Home Xbox one Metal Gear Solid a 25 ans

Metal Gear Solid a 25 ans

0
Metal Gear Solid a 25 ans


3 septembre 1998. Solid. Le début d'une légende. Oui, car s'il est vrai que la série Metal Gear comptait déjà à l'époque quelques épisodes dans son curriculum, il est également vrai que c'est son incarnation “solide” qui représentait à toutes fins utiles l'aube d'une ère, notamment pour un genre qui allait être très apprécié dans les années à venir : celui des jeux vidéo furtifs. Metal Gear Solid a 25 ansUn quart de siècle au cours duquel de nombreux émules ont tenté de suivre ses traces sans jamais les rattraper, et au cours duquel la saga s'est enrichie de chapitres plus modernes et plus évolués, mais qui doivent tout aux idées qui ont fleuri lors de la mission de Snake parmi les glaces de la mer de Béring.

Alors prépare ton bandana et ta tenue de camouflage, retour à l'ombre de Moïse.

La bande-annonce

La base fortifiée de Shadow Moses est le théâtre principal de Metal Gear Solid.
La base fortifiée de Shadow Moses est le théâtre principal de Metal Gear Solid.

Bien que Metal Gear Solid ait déjà été présenté au Tokyo Game Show de 1996, c'est leE3 de l'année suivante pour frapper comme une grenade assommante tous ceux qui attendaient d'en savoir plus sur le travail d'Hideo Kojima.

La bande-annonce présentée au salon de Los Angeles est en fait un aperçu sibyllin de ce qui attendra les joueurs japonais à partir de septembre 98, gadgets futuristes, combats au corps à corps et actions qui ne figureraient pas dans le… version finale. À cet égard, il est en effet impossible d'oublier les dernières lignes de la vidéo, dans lesquelles ce qui semble être le protagoniste déclenche une authentique catastrophe après avoir placé des charges C4 dans tous les coins de la base.

Cependant, avec le recul, la vidéo présentée à l'E3 est le premier des nombreux tours concoctés par Kojima sur les joueurs. La séquence, en effet, montre probablement la pire approche qui pouvait être adoptée dans Metal Gear Solid et ne représente donc même pas un fragment de l'expérience qui arriverait dans les magasins l'année suivante.

Après un début plus prudent, la bande-annonce se transforme en un carnaval d'explosions et de tirs croisés, dans lequel le héros – dans certains passages accompagné d'une femme – se fait l'avocat du diable face à des soldats bornés qui ne semblent pas avoir beaucoup d'intelligence. Pas de mal cependant : le décor est fascinant et la musique suffisamment épique pour faire monter en flèche la hype du public. Que sera Metal Gear Solid ? Un jeu de tir ? Ou reprendra-t-il l'héritage de ses prédécesseurs en termes de mécanique ?

La vidéo semble mélanger les cartes et les compte à rebours pour la sortie de l'album vient de commencer.

Mission solitaire

Le nombre de façons d'échapper aux gardes dans Metal Gear Solid était infini
Le nombre de façons d'échapper aux gardes dans Metal Gear Solid était infini.

Metal Gear Solid a débarqué sur les étagères des magasins japonais le 3 septembre 1998, et a immédiatement connu un succès désarmant : selon Famitsu, en effet, le titre de la marque Konami s'est placé à plus de… trois cent mille exemplaires rien que la première semaine. Les utilisateurs américains devront attendre un mois et demi, et les utilisateurs européens plus de cinq avant de prendre le contrôle de Solid Snake ; une attente remboursée par une réponse étonnante en termes commerciaux, même selon Kojima lui-même : sa créature atteint six millions d'exemplaires vendus dans le .

Quelles sont les raisons d'un résultat aussi extraordinaire et inattendu ? Il est impossible de réduire la réponse à une simple motivation. Metal Gear Solid est en effet bien plus qu'un produit qui tire le meilleur parti d'un seul aspect : c'est la somme très réussie de ses parties ; des parties qui, cependant, même prises individuellement, brillent de leur propre lumière. C'est sans aucun doute le composante narrative à être le fer de lance de la production, caractérisée comme elle l'est par une intrigue articulée avec une forte inclinaison cinématographique, une caractéristique stylistique qui accompagnerait également les épisodes suivants de la série.

Nous sommes en 2005 et la forteresse insulaire de L'ombre de Moïse, au large de l'Alaska, est occupée par l'unité FOXHOUND, un groupe de soldats d'élite dirigé par Liquid Snake qui a bien l'intention de lancer une attaque nucléaire contre les États-Unis si, dans les 24 heures, il n'obtient pas du gouvernement un milliard de dollars et la dépouille du légendaire soldat Big Boss. Et la poignée de déserteurs semble vraiment sérieuse : cachés dans les méandres de la base, ils ont à leur disposition le… Metal Gear Rextank bipède révolutionnaire équipé d'un arsenal nucléaire dévastateur.

