Accueil Xbox one Les meilleurs jeux vidéo indépendants du Summer Game Fest

Les meilleurs jeux vidéo indépendants du Summer Game Fest

122
0


Quand vient l'heure des grandes conférences de l'été des jeux vidéo, l'attention du public finit souvent par être monopolisée par les annonces des géants de l'industrie. Que va présenter Sony ? Quelle sera la réponse de Microsoft ? Quelle sera la surprise qui s'insinuera dans les rêves torrides de juillet et d'août ? Cette année, les feux d'artifice n'ont manqué, et celui qui s'est le plus distingué est sans conteste Champ d'étoiles de Bethesda Softworks, un colossal soutenu par une ampleur et une ambition que l'on rencontre habituellement une fois tous les dix ans.

Mais à Los Angeles – même sans l'E3 – il existe un monde souterrain qui continue de croître et d'innover, ouvrant des aperçus de petites productions dont la nature est très difficile à saisir, ne reposant que une bande-annonce ; des œuvres qui n'occuperont jamais la première page des magazines et des revues dès leur annonce, mais qui, de plus en plus souvent, se révèlent des années plus tard, après leur sortie, lorsque quelqu'un les découvre par hasard, en lisant des critiques oubliées ou en suivant les conseils d'un ami.

Le a levé le rideau sur plusieurs jeux vidéo ont émergé des plis de toutes les conférences, entre ceux qui ont pu compter sur les scènes les plus importantes et ceux qui ont ramé dur dans les grosses boîtes de l'industrie. Les titres intéressants ne manquent pas, mais décidé de sélectionner ceux qui, à l'heure actuelle, se distinguent comme suit. les projets indés les plus intéressants présentés lors de l'été du vidéo., en essayant de couvrir autant de genres que possible.

Cocon

Des mondes contenant d'autres mondes

Les mondes qui contiennent d'autres mondes

Le nom de Jeppe Carlsen s'est imposé dans le monde du développement à la suite de la publication de la… Limbes par Playdead, un titre culte qui l'a vu travailler en coulisses dans le rôle de lead gameplay designer. Un rôle qu'il a également tenu pour le lancement de INSIDE – la deuxième “grande” œuvre de l'entreprise – avant d'abandonner le navire pour poursuivre une forme encore plus pure d'indépendance créative à travers la fondation de Geometric Interactive, dont la première œuvre sera l'œuvre inspirée de la série de films de la société. Cocoon.

Carlsen était l'esprit et l'âme derrière la conception des plus grands succès de Playdead, et bien que Cocoon ait déjà un certain pedigree, il a réussi à impressionner tous ceux qui ont eu la chance de le tester dans le cadre des démos sur place au Summer Game Fest. Et le concept qui sous-tend l'expérience, à vrai dire, est vraiment fou : Cocoon est un hybride de titre d'action et de jeu de réflexion dans lequel des mondes entiers sont dissimulés dans de petits globes, et le protagoniste est autorisé soit à sauter dedans – afin de les explorer – soit à les transporter pour résoudre des énigmes qui parsèment d'autres mondes, eux-mêmes contenus dans d'autres globes encore. Tu es confus ? Tout à fait, car l'affaire est très complexe : en termes simples, il s'agit d'une sorte d'énorme “Inception” de mondes de jeux vidéo entre lesquels il faut constamment sauter, sans pour autant dédaigner les combats de boss et une profondeur de jeu qui est tout sauf évidente.

Yes, Your Grace : Snowfall

On sait encore peu de choses sur Snowfall, mais ce qui a été vu est prometteur

On sait encore peu de choses sur Snowfall, mais ce qui a été vu est prometteur.

