Accueil Essais ASUS ROG Flow X16 : Revue du convertible 2-en-1 qui s’intéresse aussi...

ASUS ROG Flow X16 : Revue du convertible 2-en-1 qui s’intéresse aussi aux jeux vidéo

22
0


La de l’ASUS ROG Flow X16, un convertible 2-en-1 capable de passer du mode ordinateur portable au mode tablette grâce à un écran tactile pivote sur une paire de charnières.

ASUS ROG Flow X16 : test du convertible 2-en-1 qui se tourne aussi vers les jeux vidéo

Pour cette Critique de l’ASUS ROG Flow X16 Nous avons reçu le modèle GPU discret, ce qui est plus faible en termes de capacités graphiques que les variantes haut de gamme, mais reste très intéressant pour explorer une tranche peu connue du marché. L’AMD Ryzen 9 6900HS au cœur de ce 2-en-1 qui vise haut sur le marché, intègre en effet un GPU AMD Radeon Rembrandt avec architecture RDNA 2 qui bénéficie d’une puissance élevée par rapport aux solutions intégrées précédentes et promet de s’en sortir même avec des titres à profil graphique élevé, bien qu’avec quelques compromis. Et nous pouvons déjà considérer comme acquis un inconvénient à prendre en grande considération : le fait d’avoir un APU entraîne une durée de vie de la batterie très éloignée de celle typique des machines équipées de GPU discrets.

Spécifications techniques

L'ASUS ROG Flow X16 en version ordinateur portable

L’ASUS ROG Flow X16 en version ordinateur portable

L’ASUS ROG Flow X16 2-en-1 qui nous est parvenu dans la salle de presse est équipé d’un AMD Ryzen 9 6900HS avec 8 cœurs et 16 threads, 16 Go de mémoire DDR 5 et un SSD de 1 To avec une connexion PCIe 4. Il n’y a donc pas de GPU dédié, mais l’ordinateur s’appuie sur le système d’exploitation de l’ordinateur. AMD Radeon 680M intégré à l’APU, ce qui a des limites inévitables, même si nous n’avons pas affaire à n’importe quel GPU intégré. Le modèle phare de la Radeon 600M de la famille Rembrandt, qui est basé sur l’architecture RDNA 2 et possède donc aussi des capacités de ray tracing, est conçu pour offrir une bonne expérience de en Full HD, bien qu’en vérité nous parlions de 1920 x 1200 pixels car le panneau de l’écran tactile a un rapport 16:10.

La résolution du panneau, qui a également un taux de rafraîchissement de 165 Hz, il faut le dire, va jusqu’à 2560 x 1600 pixels, une valeur très difficile à exploiter avec un GPU intégré, mais c’est néanmoins une caractéristique à ne pas sous-estimer. D’un autre côté, nous parlons aussi d’un appareil conçu pour la sphère professionnelle, où le processeur à… 8 cœurs et 16 threads fournit une puissance considérable pour un ordinateur portable qui peut se transformer en tablette. De plus, pour ceux qui ont un budget plus élevé, il est toujours possible de dépenser un peu plus pour obtenir le modèle à GPU discret ou, en pensant à une utilisation intensive sur ordinateur de bureau, il est également possible d’investir dans le module externe ASUS ROG XG Mobile qui permet de profiter pleinement d’une carte vidéo de la famille GeForcer RTX 3000 en utilisant le connecteur approprié sur la ligne Flow.

La connectivité est dépourvue de Thunderbolt et d'Ethernet mais comprend deux ports USB-C avec une fonctionnalité de charge et DisplayPort.

La connectivité est dépourvue de Thunderbolt et d’Ethernet mais comprend deux ports USB-C avec une fonctionnalité de charge et DisplayPort.

Dans ce cas, cependant, nous devons nous contenter du GPU intégré au prix faramineux de 2 000 €. Bien sûr, l’écran tactile et le format convertible 2-en-1 font partie du pack, ce qui augmente le coût, mais des variantes avec la NVIDIA RTX 3060 sont disponibles pour quelques centaines d’euros de plus. Cela dit, l’AMD Radeon 680M est une solution plutôt puissante qui exploite 12 cœurs et les optimisations de l’architecture RDNA 2. Sans surprise, il représente un tournant pour les GPU intégrés qui, il y a encore quelques années, n’auraient même pas eu la chance de faire tourner un jeu de dernière génération. C’est sans compter l’évolution et la propagation des solutions d’upscaling avec FSR, qui, pour une utilisation avec une variété de GPU quelle que soit la marque, donne un avantage à toutes les cartes bas de gamme au prix d’une perte de qualité qui, dans de nombreux cas, est négligeable, du moins sur les écrans de petite et moyenne taille comme ceux des ordinateurs portables.

