grand autel de célébration.

Ufo Robot Goldrake : Banquet of Wolves, la critique du jeu dédié au robot de Go Nagai !

Quelle plongée dans la nostalgie la critique de UFO Robot Goldrake : Banquet of the Wolves. Non seulement ce nouveau produit de Microids est basé sur l'un robots japonais les plus aimés du passé (la série originale, rappelons-le, remonte à 1975), mais son cadre rappelle ce que l'on appelait, il y a longtemps, lorsqu'ils étaient encore en vogue, les jeux multi-événements. Les jeux multi-événements /étaient des aventures subdivisées en différents types de gameplay : dans le cas de Banquet of Wolves, on trouve des séquences de shoot à défilement horizontal, d'autres avec une vue arrière, des segments où l'on conduit Actarus à pied avec une caméra aérienne, et d'autres encore où l'on conduit librement le grand Goldrake à travers le Japon en se battant à coups de poings avec des robots de Vega dans une véritable action à la troisième personne.

La nostalgie m'emporte

Goldrake Le banquet des loups : le mont Fuji à l'horizon caractérise le premier véritable niveau du jeu.
Goldrake Le banquet des loups : le mont Fuji à l'horizon caractérise le premier vrai niveau du jeu.

L'élément de nostalgie fait partie intégrante d'un produit conçu ceux ont grandi avec le œuvres de Go Nagai dont sont issus le style graphique, la musique et même les voix originales de la version italienne du dessin animé diffusée à l'origine sur les chaînes de la RAI. Il ne s'agit pas des doubleurs d'autrefois, aujourd'hui trop âgés pour reprendre certains rôles, mais de nouvelles voix enregistrées dans le but de reproduire le timbre et cette véhémence particulière qui caractérisaient ces produits au début des années 1980. Et il y parvient très bien. Il obtient le même excellent résultat avec la musique : même si elle diffère de l'original, et qu'elle est toujours dépourvue de la partie vocale (ce qui fait un peu mal, nous l'admettons), elle recrée toujours parfaitement l'atmosphère inoubliable de l'anime dont nous sommes tombés amoureux dans notre jeunesse.

Graphiquement aussi, on ne peut pas être déçu. Les couleurs, les personnages, Goldrake lui-même, sont tels que nous aurions aimé les voir quand nous étions enfants et que nous imaginions un jeu de ce genre que personne avant Microids n'a jamais eu le courage d'assembler. Non, pas même les Japonais eux-mêmes, qui avec leur amour pour l'omniprésent Gundam n'ont jamais prêté trop d'attention à leurs autres robots toujours prêts à défendre la Terre de la menace extraterrestre. Comme Une dédicace pleine d'amour cet Ufo Robot Goldrake : Feast of the Wolves peut être qualifié de vraiment réussi, surtout si l'on prend en compte le budget loin d'être pharaonique confié à l'équipe de développement tout aussi réduite.

Lire aussi :  Xbox Game Pass, novembre 2023 : découvrons les jeux de la première moitié du mois pour les abonnés.

Ancien style

Goldrake The Wolves Banquet : il sera possible de débloquer et de sélectionner différents skins, dont l'original du dessin animé.
Goldrake The Wolves Banquet : il sera possible de débloquer et de sélectionner différents skins, dont le dessin animé original.

Les problèmes et les limites de ce projet apparaissent au grand jour lorsqu'on veut l'analyser comme un jeu vidéo au sens strict, lorsqu'on met de côté son caractère muséal et qu'on tient le pad entre les mains pour renvoyer les robots envoyés sur notre planète par le méchant Hydargos. Les séquences de tir sont fades et peu exigeantes : dans ces niveaux, nous pilotons à la fois Goldrake en coupe ovni, en essayant de détruire des avions ennemis et d'éviter les collisions à l'intérieur de longs canyons avec une vue arrière, et… Alcor au volant de son TFOet dans ces cas-là, la vue est en hauteur comme dans les shoot'em ups plus classiques de 1945. Inexplicablement, dans les séquences avec Alcor, il y a aussi une mise à jour ennuyeuse des ombres, qui apparaît toujours un moment après que les éléments de la scène, tels que les arbres et les rochers, font leur apparition à l'écran.

Vega ne gagnera pas !

Goldrake Le banquet des loups : le système de combat est solide, mais sans plus.
Goldrake Le banquet des loups : le système de combat est solide, mais sans plus.