Présenté au Summer Game Fest, Oui, Votre Grâce : Chute de neige est la suite – difficile de dire si elle est directe ou non – de Oui, Votre Grâce de Brave at Night, un titre discrètement publié en 2020 qui a connu une seconde jeunesse en intégrant le du Xbox Game , dont il est pourtant actuellement absent. Dans l'œuvre originale, vous preniez le rôle d'un roi pour vivre toute l'histoire de sa dynastie en disgrâce, racontée à travers un gimmick pour le moins ingénieux : soumis à une série de ressources générées par les possessions du monarque, vous receviez chaque jour des citoyens, des marchands, des soldats et d'autres souverains, dont vous ne pouviez répondre aux requêtes que par oui ou par non. Un choix très simple qui avait finalement des effets désastreux sur le déroulement de l'intrigue, la situation économique du royaume et, surtout, la sérénité de la famille royale.

Yes, Your Grace : Snowfall, d'après les séquences montrées, se présente comme une œuvre bien plus complexe, bien qu'ancrée dans la même immédiateté que l'original. Les informations partagées par les développeurs mentionnent la gestion des ressources en réponse aux quêteurs, un élément central du prédécesseur, la direction des troupes sur le champ de bataille, qui avait un rôle résolument plus minimaliste dans le passé, ainsi que le fait de s'occuper de la famille et de forger des alliances, deux tâches qui, pour les vétérans qui ont joué au premier chapitre, sonnent terriblement l'alarme.

Viseur

Une photo suffit pour changer le monde

Une photo suffit à changer le monde

Il y a quelques mois, une apparition surprise sur scène lors de la dernière édition des The Game Awards. Viseur, à l'époque une expérience indéchiffrable qui semblait profondément ancrée dans le monde des illusions d'optique, comme pour rappeler une synthèse entre les atmosphères de Superliminal et l'âme exploratrice qui se cache derrière Le témoin. Le petit studio écossais semble pratiquement né pour emballer ce projet, qui est probablement aussi l'un des plus philosophiquement avancés et technologiquement ambitieux de ceux qui ont investi le terrain lors des conférences d'été.

Au cas où tu souhaiterais en savoir plus, sache que nous avons présenté en avant-première une démo de Viewfinder il y a quelques mois ; quoi qu'il en soit, l'œuvre prend la forme d'un jeu de puzzle en bac à sable, entièrement construit autour d'images et de photographies. Armé d'un Polaroïd, tu peux prendre des photos de n'importe quel objet, puis les placer juste devant les protagonistes et rendre soudain l'instantané réel ; si, par exemple, un mur de briques dures obstrue ton chemin, il te suffit de prendre une photo d'une arche et de la placer devant le mur pour rendre le passage tangible et de l'autre côté. Cette mécanique ouvre des dizaines de solutions et permet aux développeurs de mettre en scène des énigmes ingénieuses ancrées dans la perspective et résolues par l'imagination.

Lire aussi :  Vernal Edge : la critique - Multiplayer.fr

L'écuyer malchanceux

Des dizaines de formules de jeu différentes coexistent dans le même jeu.

Des dizaines de formules de gameplay différentes coexistent dans le même jeu.

Retour à la vitrine de la signature PlayStation, L'écuyer malchanceux sera le premier titre de All Possible Futures. Ce petit studio indépendant a été créé en 2019 par deux vétérans de l'industrie – également actifs sur le front de la marque Pokémon – dans le but ultime de créer des expériences plus originales qu'autre chose. Jonathan Biddle et James Turner ont commencé à travailler sur leur première œuvre, attirant l'attention de Devolver Digital, qui a finalement annoncé le titre lors de sa conférence l'année dernière.

La dernière foi

Il existe de nombreuses Metroidvanias de type Bloodborne, mais celle-ci est très prometteuse

Des Metroidvania à la Bloodborne, il y en a beaucoup, mais celle-ci est très prometteuse.

Protagoniste d'une campagne exceptionnelle sur Kickstarter qui l'a conduit à dépasser tous ses objectifs en un temps record, La dernière foi by Kumi Souls Games a des racines assez anciennes, puisqu'initialement, la fenêtre de lancement prévue devait se refermer en 2022. Puis, en novembre de la même année, l'équipe a annoncé le report à 2023, afin de consacrer quelques mois supplémentaires à l'affinage de l'expérience ; après un retour dans l'atelier maison, ce metroidvania-soulslike a finalement refait surface dans le cadre des conférences mineures de l'été, éveillant une soif d'informations chez le public.

