Accueil Xbox one Les jeux vidéo qui nous rappellent l’été

Les jeux vidéo qui nous rappellent l’été

287
0


Alors que le mois d'août touche à sa fin, nous sommes retrouvés à discuter de la façon dont les jeux vidéo ont marqué notre été, entre ceux qui sont partis en vacances avec les Pikmin de la Nintendo Switch, ceux qui ont acheté une valise plus grande pour y mettre Steam Deck, ceux qui ont profité de leur temps libre pour finir Final Fantasy XVI et ceux qui ne sont pas encore partis en vacances mais qui, le soir, s'adonnent à un voyage dans les contrées de Baldur's Gate 3.

Que nous partions en vacances à la plage, à la montagne ou que nous restions simplement chez nous à paresser, les jeux vidéo nous ont toujours tenu compagnie pendant l'été. Chaque , le passe-temps estival peut changer, mais nous sommes sûrs que chacun d'entre vous a… un vidéo spécifique qui lui vient à l'esprit lorsqu'il pense aux vacances d'été.. Peut-être ce jeu Nintendo DS avec lequel tu as passé des journées entières sous le parasol ? Ce MMORPG avec lequel tu as passé l'été à la maison ? Ou ce cabin cruiser au bar devant lequel tu te tenais les pieds ensablés. Nous sommes curieux de savoir quel jeu, plus que tout autre, te vient à l'esprit lorsque tu penses à tes étés : commençons par quelques histoires de la rédaction au taux de nostalgie élevé.

Pokémon Rouge/Bleu (Lorenzo)

Jeux d'été de Mancosu

Italie, été 2000. En y pensant aujourd'hui, on a l'impression de voyager dans une autre dimension. Pas de smartphones, pas de réseaux sociaux, dans le nord du pays la température moyenne est de 22°. Les plages grouillent d'enfants en liesse, et à la télévision, le logo d'Italia 1 se détache sur les profondeurs vertes de Namecc : ils ne peuvent pas imaginer que Goku est sur le point de se transformer en Super Saiyan pour la première fois.

Les tables en plastique blanc se partagent équitablement entre les jeux de balai et les batailles de magie : l'expansion du moment est Prophecy. Mais sur chaque chaise longue posée dans le sable, le long des marches des ruelles du village, sur les sièges arrière des voitures familières qui filent sur l'autoroute, un autre phénomène est en train de se dérouler, un phénomène qui changerait à jamais le des jeux vidéo.

L'été 2000 a marqué les premières vacances d'été de… Pokémon Rouge et Bleu. Garçons, filles, jeunes adultes avaient consacré des mois de leur temps libre à l'entraînement de leurs starters, pris dans le maelström de l'une des plus grandes aventures de tous les temps. Aujourd'hui, ils se retrouvent enfin à jouer côte à côte. Soudain, un câble de liaison apparaît : alors que de nouvelles amitiés fleurissent en une demi-seconde, un Haunter évolue enfin en Gengar, un vieux Kadabra devient un Alakhazam.

Voici Alexandre. Incroyable mais vrai, il possède Mew. Se pourrait-il qu'il ait réussi à déplacer de force le mystérieux camion qui se trouve juste à l'extérieur de M.N. Anna ? Le soleil tape à travers les nattes en osier et se reflète sur les écrans des Game Boy ; épaule contre épaule, les petits groupes d'amis n'arrêtent pas de se raconter leurs aventures à Kanto. Moi et mon Charizard, nous sommes là aussi. “Lorenzo, il y a des fruits !” – “J' maman, j'économise et j'éteins”. De nos jours, certains disent d'un ton moqueur que “Nintendo fait des jeux pour les enfants”. Il faudrait peut-être dire fièrement : Nintendo fait des jeux pour tout le monde, même pour les enfants.

Boktai : Le soleil est dans ta main (Giulia)

Jeux d'été Giulia

Il y a tout juste un mois, un jeu vidéo injustement oublié par soufflait ses vingt premières bougies. Pour la sortie de Boktai : Le soleil est dans ta main a été choisi, non par hasard, la période estivale : un fait tout à fait compréhensible, étant donné que l'aventure du chasseur de vampires Django reposait entièrement sur la lumière du soleil. Produit et conçu par Hideo Kojima – jamais fatigué de proposer des idées nouvelles et originales au public vidéoludique – Boktai visait à amener les utilisateurs à l'extérieur, sous le soleil. Littéralement : pour recharger le Sol Gun du protagoniste, il fallait s'en remettre au capteur photométrique de la cartouche (le jeu a été publié pour Game Boy Advance).