Et en parlant d’écrans, nous sommes ici face à du matériel de haute qualité, du moins sur le papier, qui bénéficie de la nouvelle certification ASUS ROG Nebula et combine la technologie tactile avec un temps de réponse de 3 millisecondes, une synchronisation adaptative et des caractéristiques élevées même en termes de qualité d’image. Le contraste est en fait plus élevé que les IPS typiques avec un rapport de 1200:1 qui correspond à une luminance de 500 nits. En outre, la couverture des couleurs DCI-P3 atteint 100 % et Dolby Vision HDR est également disponible pour une utilisation professionnelle, avec la certification Pantone et la prise en charge du stylet ASUS Stylus Pen, qui peut être acheté séparément.

Sur le bord gauche de l'ASUS ROG Flow X16, nous trouvons également un lecteur MicroSD.

Sur le bord gauche de l’ASUS ROG Flow X16, nous trouvons également un lecteur MicroSD.

L’ordinateur portable ASUS est livré avec un Batterie de 90 Wattheures avec Fast Charge, pas mal compte tenu du type d’appareil, et un système audio à quatre haut-parleurs avec Smart Amplifier et Dolby Atmos. Il faut également noter les trois microphones à élimination de bruit combinés à la webcam intégrée qui, bien que limitée à une résolution de 720p, est de type IR et prend donc en charge l’authentification biométrique Windows Hello.

Lire aussi :  Pédales Logitech G PRO Racing, un examen du jeu de pédales avec capteur de freinage

connectivité se défend définitivement tant du côté sans fil, avec le WiFi 6E 802.11ax 2×2 et le Bluetooth 5.2, que du côté physique avec deux ports USB-C 3.2 Gen 2 avec DisplayPort et fonctionnalité de charge, deux ports USB-A 3.2, un lecteur MicroSD et l’entrée pour le module ASUS ROG XG Mobile mentionné précédemment.

Fiche technique ASUS ROG Flow X16

  • Typologie : 2-en-1 avec mode ordinateur portable, tente et tablette
  • CPU : AMD Ryzen 9 6900HS avec 8 cœurs et 16 threads @4900 MHz
  • GPU : AMD Radeon 680M avec 512 Mo de RAM et 12 cœurs @2400 MHz
  • Écran :
    • IPS 16″ avec rapport d’aspect 16:10
    • Écran tactile avec prise en charge du stylet Stylus Pen
    • Résolution 2560 x 1600
    • Rafraîchissement 165 Hz avec Adaptive-Sync
    • Luminance 500 nits
    • Gamme 100% DCI-P3 avec certification Pantone
    • Temps de réponse 3 ms
    • Contraste 1200:1
  • RAM : 2×8 GB DDR5 @4800 MHz
  • Stockage : SSD Samsung PCIe Gen 4 1TB
  • Connectivité sans fil : Wi-Fi 6E Dual Band, Bluetooth 5.2
    • 2x USB-C 3.2 Gen 2 (avec DisplayPort 1.4 et Power Delivery)
    • 2x USB-A 3.2 Gen 1
    • 1x HDMI
    • 1x 3.5mm Combo Audio Jack
    • 1x Interface mobile ROG XG
    • 1x lecteur de carte (microSD) (UHS-II)
  • Batterie : 99 Wh
  • Webcam : IR 8 MP 720p avec prise en charge de Windows Hello
  • Audio :
    • Quatre haut-parleurs
    • Smart Amp
    • Dolby Atmos
    • Matrice de 3 microphones à suppression de bruit
  • Dimensions : 35,5 x 24,3 x 1,94 cm
  • Poids : 2 Kg
  • Prix : 2000€

Design

La version portable de l'ASUS ROG Flow X16 peut passer de l'ordinateur portable à la tablette, mais peut aussi être utilisée à 180 degrés ou en tant qu'écran portrait.

L’ASUS ROG Flow X16 en version ordinateur portable peut passer de l’ordinateur portable à la tablette, mais peut aussi être utilisé à 180 degrés ou comme écran portrait.

Emballé dans un châssis ondulé en , le 2-en-1 d’ASUS ne présente pas de particularités majeures si l’on exclut, à l’intérieur, le logo et les deux longues grilles latérales pour les haut-parleurs. Mais le design sobre et robuste n’est pas surprenant étant donné qu’il s’agit d’un appareil conçu pour se plier en une tablette, bien qu’elle soit plutôt épaisse et pèse 2 kg. Elle est donc incomparable à une tablette classique, même si elle reste très confortable à utiliser, grâce à la haute qualité du revêtement de l’écran qui se traduit par un certain agrément au toucher, aussi bien en déplacement que pour le travail.