The Last Faith se déroule à Mythringal, dans un monde ponctué par la présence de la magie, de la science et surtout d'un culte religieux encombrant ; le protagoniste, Eric, est une personne sans souvenirs qui se retrouve prise dans une conspiration, mais surtout est obligée d'affronter les Cold Ones, des créatures légendaires dont le seul nom suffit à faire froid dans le dos des habitants. Les développeurs ont parlé d'une carte gigantesque qui s'ancre fermement dans la structure classique du metroidvania, dans laquelle il faut utiliser à la fois des armes à feu et des lames fiables telles que des faux, des haches et des épées larges. En bref, un bref coup d'œil au gameplay suffit pour discerner le mélange des inspirations de Bloodborne et ceux de Castlevaniaune synthèse qui a immédiatement touché une corde sensible chez les fans.

Cart Life

Cart Life est une simulation de vie

Panier La vie est une simulation de vie

En 2010, le développeur solo Richard Hofmeier a publié Vie de chariot, un titre créé à l'aide d'Adventure Game Studio qui est devenu un petit culte en quelques mois. Trois ans plus tard, son travail a fait son chemin sur Steam, mais l'auteur a pris la décision de le retirer du marché et de publier gratuitement l'intégralité du code source de l'œuvre. Ce code source de Cart Life est toujours disponible sur le net – tu peux le trouver en miroir sur GitHub – et est actuellement accessible à tous, mais ce choix en quelque sorte admirable l'a aussi rendu très difficile à trouver pour un public plus large – qui n'existait pas à l'époque de ses débuts – ce qui a convaincu AdHoc Studio de le republier officiellement neuf ans après son retrait.

Cart Life est un simulateur de vie à part entière qui lève le rideau sur trois grandes histoires de rue : celle de Vinny, vendeur de bagels, d'Andrus, marchand de journaux, et de Mélanie, qui espère connaître le succès grâce à un commerce de vente de café. Le jeu se déroule entre les plis d'une composante de gestion – liée à la profession de chaque protagoniste – et les phases de “tranche de vie”, laissant au joueur une liberté totale dans tous les aspects, racontant trois vies normales dans les limites d'un monde normal, faisant face aux problèmes qui, chaque jour, empoisonnent l'existence de chaque être humain.

Lysfanga

Une formule de jeu très intelligente

Une formule de jeu très astucieuse

Sand Door Studio est un petit atelier au cœur de Paris qui a rejoint les studios sponsorisés par Quantic Dream, Spotlight, une côte de la célèbre maison de logiciels française qui s'attache depuis quelque temps à dénicher des petites perles afin de leur apporter le soutien qu'elles méritent, ce qui est par exemple déjà arrivé à… Sea of Solitude. Et c'est ainsi que les garçons et les filles de Sand Door se sont rendus jusqu'à la soirée d'ouverture du Summer Game Fest, où ils ont présenté un projet qui n'était rien de moins que génial et qui est malheureusement passé inaperçu.

Lysfanga Le guerrier du décalage horaire est un jeu vidéo qui hybride une formule d'action classique, sous-tendue par la vue isométrique, avec quelques éléments de stratégie et de puzzle game. Alors, où est la grande nouveauté ? Le gameplay de l'œuvre s'articule autour de deux concepts fondamentaux : le premier est qu'il existe un temps extrêmement limité pour nettoyer les salles des ennemis, un facteur qui rend littéralement impossible l'accomplissement des missions de manière traditionnelle. Le second – qui est la solution au problème – réside dans le fait que la protagoniste peut remonter dans le temps, créant effectivement un nombre limité de “clones” d'elle-même pour combattre à ses côtés, développant une tactique parfaite qui lui permet d'éliminer toutes les menaces en quinze secondes, puis de passer à autre chose en toute sécurité. Il s'agit d'une formule très difficile à expliquer en quelques lignes, c'est pourquoi nous te conseillons de jeter un coup d'œil à quelques séquences de gameplay.

Les îles de la perspicacité

Un monde ouvert entièrement basé sur des énigmes.

