Accueil Xbox one L’histoire d’Alone in the Dark, de ses origines au remake.

L’histoire d’Alone in the Dark, de ses origines au remake.

37
0


De l'idée initiale au succès international, de l'affaire Resident Evil aux reboots, nous retraçons l'histoire du tout premier survival horror en 3D : Alone in the Dark.

L'histoire d'Alone in the Dark, des origines au remake

L'histoire d'Alone in the Dark est inextricablement liée à celle de son auteur, Frederick Raynal. en 1966, une adolescence passée au milieu des films d'horreur et des manuels de programmation, le jeune développeur réalise à la des années 1980 un clone de Breakout qui le rend suffisamment célèbre pour lui permettre de décrocher un emploi chez Infogrames.

Partageant son temps entre une conversion et l'autre, Raynal poursuit le concept d'un d'horreur qui commence comme une expérience claustrophobique avec des caractéristiques originales, voire expérimentales, pour se transformer en quelque chose de différent lorsque la société française passe un accord avec Chaosium pour faire une transposition du GdR Call of Cthulhu.

C'est donc une intrigue largement fortuite qui finit par donner naissance au premier survival horror en 3D de tous les temps : nous sommes là pour te raconter tout a commencé et ce qui s'est ensuite.

Dans le noir. Seul.

Frédéric Raynal
Frederick Raynal

Nous parlions de l'idée de , des rebondissements fortuits et du talent de Frédéric Raynal : lorsqu'il est arrivé chez Infogrames, le directeur général de l'époque, Bruno Bonnell, lui a confié la réalisation d'un jeu qui… devait s'appeler In the Dark et mettre en scène une expérience particulière, dans laquelle le personnage contrôlé par le joueur se déplace dans l'obscurité absolue, avec seulement quelques flashs pour éclairer brièvement le décor et les sons afin de s'orienter.

Raynal se rend compte que suivre cette piste exacte aurait été trop compliquémais l'idée d'être perdu, d'être seul dans un endroit potentiellement traître et inhospitalier pour survivre, s'entremêle à yeux avec les films d'horreur qu'il affectionnait tant. Il établit donc quelques points fixes : un moteur graphique polygonal, des scénarios statiques avec des vues fixes inquiétantes, et enfin l'histoire d'un détective privé qui se retrouve à explorer les pièces d'un vieux manoir, Derceto, pour enquêter sur le suicide de son propriétaire.

À ce stade, un grand enthousiasme autour du projet se fait sentir dans les bureaux d'Infogrames, auquel de nouvelles et importantes ressources sont allouées. L'accord signé en 1991 avec la maison d'édition Chaosium pour les transposition du jeu de rôle L'Appel de Cthulhu.en lien avec l'arrivée de l'écrivain Hubert Chardot, grand amateur de Lovecraft, contribuent à donner au jeu une connotation précise, bien que différente du pitch d'origine.

Lire aussi :  Assassin's Creed : Mirage, un aperçu d'un jeu qui est exactement ce que les fans espèrent qu'il soit.

Une maison potentiellement hantée, donc, constitue la toile de fond de l'histoire qui est racontée à travers les notes et les documents que les protagonistes (devenus deux entre-temps : l'enquêteur Edward Carnby et Emily Hartwood, nièce de l'homme qui lui a ôté la vie) trouvent au cours de leurs investigations. Cependant, l'horreur qui se cache entre les pièces et les couloirs de Derceto possède… une nature cosmique et lovecraftienne.et le nom est changé en Alone in the Dark.

Le premier chapitre et ce qui a suivi

L'illustration principale de Alone in the Dark
L'illustration principale d'Alone in the Dark

Publié en Europe en 1992, Alone in the Dark a été accueilli avec beaucoup d'enthousiasme tant par la que par le public, et Infogrames conclut un accord avec Interplay pour le distribuer également aux États-Unis l'année suivante : cela consolide encore le succès du survival horror réalisé par Frédéric Raynal, qui s'est vendu à 2,5 millions d'exemplaires en 2000.

Comme nous l' mentionné plus haut, l'intrigue du jeu voit le détective privé Edward Carnby se rendre avec Emily Hartwood au manoir Derceto pour découvrir la vérité sur le suicide de l'oncle de la femme, Jeremy. Cependant, au fur et à mesure qu'ils avancent dans la maison, les deux découvrent qu'un culte mystérieux et inquiétant est à l'origine de l'incident.