Lire aussi :  Comment la Xbox change avec Activision Blizzard
La renommée planétaire de Kojima commence avec MGS
La renommée planétaire de Kojima commence avec MGS

Une véritable incursion militaire du gouvernement semble être une option peu pratique, et c'est donc au seul homme capable de s'attaquer à une entreprise solitaire mais désespérée que l'on confie la tâche d'infiltrer l'île : Solid Snake, jumeau en éprouvette de Liquid et clone de Big Boss. Et c'est à son arrivée à Shadow Moses que les joueurs découvrent la nature du gameplay conçu par Kojima et gardé à moitié caché dans la bande-annonce de l'E3 : le protagoniste est seul et désarmé, et doit compter uniquement sur ses compétences furtives pour ramener le bacon à la maison, car une collision frontale avec les soldats qui gardent la base conduirait à une mort certaine.

Un décor que l'ingénieux concepteur japonais agrémente également de gimmicks qui ont fait école, marquant un “avant” et un “après Metal Gear Solid” dans le domaine du genre de référence. oublier la possibilité de frapper sur les murs pour attirer les ennemis vers notre position, les traces de pas sur la neige fraîche qui rendent les gardes méfiants et la mythologie… cartons qui entre le sérieux et le facétieux nous ont sauvé la vie à plusieurs reprises ?

Ce qui est le plus frappant dans le travail de Kojima, cependant, c'est son approche mature de la narration, avec le… menace nucléaire sur fond de mission apparemment impossible, dans laquelle un héros solitaire doit veiller sur ses arrières face aux trahisons – perpétrées même par ceux qu'il croyait être des alliés – et aux révélations soudaines qui modifient constamment les cartes sur la table. En bref, le est aux commandes d'un protagoniste qui ne peut compter que sur lui-même sur le champ de bataille, aiguisant ses pour passer inaperçu et adoptant des solutions créatives pour prendre le dessus sur ses redoutables ennemis. Ah oui, ses ennemis…

Un design qui ne se répète pas

Les ennemis de Metal Gear Solid ont fait leur chemin dans l'imaginaire collectif
Les ennemis de Metal Gear Solid sont entrés dans l'imaginaire collectif.

Il ne fait guère de doute que l'élément qui, peut-être moins que tout autre, a trouvé une réplique digne de ce nom dans les versions ultérieures de Metal Gear Solid est celui qui a trait à la… design des adversaires que Solid Snake rencontre sur son chemin. L'unité FOXHOUND mise en place par Kojima et les siens est, en effet, composée de figures légendaires, capables de s'installer et de rester durablement dans l'esprit de ceux qui ont eu la chance de jouer à l'aventure au moment de sa sortie.

En commençant, bien sûr, par Revolver OcelotOcelot Ocelot est un double tireur émérite, expert en torture et armé du Colt Single Army, un revolver à la puissance de feu extrêmement élevée. L'affrontement avec Solid Snake est de l'adrénaline à l'état pur, un duel à l'occidentale qui représente le premier combat de boss du jeu et qui vaut la vie de Kenneth Baker, l'un des otages que l'agent infiltré est chargé de secourir. Le tout, bien sûr, gonflé à bloc grâce à l'exceptionnelle ‘Encounter', probablement la meilleure piste musicale jamais composée pour la série.

Dans Metal Gear Solid, chaque adversaire est caractérisé presque parfaitement, et Vulcan Raven, le puissant chaman qui s'engage dans deux confrontations épiques avec Solid Snake, ne fait pas exception. Sniper Wolf. L'infaillible tireuse d'élite d'origine kurde de l'unité FOXHOUND est un personnage exceptionnel en termes de conception et d'évolution : une tireuse d'élite glaciale qui traîne avec elle un passé de guerre et de souffrance, mais qui trouve la paix – et peut-être l'amour – lors de la mission même qui la conduira à la mort.

Et c'est précisément la catharsis atteinte un moment avant de partir qui distingue la plupart des ennemis présents dans Metal Gear Solid, avec… Psycho Mantis en est un autre exemple. Le redoutable mentaliste soviétique, avec lequel Solid Snake s'affronte peu avant son duel avec Wolf, est un personnage hanté par les fantômes d'une jeunesse difficile et douloureuse, au cours de laquelle il n'a connu que la haine de son père et la violence qui se cachait dans l'esprit des criminels qu'il était chargé de sonder pour le compte du FBI.

Lire aussi :  The Elder Scrolls Online : Gold Road, la critique de la nouvelle extension du MMO de Bethesda
Gray Fox dans Metal Gear Solid se révèle être un personnage aussi tragique qu'héroïque
Gray Fox dans Metal Gear Solid s'avère être un personnage aussi tragique qu'héroïque.