Sans compter que le jeu simulait la position du soleil en fonction du fuseau horaire sélectionné. Et tout cela avait beaucoup d'importance, car la présence de la lumière du soleil, dans la vie réelle et donc dans le monde de Boktai, garantissait la mise à mort immédiate des vampires lorsqu'ils y étaient exposés. De la stratégie, donc, et aussi de la furtivité, bien que de façon édulcorée par rapport à la série Gear Solid, l'autre grande œuvre de Kojima. Boktai s'est avéré être une expérience tellement immersive pour l'enfant que j'ai risqué l'insolation plus d'une fois, sans parler de la difficulté à voir clairement ce qui se passait dans le monde virtuel de Django, en raison de l'absence de rétroéclairage de la GBA classique et de la forte lumière du soleil d'été. Rien qui ne puisse décourager un enfant pâle, à lunettes mais très têtu : le bain de soleil était, enfin, pour la bonne cause. Foutus vampires !

Lire aussi :  Des mondes qui racontent des histoires : l'avenir de la narration des jeux vidéo.

Metal Slug (Vincenzo)

Jeux d'été de Vincenzo

Chaque fois que je vois un bar de plage, je me rappelle tous les bruits et les sons des vacances au bord de la mer. Pas le grondement des vagues ou les voix endiablées des gens, attention. Plutôt le pétillement du logo Néo-Géo, le défilé du Tutorial, et puis cette voix impérative qui s'exclame “Mission 1… DÉMARREZ !“. Enfant, le kiosque au bord de la mer était mon mausolée, le jeton la clé de l'entrée. Selon l'année et le bar, les jeux changeaient, mais il y en avait deux en particulier que tu étais toujours sûr de trouver. Super Sidekicks et Metal Slug. Maintenant, que ce soit derrière un joystick ou sur la plage avec Super Santos, j'ai toujours été une mauviette avec le ballon. Ce n'est pas que je n'aimais pas jouer, mais si j'avais quelques jetons en poche, tu peux être sûr que je savais dans quelle cabine les mettre. Alors allez, Marco Rossi, voyons jusqu'où nous irons, toi et moi, cette fois-ci.

Je ne l'avais jamais terminé, Metal Slug, j'avais l'habitude de manquer de jetons en premier, m'agitant de frustration sous le regard du barman. Mais ce n'était pas un problème : j'étais là pour le spectacle, les cris triomphants de “Mitrailleuse lourde !” et “Lance-roquettes !” ; les prisonniers qui vous remerciaient d'un “Merci !”, sortaient leurs sous-vêtements et s'enfuyaient ; les boss si grands qu'ils ne tenaient pas sur l'écran ; les animations et les transformations, comme lorsque vous deveniez une momie ou, mieux encore, que vous vous retrouviez soudain gros, lent et puissant. Chaque partie – ainsi que chaque mort – était un spectacle à regarder et à écouter. Et puis un jour, il arriva qu'au énième Game Over, le barman passa pour vider la caisse à pièces de la cabine. Il a ouvert le clapet, récupéré le butin, et avant de le refermer, il a tâtonné avec les commandes de la caisse à pièces. J'ai entendu le tintement de la cabine mais je n'ai pas bien compris ce qu'il était en train de faire. “Ne les finis pas tous, guv'nor”, a-t-il dit avant de retourner s'asseoir. Dans le coin de l'écran était maintenant écrit “Crédits 99”. C'est l'été où j'ai terminé Metal Slug.

The Urbz : Les Sims dans la ville (Jordanie)

Jeux d'été de Jordanie

Dans ma routine de vacances, il y a toujours un moment très délicat de la journée où le jeu vidéo est indispensable. Ce bref intermède dans la journée où je rentre à l'hôtel, prends une douche, me détends et me prépare pour le dîner est très dangereux, car si je m'endors, c'est la fin. Un sommeil léger d'à peine vingt minutes suffit pour que je me réveille totalement hébété, sans savoir où je suis et ce qui se passe, entraînant une stupeur qui ne cessera pas tant que je ne me serai pas endormi.

Tu pourrais penser que ce problème est apparu avec l'avancée en âge, mais en fait, il en a toujours été ainsi pour moi, depuis que je suis enfant. Au fil des ans, les consoles Nintendo ont toujours été des alliées fidèles qui m'ont sauvé un nombre incalculable de fois de la roulette de la sieste (c'est-à-dire la sieste imprudente sans réveil), et il y a un titre que je rejoue cycliquement l'été dans ce contexte : The Urbz – Sims in the City pour Game Boy Advance.