L'illustration d'Alone in the Dark 2, extraordinairement fascinante : bien plus que le jeu lui-même.
L'œuvre d'Alone in the Dark 2, extraordinairement fascinante : bien plus que le jeu lui-même.

Le mélange de personnages polygonaux et de décors pré-rendus, encadrés de la manière la plus absurde et la plus claustrophobe possible, crée une expérience extraordinairement fascinante et technologiquement avancée pour l'époque, ce qui n'est pas surprenant. est une source d'inspiration évidente pour Shinji MikamiS'il n'y avait pas eu Alone in the Dark, a admis le directeur du jeu japonais, le premier Resident Evil serait probablement devenu un jeu de tir à la première personne.

Infogrames cherche à capitaliser sur l'énorme popularité de la créature de Raynal en commandant. le développement rapide de deux suites qui ont fait leurs débuts en 1994 et 1995, mais sans l'auteur original derrière elles, qui entre-temps était passé chez Delphine Software : son absence s'est forcément fait sentir, tout comme le changement de cap en termes de thèmes et d'atmosphères.

Entre reboots, films et spin-offs

Alone in the Dark : Le nouveau cauchemar
Seul dans l'obscurité : le cauchemar

Après avoir terminé la trilogie originale, Alone in the Dark a été mis en sommeil pendant plusieurs années, mais le succès simultané de la saga Resident Evil a convaincu Infogrames de relancer la série pour tenter d'attirer le même public. En 2001, la décision a été prise de faire un reboot avec un cadre contemporain, Alone in the Dark : The New Nightmare, et l'idée a apparemment fonctionné.

Lire aussi :  Les meilleurs JRPG de 2023

Bien qu'il manque d'idées originales et qu'il soit plutôt banal dans sa réinterprétation moderne, le jeu réalisé par Darkworks a été accueilli positivement par la critique et le public, réalisant de bons chiffres de vente et inspirant le (tristement célèbre ?) réalisateur allemand Uwe Boll à mettre en place un. adaptation cinématographique avec Christian Slater qui a fait ses débuts dans les salles de cinéma en 2005.

Christian Slater sur l'affiche de Alone in the Dark
Christian Slater sur l'affiche de Alone in the Dark

Malgré le flop (le film a rapporté un peu plus de la moitié de son budget au box-office), un autre film a été réalisé trois ans plus tard, mais Slater a refusé d'y participer, étant remplacé dans le rôle d'Edward Carnby par l'acteur d'origine coréenne Rick Yune dans une histoire sans aucun rapport avec celle racontée précédemment, qui… finit par avoir encore moins de chance.

La saga vidéoludique connaît ensuite un nouveau renouveau en 2008 avec Alone in the Dark : l'éditeur, devenu entre-temps Atari, confie le développement à Eden Games, qui tente de faire… un curieux hybride d'action à la première et à la troisième personne.avec quelques idées intéressantes (l'utilisation du bois et du feu dans les énigmes ou pour les combats, par exemple), mais aussi plusieurs côtés sombres.

Alone in the Dark, le reboot de 2008
Alone in the Dark, le reboot de 2008

L'accueil peu enthousiaste réservé au jeu a incité l'éditeur à repenser la série et de tenter la voie du spin-off en 2015 avec Alone in the Dark : Illumination, un jeu de tir coopératif à la troisième personne semblable à bien des égards à Zombie Army de Rebellion, mais entaché lui aussi de multiples problèmes techniques, et presque sans rapport avec la tradition de la marque.

Ainsi, près de dix ans se sont écoulés pour un nouvel Alone in the Dark, celui de Pieces Interactive : une réinterprétation de l'original de 1992, comme les auteurs aiment à le souligner, qui peut compter sur des noms importants tant du côté du développement (le réalisateur et auteur Mikael Hedberg, le concepteur de monstres Guy Davis, le compositeur Jason Kohnen) que de la distribution (David Harbour et Jodie Comer dans les rôles d'Edward et d'Emily).

Le
Le “nouveau” Alone in the Dark

Un projet porté par une passion pour l'œuvre de Raynal, plein de références, de personnages et de citations. qui s'inspirent largement de l'histoire, même si elle est fragmentée, qui s'est construite au cours des trente dernières années. Saura-t-il nous inciter à explorer à nouveau les ténèbres par nous-mêmes ? Nous le saurons bientôt.