Accueil Playstation 5 Death Relives, le test – Multiplayer.fr

Death Relives, le test – Multiplayer.fr

19
0


Nous avons é , un nouveau film d’horreur à la première pour PC, PS5 et Xbox Series X|S dans lequel tu fuis une divinité aztèque assoiffée de sang.

Death Relives, le jeu d'horreur éprouvé dans lequel tu fuis une divinité aztèque.

Le jeune Adrian veut découvrir la vérité sur la mort de sa mère, survenue dans des circonstances mystérieuses, ainsi que la raison pour laquelle une animée horrible porte son nom. Dans son enquête, il tombe sur Xipe Totec, une divinité sanguinaire qui vit depuis des années dans un manoir où des événements innommables se sont produits. Comment est-il arrivé là ?

Le survival horror à la première personne est un genre très fréquenté par les développeurs indépendants, qui y voient un moyen de mettre en jeu leurs passions, souvent leurs obsessions, tout en révélant les côtés les plus sombres de la nature humaine. Dans le cas du premier titre par Studios Nyctophilele but est de mélanger les mécaniques typiques du genre avec la mythologie aztèque, qui est décidément peu exploitée dans les vidéo. Nous avons donc a essayé la démo de Death Relives Nous nous attendions au moins à un scénario original, mais nous avons été quelque peu déçus.

Dans le sous-sol

Ce mini-jeu consiste à ne pas être découvert par Xipe Totec

Ce mini-jeu est pour ne être découvert par Xipe Totec

La démo est en fait très courte et se termine en moins de vingt minutes, surtout une fois que tu as compris qu’il n’y a pas de dangers particuliers à affronter et que tu avances à un rythme plus tranquille dans le…exploration L’une des rares zones qui peuvent être visitées. Au début, nous nous trouvons dans un sous-sol plein de sang et avec un cadavre suspendu au plafond. En fouillant la zone, nous nous rendons compte qu’il n’y a pas de sortie. Pendant que nous sommes ici, le jeu explique ses principales fonctions, qui ne sont en fait pas très nombreuses. Après ramassé une lampe frontale (une torche), que nous pouvons allumer pour éclairer la zone, nous décidons d’interagir avec le cadavre suspendu, qui tombe au sol en produisant un joli bruit sourd. À ce moment-là, des bruits de pas commencent à se faire entendre, ce qui fait trembler tout l’endroit. Xipe Totec s’approche. Disons que la furtivité n’est pas sa spécialité. Nous n’avons aucun moyen de nous défendre, alors le tutoriel nous dirige vers une cachette, où nous nous terrons sans tarder.

Lire aussi :  Les jeux vidéo qui nous détendent

La sympathique divinité aztèque, à l’allure aussi menaçante qu’étrangement drôle (nous ne savons pas pourquoi il nous a rappelé certains méchants de la série classique Scooby Doo) entre en franchissant une porte qui était auparavant fermée. Maintenant, nous savons où nous devons aller, mais nous devons d’abord survivre. Bien qu’il ne nous voie pas, Xipe Totec patrouille toute la zone et vient aussi jeter un coup d’œil à notre cachette, ce qui déclenche un mini-jeu dans lequel tu dois appuyer sur le bouton d’interaction au bon moment pour rester tranquille. N’ayant pas réussi à nous trouver, la divinité s’empare du cadavre et sort de la zone, nous donnant ainsi la liberté dont nous avons tant besoin.

Casse-tête

Il y a beaucoup de sang dans Death Relives

Il y a beaucoup de sang dans Death Relives

En quittant la cachette, nous nous dirigeons vers la route nouvellement ouverte, atteignant une sorte d’aile de prison, pleine pour ne pas dire pleine de cadavres sanglants et de instruments de torture. Autour de la zone se trouvent des fusibles et une guillotine, que nous activons en décapitant un cadavre afin d’obtenir un objet dont nous avons besoin pour continuer. Nous entrons ici en contact avec les premières énigmes, qui sont résolument simples. Après avoir trouvé quatre fusibles, nous devons les insérer dans une boîte électrique pour rétablir l’électricité dans un monte-charge voisin. Il n’y a pas -chose à réfléchir, vraiment, car l’interaction est fondamentalement automatique. Il suffit d’avoir tous les objets et le personnage effectuera les réparations de manière autonome. Le travail du joueur consiste donc principalement à faire des recherches. La même chose se produira immédiatement après, lorsque nous devrons marteler le mécanisme de l’ascenseur. Ici aussi, tout est automatique. Il ne tient qu’à nous de lancer l’interaction et de suivre les instructions à l’écran.

Impressions

Le pod nous montre l'emplacement de Xipe Totec

Pod nous montre l’emplacement de Xipe Totec

En atteignant l’étage suivant, nous nous retrouvons à l’intérieur du manoir le plus classique rempli de tableaux et de statues effrayantes. Nous devons trouver un moyen de sortir. Les bruits nous suggèrent que Xipe Totec se trouve dans la région. Il y a aussi des cachettes dans lesquelles se glisser au besoin, ce qui sera en fait peu utile. En explorant les quelques pièces accessibles, nous trouvons un pod radar, qui nous indique l’emplacement du dieu grognon, et une clé avec laquelle nous pouvons ouvrir un cadenas qui ferme une grande porte à deux battants. Comme c’est la seule action possible et que le lustre ambulant ne s’est pas montré, malgré les menaces, nous nous exécutons et… regarde qui est de l’autre côté ? La démo se termine avec Xipe Totec qui nous attrape, nous plaque au sol et nous écrase le visage d’un coup de pied. Honnêtement, nous n’avons pas été trop impressionnés. Pour la version finale, les développeurs promettent des énigmes plus difficiles à résoudre et l’introduction de mécanismes de survie, presque totalement absents ici.

Lire aussi :  One Piece Odyssey, la revue

De notre côté, nous pouvons te dire que la version démo te permet de faire l’expérience de Death Relives peu et mal, parce qu’il n’y a qu’un soupçon de la mythologie qui sert de toile de fond à l’action, il n’y a pas de moments où tu peux évaluer l’action.intelligence artificielle de l’ennemi harceleur et les quelques énigmes sont d’une simplicité énorme. En gros, nous n’avons pas vu un seul élément qui a fait ressortir le jeu ou qui nous a donné envie de continuer à jouer, ce qui nous met dans l’expectative de la version finale (prévue en 2023). Cela dit, ne prends pas cela comme un rejet, car il y a vraiment trop peu de choses dans la démo pour porter un jugement complet et c’est peut-être là le problème : tout manque vraiment, y compris les moments d’horreur. Paradoxalement, les séquences de gameplay publiées par le studio de développement sont beaucoup plus indicatives, montrant des étapes avancées qui nous permettent de voir des moments plus concis du jeu.

La démo de Death Relives offre bien trop peu d’éléments pour se faire une idée complète du jeu. En général, il ne nous a pas beaucoup impressionnés, mais il faut dire qu’un tel titre se démarquer surtout à moyenne distance, c’est-à-dire lorsque les évasions du harceleur divin seront plus fréquentes, que les énigmes gagneront en complexité (on l’espère) et que les mécaniques de furtivité et de survie seront davantage exploitées.

CERTITUDES

  • Le harceleur est original
  • L’atmosphère n’est pas mauvaise

DUBBI

  • Les énigmes semblaient trop simples
  • Une démo ne devrait-elle pas faire une démonstration ?

Article précédentRavenlok : ce que nous savons de l’aventure voxel entre Alice et les années 1980
Article suivantDestiny 2 : le service d’abonnement n’existe pas, mais il pourrait avoir du sens