Les Sims – Bustin' Out et sa suite directe The Urbz sont deux jeux vraiment mignons, avec un style Animal Crossing que je regrette honnêtement un . Légers, amusants, remplis de mini-jeux et auxquels j'ai vraiment pris plaisir à jouer, j'espère toujours un retour de cette formule pour Les Sims. Il me rappelle l'été car je l'ai acheté pour mon anniversaire, qui tombe fin juin, et depuis il est devenu mon compagnon préféré. J'attends toujours quelques années avant d'y rejouer, histoire de me laisser le temps d'oublier un peu les différentes missions. Merci donc à The Urbz d'avoir sauvé mes soirées de vacances ; l'alternative était de finir comme l'étudiant endormi de l'université d'Urbania, Marco Lettico.

Lire aussi :  Qu'est-il arrivé à Octopath Traveler 2 ?

Street Fighter 2 (Pierpaolo)

Jeux d'été Pierpaolo

Pour moi, il n'y a qu'un seul titre, très spécifique, qui est pratiquement doublement lié à l'été : Street Fighter 2 Champion Edition. Un jeu de combat, ou plutôt LE jeu de combat de Capcom, lancé au Japon dans la désormais lointaine année 1992 (tu te rends compte que 30 ans ont passé ? !?!?!) et arrivé un peu plus tard également dans nos salles d'arcade, à une époque où jouer en dehors de chez soi était monnaie courante et se promener avec des jetons de téléphone et des pièces de 200 lires en poche était une coutume naturelle.

Mais pourquoi est-ce que je relie cet incroyable beat'em-up à l'été ? Parce que là d'où je viens, dans la province romaine (mais je ne serais pas surpris de découvrir que c'était un fil rouge reliant toute la péninsule au début des années 90), il était de coutume d'équiper une ou deux cabines de plage parmi les mieux équipées d'une poignée de coin-ops où les ” gamins ” se réfugiaient pour passer des après-midi entiers à berner leurs parents et à leur laisser l'illusion d'être dehors en train de jouer à quelque chose de plus sain. Et parmi ces machines à sous se trouvait toujours, infailliblement, constamment, Street Fighter 2 Champion Edition.

Des étés entiers à décider tout et n'importe quoi en fonction d'un match : qui devait payer la glace, qui devait chercher les transats où s'allonger pour baver, qui prendrait le scooter pour aller chercher l'autre le lendemain, qui serait dans les buts…. Dans la chaleur, enfermés dans la cabine, trempés de sueur, hurlant à la chance éhontée de l'adversaire et bien sûr assaillis par la fumée de leurs amis plus âgés. Dieu combien nous fumions à l'époque, je me demande encore comment nous avons tous survécu dans ces espaces exigus en passant 6 à 8 heures par jour dans la fumée secondaire.

Ah, bien sûr, je choisissais toujours Ken, parfois Vega (j'ai toujours eu un amour dépassionné pour Vega, quand il faisait sauter son masque après avoir pris quelques coups bien placés), et je n'ai jamais cessé de gagner.

GoldenEye 007 (Kobe)

Jeux d'été de Kobe

En cet été lointain, chaud et inoubliable de 1998, sans que personne ne s'entende vraiment, une routine inviolable s'est créée. Le matin, tout le monde restait entre soi. On regardait quelques dessins animés ou, pour la énième fois, la VHS laissée la veille dans l'enregistreur. On rangeait la chambre sans enthousiasme. Dans de très rares cas, on sortait à vélo dans les environs sans destination précise. A l'heure du déjeuner, il y avait les Simpson, moment autour duquel tournait l'organisation du repas, en accord tacite, feutré et résigné avec le parent assigné à cette tâche. Puis, à 14 h 45 précises, la cloche de la maison de votre serviteur s'est mise à sonner avec une régularité presque précise toutes les trois minutes, pour un total de cinq fois.

C'était le jingle qui signalait l'après-midi qui, à l'époque, était dominée par… GoldenEye 007 pour Nintendo 64. GoldenEye est devenu un peu une obsession : d'une part, nous voulions prouver qui était la gâchette la plus rapide de toutes, dans de splendides deathmatches locaux à quatre joueurs. De l'autre, nous avons entrepris de terminer chaque niveau de la campagne dans la difficulté la plus élevée, raisonnant à l'unisson sur la façon de remplir les objectifs secondaires, nous disputant pour savoir qui devait être le prochain à faire une tentative, souffrant ensemble lorsque l'écran devenait rouge, à une poignée de mètres de l'objectif final tant convoité.

De la sueur, des rires et quelques abandons rageurs. Ce sont les principaux souvenirs de mon été 1998, passé avec l'un des jeux que j'associe le plus aux mois les plus chauds de l'année. Ce fut un été amusant, au cours duquel j'ai découvert ce qui reste à ce jour l'un des FPS les plus amusants et les plus addictifs auxquels j'ai eu la chance de jouer. D'autant plus amusant et addictif que je l'ai vécu en compagnie de mes amis de l'époque.