La mort pour Psycho Mantis est donc une libération, comme elle l'est pour… Renard gris, le mystérieux ninja qui, dans l'arc de la mission de Snake, apparaît et disparaît continuellement, entretenant avec le protagoniste une relation énigmatique pleine de défis mais aussi de respect. Le cyborg à la lame mortelle, derrière l'identité duquel se cache le Frank Jaeger redécouvert, est le véritable électron libre de la distribution ; un héros hanté par les blessures d'une existence qui n'a connu que la cruauté et la violence, et qui par son sacrifice final, fait pour sauver la vie de Snake, trouve le moyen de se libérer de la souffrance.

Cependant, même le famille est un thème qui joue un rôle majeur dans l'économie du récit : Gray Fox lui-même considère la généticienne Naomi Hunter comme une sœur cadette ; Meryl Silverburgh est en réalité la fille du chef de mission, le colonel Campbell ; tandis que Solid et Liquid Snake sont frères. Le chef de FOXHOUND est un personnage empoisonné par le ressentiment envers le protagoniste, coupable, selon lui, de n'avoir hérité que des gènes dominants du clonage de Big Boss, laissant à Liquid les gènes récessifs.

Une dynamique qui a le mérite de générer le plus classique des duels fratricides animés par la vengeance personnelle ; un affrontement à saveur… épique qui semble ne jamais trouver de fin et qui reste donc indélébile dans la mémoire du joueur.

Jouer avec le joueur

L'affrontement avec Revolver Ocelot dans Metal Gear Solid est un duel de haute adrénaline à l'ancienne
L'affrontement avec Revolver Ocelot dans Metal Gear Solid est un duel à l'ancienne, à forte dose d'adrénaline.

Tout compte fait, cependant, le plus grand mérite de Metal Gear Solid est peut-être d'avoir su “jouer avec le joueur”, en lui faisant croire qu'il contrôlait la situation, puis en le surprenant avec des gimmicks d'une classe absolue. Le chef-d'œuvre de Konami a en effet réussi à briser les frontières du jeu. quatrième mur comme peut-être aucun titre avant lui, en proposant des solutions innovantes et parfois absurdes, mais toujours en accord avec l'esprit et le gameplay qui ont été le fil conducteur de la saga au fil des années.

En ce sens, le duel avec Psycho Mantis est peut-être l'épisode qui représente le mieux la philosophie ludique que la franchise a adoptée depuis 1998. Le joueur s'est retrouvé en présence d'un boss quasiment imbattable, capable d'anticiper les mouvements du héros et de mettre en œuvre les contre-mesures nécessaires sans aucune possibilité d'erreur. La seule solution : déconnecte la manette du port numéro un de la console et l'insérer dans le port numéro deux, empêchant ainsi Mantis de lire dans l'esprit de Snake. Un combat qui est entré de plein droit dans les rangs des meilleurs combats de boss de tous les temps, au début duquel l'expert en psychokinésie demandait également au joueur de poser la manette sur le sol et de la faire vibrer, démontrant ainsi sa puissance mentale sans limite.

Dans Metal Gear Solid, lorsqu'on appelle Mei Ling encore et encore sans sauvegarder, l'opératrice répond à Snake avec une grande gueule
Dans Metal Gear Solid, en appelant Mei Ling et encore sans sauvegarder, l'opérateur répondait à Snake avec une grande bouche

Parmi les anecdotes plus ou moins interactives insérées par Hideo Kojima au cours de l'aventure, ce moment où nous avons tous couru pour récupérer l'étui du jeu sur l'étagère de notre chambre mérite sans doute une mention spéciale. En effet, pour contacter Meryl via le Codec et ainsi poursuivre l'aventure, Kenneth Baker propose à Snake de se brancher sur la fréquence radio qui se trouve être imprimée à même le… dos de l'emballage; un moment inoubliable qui a laissé le joueur se demander “est-il sérieux ?”.

Aujourd'hui, 25 ans plus tard, ces gimmicks peuvent faire sourire avec tendresse, mais à l'époque de la sortie du jeu, ils représentaient quelque chose de révolutionnaire, un… bassin versant ludique capable de marquer une époque et de placer Metal Gear Solid dans l'élite des plus grandes aventures de tous les temps. En effet, la créature d'Hideo Kojima a eu un impact culturel égal à celui de très peu d'autres titres, donnant au genre furtif une toute nouvelle identité et donnant une forme… solide à l'une des imageries vidéoludiques les plus aimées de l'histoire du média.

Et toi ? As-tu joué à Metal Gear Solid lorsqu'il est sorti pour la première fois sur le marché, ou l'as-tu repris par la suite ? Et quel est le moment qui t'a le plus étonné ? Donne-nous ton avis dans les commentaires.