En ce qui concerne l’épaisseur, il faut garder à l’esprit que les presque 2 centimètres d’épaisseur ne sont pas si importants compte tenu de sa nature hybride d’ordinateur portable avec un processeur puissant et l’option d’un GPU discret. Dans l’emballage se trouvent également les deux charnières qui permettent à l’écran de pivoter et rendent l’appareil très stable en mode tente.

Il y a clairement un clavier, sans pavé numérique mais avec des flèches directionnelles et comprenant Rétro-éclairage RGB. Au fait, les touches ont une course de 1,7 millimètre, ce qui n’est pas mal compte tenu du format 2-en-1, et sont assez stables et solides. Le grand pavé tactile est très bon, même s’il s’agit presque d’un supplément pour un appareil à écran tactile conçu pour les créatifs et les joueurs. Mais il te permet tout de même de jouer à un jeu de stratégie sans avoir besoin de transporter une souris et de naviguer dans les applications sans laisser de traces de doigts sur le panneau brillant.

Performance

Pour nos tests, nous avons réglé l’ordinateur portable en mode Mode performanceen laissant le GPU en mode Standard. Le logiciel ASUS Armoury Crate permet effectivement de sélectionner d’autres modes conçus pour mieux gérer la répartition de la charge entre les GPU intégrés et discrets, mais il est clair que nous ne sommes pas intéressés par un modèle qui repose entièrement sur le GPU intégré de l’AMD Ryzen 9 6900HS. Néanmoins, nous l’avons dit, ce n’est pas une solution à sous-estimer, du moins en regardant à 1920 x 1200.

La résolution de l’écran atteint effectivement 2560 x 1600 pixels, mais pas l’AMD Radeon 680M. De plus, même en parlant de titres légers, il est préférable d’opter pour le taux de rafraîchissement élevé de l’écran 16 pouces, qui garantit une bonne définition même en diminuant le nombre de pixels. Mais avant de passer aux , jetons un coup d’œil aux benchmarks synthétiques où l’AMD Ryzen 9 6900HS fournit une puissance brute considérable, même si elle est inférieure à celle de la concurrence, contre une très bonne efficacité qui, comme nous le verrons plus tard, est très importante pour le bruit.

Dans la pratique, le processeur de l’ASUS ROG Flow X16 est surclassé de 20 % par un Intel Core i7-12700H dans les résultats globaux de l’enquête. repères synthétiques principalement en raison du nombre plus élevé de cœurs intégrés au CPU que la concurrence, mais il n’est que de 13 % inférieur dans les tests liés à la physique. Définitivement pas mal pour un appareil 2-en-1 qui peut compter sur un CPU haut de gamme et un SSD qui ne bat pas de records mais qui est capable d’atteindre 6700,20 Mo/s en lecture séquentielle et 4931,73 Mo/s en écriture séquentielle.

Les limites, bien sûr, concernent l’AMD Radeon 680M qui, bien que supérieure à tout autre GPU intégré, ne doit faire face qu’à 12 unités de calcul RDNA 2. D’où une puissance brute de 30 % inférieure à celle d’une NVIDIA GeForce RTX 3050 Ti, comme celle montée sur l’ASUS ROG Flow Z13, qui fait plus que doubler les performances en ray tracing. C’est précisément l’une des faiblesses de l’intégré AMD, comme le montre également l’incapacité à réaliser le test Port Royal en 4K, en plus de la mémoire limitée qui empêche le GPU d’exécuter les tests VRMark dédiés à la réalité virtuelle. Mais, comme nous l’avons déjà dit quelques lignes plus haut, la puissance est suffisante pour obtenir une certaine satisfaction dans les jeux en Full HD, à condition d’accepter certains compromis.

Lire aussi :  PathCraft, la revue - Multiplayer.co.uk

Passe à l’étape suivante tests sur les jeuxEn résolution 1920 x 1200 à la qualité graphique maximale, ray tracing exclu, l’AMD Radeon 680M a du mal avec les titres à haut profil graphique, restant souvent autour de 15-20 FPS, la seule exception étant Assassin’s Creed : Valhalla qui, avec l’aide de FidelityFX Super Resolution parvient à garder 30 FPS stables. De manière générale, pour approcher les 30 FPS avec les titres que nous utilisons comme référence, il est nécessaire de passer à des paramètres graphiques moyens. Surprenant à cet égard est le très lourd Cyberpunk 2077, qui, avec FSR en mode Qualité, s’arrête juste en dessous de 30 FPS bien qu’il s’agisse de l’un des rares titres avec un compartiment technique de la prochaine génération. C’est encore pire avec quelques autres jeux : Control, sans FSR, frise l’injouabilité même avec des paramètres moyens, tombant souvent sous les 20 FPS en combat, et la seule façon de le rendre jouable est de remettre la plupart des paramètres graphiques à zéro.