Un monde ouvert entièrement basé sur des énigmes

Olympiades de mathématiques, tournois de résolution de Rubik's cube, doctorats du MIT : telles sont les cartes de visite des gars de Lunarch Studios, un groupe de jeunes développeurs qui, depuis plusieurs années, tentent d'innover dans le monde des jeux vidéo, en critiquant lourdement l'industrie de premier ordre, en l'accusant fermement de se reposer sur ses lauriers et surtout d'avoir cessé de proposer des expériences nouvelles, créatives et stimulantes.

Les îles de la perspicacité est né précisément en réponse à ces lacunes : c'est un vaste jeu vidéo en monde ouvert qui sacrifie toute action vague, tout recours à la violence, et tous les éléments pivots du genre, pour embrasser au contraire la nature du jeu d'énigmes à tout faire. L'univers du jeu prend la forme d'une immense variation sur le thème Myst, dont l'inspiration est repensée selon une échelle massive, plaçant le joueur en présence d'énigmes puis d'autres énigmes, d'épreuves très stimulantes à affronter seul mais aussi et surtout en compagnie. Bien sûr, il ne s'agit pas d'une nouveauté absolue, mais le travail effectué par le studio semble vraiment digne d'éloges.

Lire aussi :  Xbox Game Pass, juillet 2023 : on découvre les jeux de la première moitié du mois.

Baby Steps

Baby Steps remporte haut la main le prix de la folie.

Baby Steps remporte haut la main le prix de la folie.

Pendant des années, le terme walking simulator a été le nœud et le délice des joueurs vidéo, étant souvent attaché comme une étiquette fade à certaines des meilleures expériences narratives issues des sous-bois du médium, tout en se transformant en une sorte de définition péjorative réservée aux titres qui choisissent de lésiner sur le gameplay d'action. Les choses, cependant, sont destinées à changer bientôt grâce au travail de Gabe Cuzzillo, Maxi Boch et surtout Bennett Foddy, l'esprit fou qui se cache derrière S'en remettre avec Bennett Foddy, un titre célèbre dans lequel un homme nu à l'intérieur d'un chaudron doit réussir à escalader une montagne armé seulement d'une masse.

Petits pas est un simulateur de marche au sens le plus littéral du terme, une aventure dans laquelle, selon les termes de l'article d'annonce, “un homme manifestement dépourvu de grandes qualités, habitué à vivre sur le canapé et à regarder la télévision, découvre à un moment donné qu'il a un pouvoir particulier : la capacité de mettre un pied devant l'autre”. Le pivot de l'expérience est précisément celui de l'apprentissage et, surtout, de la capacité à marcher, en affrontant un système de contrôle hostile qui semble transformer les gestes les plus banals en prouesses confinant à l'impossible, sans manquer de se moquer du joueur face à la moindre erreur et, surtout, de truffer l'expérience d'anecdotes comiques.

Nivalis

Une ville cyberpunk pour vivre dans les coulisses.

Une ville cyberpunk à vivre en coulisses

Il existe aujourd'hui des dizaines de jeux vidéo cyberpunk, et la vague moderne générée par la dernière œuvre de CD Projekt a contribué à saturer davantage la scène ; ce qui arrive souvent, cependant, c'est que l'essence du cadre cybeprunk finit par être éclipsée, ne parvenant pas à donner un aperçu convaincant de ce que le citoyen ordinaire, comme l'un d'entre nous pourrait l'être, expérimente dans la vie de tous les jours d'un tel contexte. En 2020, en Irlande, le studio ION LANDS a commencé à développer une série d'œuvres qui tentent de se tailler une place dans un tel sous-bois, faisant ses débuts sur le marché avec les oubliés. Cloudpunk.

Aujourd'hui, cependant, le temps est venu de Nivalisune aventure en tranche de vie en orbite autour de la ville qui donne son nom à l'œuvre, est apparemment le premier fruit du voyage de maturité du studio. Si dans ce monde, il est déjà difficile en soi de survivre – parmi les méga-corporations et les trafiquants d'organes – la tâche de Rania sera de se tailler un avenir, à partir d'un bar à nouilles du bidonville qui ne représente que la première étape d'une longue ascension vers la domination de la ville. Les détails réels sont encore rares, mais avec une bonne mise en œuvre de la composante narrative, ce projet pourrait se transformer en une agréable surprise.