Les choses s'améliorent nettement lorsque nous sommes enfin aux commandes du grand Goldrake. Ces sections représentent le véritable cœur du jeu et c'est ici que les développeurs ont fait de leur mieux. I les niveaux sont totalement libres et comportent plusieurs objets à collectionner et quelques quêtes annexes qui nous permettront de collecter des ressources supplémentaires pour rendre notre robot plus fort. Le décor est essentiellement rural, comme l'était la majeure partie du Japon dans les années 1970, avec quelques petites villes et plusieurs villages pittoresques. Goldrake ne se déplace qu'à pied, il n'est donc pas possible d'invoquer librement le vaisseau pour voltiger rapidement d'une partie du niveau à l'autre, et ses capacités de saut sont modestes, ce qui donnera lieu à quelques séquences de plateforme simples. L'élément central sera toujours le combat, caractérisé par des coups de poing, des combos avec l'emblématique hallebarde spatiale, des rayons anti-gravité utiles pour briser les défenses des ennemis les plus coriaces, des boomerangs électroniques, des désintégrateurs parallèles, des marteaux perforants et même l'infâme et très puissant tonnerre de l'espace provenant des cornes du robot. Les coups de Goldrake sont donc tous présents et à chaque fois qu'on les active, on entend Actarus crier leur nom exactement comme on a l'habitude de l'entendre dans le dessin animé.

Hallebarde de l'espace !

Goldrake Le banquet des loups : en plus des quêtes principales, nous trouverons également des quêtes annexes tout au long des niveaux qui nous permettront d'améliorer notre robot plus rapidement.
Goldrake Le Banquet des Loups : en plus des missions principales, nous trouverons également des quêtes annexes tout au des niveaux qui nous permettront d'améliorer notre robot plus rapidement.

Tous les mouvements de Goldrake peuvent être améliorés et seuls certains doivent être débloqués au préalable. Les combats sont assez simples, surtout dans les deux premières zones, mais la variété des rencontres s'améliorera progressivement grâce à l'arsenal de plus en plus varié mis à notre disposition. Les combats rempliront la barre d'énergie, qui servira aux coups les plus puissants, aux coups de grâce les plus spectaculaires, mais aussi à régénérer les points de vie (mais il faudra rester immobile quelques instants, alors attention aux coups ennemis). Si les points de vie de Goldrake tombent à zéro, c'est game over et il faut recommencer le niveau.

Lire aussi :  Conquête et jeux vidéo : pourquoi ne peut-on pas s'en passer ?

Un jeu monumental

Goldrake Le banquet des loups : les boss de fin de niveau ne sont pas particulièrement difficiles mais restent passionnants à combattre.
Goldrake Le banquet des loups : les boss de fin de niveau ne sont pas particulièrement difficiles mais restent passionnants à combattre.

Si dans ses parties individuelles, cet Ufo Robot Goldrake : Le Banquet des Loups est un jeu un peu plus que médiocre, dans sa globalité, l'expérience est définitivement prenante, surtout si vous avez grandi avec Goldrake. Les cris d'Actarus, les explosions finales des robots de Vega, les séquences où notre héros joue de la guitare sous l'arbre le plus haut de la région, sont autant d'éléments qui font de ce jeu une expérience passionnante. La ferme de Rigelles dialogues avec les habitants que nous avons sauvés d'une mort certaine, le coucher de soleil embrasant le Mont Fuji, la voix rêveuse de Venusia… chaque élément contribue à faire de l'atmosphère du jeu un véritable coup de poing (rotatif) au cœur. À toi de voir si tout cela suffira à te faire fermer les yeux sur les innombrables imperfections et certains bugs résolument agaçants (mais bientôt résolus).

Conclusions

Version testée PlayStation 5

Livraison numérique

PlayStation Store

Prix
49,99

Ufo Robot Goldrake : Banquet of the Wolves ne doit pas être acheté si tu es à la recherche d'un nouveau jeu génial à terminer. Si tu t'y engages avec cette idée en tête, il y a de fortes chances que tu sois déçu. Au lieu de cela, ce nouveau jeu Microids est une sorte de monument à un grand auteur et à l'un de ses robots les plus appréciés, une pièce de collection à placer entre la figurine de Mazinga Z et la collection d'albums de Getter Robot. Il n'est pas si différent de certaines opérations japonaises du milieu des années 1990, comme l'amusant Time Bokan sur PlayStation, qui n'était certes pas un chef-d'œuvre, mais quelle rigolade dans Yattaman. Il est rehaussé par un jeu de voix vraiment bien fait et par tous les éléments repris de la série originale. Nous avons testé Goldrake : The Banquet of Wolves sur PlayStation 5 où le taux de rafraîchissement n'est pas le plus stable, mais le jeu peut être acheté sur pratiquement toutes les plateformes du marché.

PRO

  • En tant qu'hommage à Goldrake, il fonctionne assez bien
  • Doublage spatial !
  • Une musique qui fait froid dans le dos

CONTRO

  • Fluctuation de la fréquence d'images
  • Game design et level design beaucoup trop basiques
  • Plusieurs bogues plutôt gênants