C’est encore pire avec Metro Exodus Enhanced Edition et ce n’est pas un hasard. Nous parlons d’un titre construit autour du ray tracing qui ne peut pas être désactivé et qui est un bloc presque indigeste pour l’AMD Radeon 680M. Nous continuons cependant à souligner que ce genre de résultats n’est pas du tout à négliger et qu’il est de bon augure pour les ordinateurs portables à venir dans les prochains mois qui devraient présenter des avantages substantiels en termes de GPU intégrés. De plus, comme nous l’avons déjà mentionné, il est possible d’opter pour les versions plus chères de GPU discrets, qui, à partir de la NVIDIA GeForce RTX 3060, nous permettent également d’exploiter la résolution native du panneau et de profiter du ray tracing.

Températures, bruit et consommation d’énergie

Plus silencieux que les modèles à GPU discret, l'ASUS ROG Flow X16 bénéficie d'une plus grande autonomie et est mieux adapté à une utilisation mobile.

Plus silencieux que les modèles à GPU discret, l’ASUS ROG Flow X16 bénéficie d’une plus grande autonomie et est mieux adapté à une utilisation mobile.

Jusqu’à présent, nous avons vu les inconvénients d’avoir un GPU intégré, qui est puissant mais encore loin des modèles de cartes vidéo discrètes. Mais les avantages sont là, et ils concernent principalement le bruit, avec un silence quasi absolu dans les opérations de bureau, 38 décibels sous des charges légères, 40 décibels sous des jeux lourds et un peu plus sous stress. Nous sommes donc nettement en dessous des ordinateurs portables de jeu auxquels nous sommes habitués et que nous avons examinés en abondance au fil des ans sur Multiplayer.it, bien que le faible niveau sonore ait une conséquence en termes de températures.

Dans les opérations de bureau, le GPU intégré tourne autour de 61 degrés pour atteindre 81 degrés dans God of et 86 degrés dans Metro Exodus Enhanced Edition, un titre qui voit le GPU toucher des pics de 90 degrés. Un argument similaire s’applique au CPU, qui atteint 92 degrés dans le titre de 4A Games et touche 94 degrés à pleine charge. Si ce n’est que la capacité du cabriolet à rester sous les 95 degrés et à éviter ainsi l’étranglement thermique est à apprécier.

Le clavier ASUS ROG Flow X16 devient très chaud dans sa partie supérieure

Le clavier ASUS ROG Flow X16 devient très chaud dans sa partie supérieure

En plus d’offrir de nets avantages en termes de bruit, le GPU intégré est également bon pour la batterie de 90 Wh, qui atteint effectivement 8 heures d’autonomie en regardant des films et plus de 6 heures en utilisation mixte, entre applications bureautiques, vidéo et surf. La décente aussi est laL’autonomie dans les jeuxAvec quelques heures d’autonomie, c’est absolument stupéfiant si l’on considère que les performances ne baissent pas beaucoup par rapport aux GPU discrets pour ordinateurs portables.

Commentaire

L’ASUS ROG Flow X16 dans la variante GPU intégré est un 2-en-1 très intéressant qui parvient à fournir des performances acceptables en 1920 x 1200 avec un faible bruit et une bonne autonomie. Le tout est couronné par un écran de haute qualité et l’interface ASUS ROG XG Mobile, qui permet d’utiliser un GPU externe, ce qui augmente considérablement la puissance graphique du système et prolonge sa longévité. Mais quelle que soit sa puissance par rapport aux autres solutions intégrées, l’AMD Radeon 680M ne peut pas garantir des performances équivalentes aux variantes de GPU discrets du système, qui ne coûtent d’ailleurs pas beaucoup plus cher que ce modèle. Il faut donc bien évaluer ses besoins avant de procéder à l’achat d’un convertible de ce type, qui, à défaut d’autre chose, laisse toujours la porte du module externe ouverte au cas où l’on voudrait faire une mise à niveau en cours de route.

PRO

  • Excellent rendu d’image, même en déplacement
  • Grand écran tactile précis flanqué d’un bon clavier et d’un pavé tactile robuste
  • L’interface ASUS ROG XG Mobile augmente la longévité potentielle.

CONTRO

  • Le GPU intégré n’est toujours pas comparable à un GPU discret.
  • Les températures atteignent des valeurs très élevées
  • Pas de port Thunderbolt et pas d’Ethernet pour un prix élevé
  • Pas exactement une esthétique mémorable

Article précédentTales of Symphonia Remastered, Bandai Namco explique pourquoi ils ont choisi cet épisode -. Multiplayer.com
Article suivantLe juge approuve un règlement de 1,85 million de dollars pour un lancement désastreux – Multiplayer.com