Chants de Sennaar

Une aventure enveloppée d'une étrange fascination.

Une aventure enveloppée d'un charme étrange et mystérieux

Fait partie de la sélection Tribeca Spotlight, qui a levé le rideau sur des tas de petits bijoux au fil des ans, Chants de Sennaar est le deuxième projet de Rundisc, un petit studio toulousain qui, au cours des dernières années, a complètement changé de direction, passant du multijoueur tridimensionnel frénétique de Varion à une aventure complètement différente tant au niveau du style esthétique que de la philosophie sous-jacente.

Chants de Sennaar est une œuvre inspirée du mythe de la Tour de Babel, située dans un monde où les habitants ne peuvent plus communiquer entre eux. Le but du protagoniste est de se frayer un chemin à travers d'anciennes structures et de mystérieuses stèles pour tenter de déchiffrer les langues incompréhensibles qui sont à la fois le grand problème et la seule clé pour le résoudre. Mélangeant les puzzles, les mécanismes de furtivité, l'exploration et le système de traduction complexe qui se trouve au cœur du projet, ce titre a tout pour être bien plus qu'il n'y paraît.

Citizen Sleeper 2 : Starward Vector

La suite d'un chef-d'œuvre

La suite d'un chef-d'œuvre

Dormeur citoyen était un extraordinaire jeu de rôle en mode texte – agrémenté de magnifiques illustrations – créé par Jump Over the Age, pratiquement un pseudonyme pour l'auteur Gareth Damian Martin, l'artiste Guillaume Singelin et le compositeur Amos Roddy ; L'œuvre, qui gravite autour de la figure du Dormeur, présentait l'une des expériences narratives cyberpunk les plus stimulantes sur le plan psychologique et les mieux conçues jamais créées, levant le rideau sur une œuvre écrite qui n'était rien moins que géniale dans sa représentation de la vie et des choix d'une créature considérée comme moins qu'humaine.

Présenté lors du PC Gaming Show, Citizen Sleeper 2 : Starward Vector mettra en avant une nouvelle histoire, un nouveau cadre dans lequel tenter de construire une dimension humaine au milieu des étoiles ; l'ambition a largement dépassé les limites de la station spatiale du premier épisode, en dotant le protagoniste d'un vaisseau spatial et d'un équipage qui seront pris dans la crise d'un système solaire tout entier. Les informations sont encore rares, mais si le niveau de qualité devait s'établir ne serait-ce qu'autour de la moitié de celui de son prédécesseur, nous serions encore en présence d'un chef-d'œuvre.

La confrérie de la roue cosmique

Une sorcière aux confins du cosmos

Une sorcière au bord du cosmos

Deconstructeam est un minuscule studio espagnol composé principalement de trois éléments qui évolue comme une écharde folle dans les sous-bois indépendants depuis quelques années. Après avoir réalisé les aventures interactives Gods Will Be Watching e Le club des cordes rougesDevolver Digital a encore réduit son champ d'action et a finalement décidé de s'asseoir dans le dos d'un nouveau jeu vidéo étrange.

La confrérie de la roue cosmique raconte l'histoire de Fortuna, une sorcière emprisonnée pendant cent ans aux confins du cosmos par son coven, qui convoque en réponse le démon ancestral Abramar, une créature avec laquelle elle conclut un terrible pacte. À partir de cette prémisse – déjà absurde – commence un récit modulaire et non linéaire ancré dans la capacité de Fortuna à lire le destin des personnages avec lesquels elle interagit, à l'aide d'un jeu magique de cartes de tarot créées et tirées directement par le joueur. Il y a quelques semaines, nous nous sommes envolés pour Paris afin d'essayer un aperçu de l'œuvre, découvrant une interprétation de l'aventure interactive extrêmement avancée en termes de choix.