Home Essais Cityscapes : Sim Builder, la critique

Cityscapes : Sim Builder, la critique

0
Cityscapes : Sim Builder, la critique


Le city builder a connu plusieurs tentatives de transposition sous forme mobile, certaines résolument moins réussies que d'autres, mais celle présentée ici… de Cityscapes : Builder raconte l'une des rares expériences qui a réussi à faire mouche, toutefois atteindre le niveau des meilleurs représentants du genre. Playstack a réussi à trouver un bon compromis entre une structure simplifiée et digeste, adaptée aux utilisateurs mobiles, et une remarquable exhaustivité en termes de possibilités de gestion et de construction, qui se dévoilent progressivement au d'une campagne particulièrement bien construite.

La situation est toujours la même : dans le rôle d'un maire nouvellement élu, nous nous retrouvons à devoir nous occuper personnellement de ce dont une ville a besoin, de la construction des bâtiments à la gestion du travail, de l'éducation, des divertissements, de la circulation et de tous les aspects majeurs de la vie des citoyens. C'est un chaudron d'activités qui sont évidemment en dehors des fonctions réelles d'un premier citoyen, mais qui fournissent une simulation complète de tout ce qui entre dans le bon fonctionnement d'une ville.

Il y a beaucoup plus de gestion que de créativité constructive en fait, en particulier dans les… Campagne qui fixe des objectifs progressifs continus, nous canalisant sur un chemin de découverte et d'apprentissage de chaque aspect du , mais la partie la plus addictive de Cityscapes : Sim Builder est en fait le fait que vous essayez constamment de répondre aux demandes des citoyens et de voir votre ville grandir et prospérer, en maintenant un excellent tissu social grâce à une grande attention portée aux services et aux besoins des habitants. Dit comme ça, ça n'a pas l'air très amusant, mais le jeu parvient à mettre même ces corvées fastidieuses dans une perspective vraiment colorée, en proposant de nouveaux objectifs à un rythme régulier.

Lire aussi :  AOC AG275QZ : Examen d'un moniteur de jeu à rafraîchissement ultra-élevé

Au-delà des premières étapes de construction plutôt basiques, comprenant les rues, les quartiers résidentiels et les grandes structures, Cityscapes : Sim Builder s'ouvre à un certain nombre d'options et d'éléments de gameplay plutôt surprenants pour un jeu mobile. Remarquable, par exemple, est l'accent mis sur le sujet. de la durabilité.qui nous oblige à prendre en compte de nombreux aspects complexes de l'organisation de la ville, en termes d'utilisation des ressources, de consommation d'énergie et de gestion des déchets. Cependant, la construction et la gestion adéquates de la ville incluent également une attention au bien-être général de ses citoyens, qui prend en compte de nombreux autres éléments, notamment la circulation, l'air sain et la possibilité de satisfaire ses propres aspirations, autant d'éléments que les habitants peuvent directement présenter par le biais de messages lisibles par les joueurs.

La ville et ses besoins

CityScapes : Sim Builder, une capture d'écran du jeu en cours de construction.

CityScapes : Sim Builder, une capture d'écran du jeu en cours de construction

Nous sommes loin de la profondeur et de l'étendue de Cities : Skylines, qui est actuellement l'état de l'art dans ce type de jeu sur PC et consoles, mais Cityscapes : Sim Builder est probablement le point de rencontre le plus juste entre le city builder et le jeu mobile. Le fait qu'il ait été distribué par Apple Arcadeévite cependant les dérives free-to-play qui auraient pu facilement émerger à travers un modèle économique plus standard, avec quelques traces visibles dans le ” city pass ” avec des objectifs progressifs à débloquer quotidiennement ou hebdomadairement et une omniprésence de la monnaie du jeu pour les achats. Heureusement, l'introduction du jeu au catalogue d'abonnements d'Apple a fait de ces éléments une partie intégrante de la progression au sens classique, formant une campagne solo organique et bien structurée qui mène naturellement à la découverte de divers aspects de la construction et de la gestion. Le problème est qu'il n'est pas toujours évident de savoir ce que l'on doit faire et comment le faire : bien que Cityscapes tente de guider le joueur de manière assez rigide, dans certains cas, les mécanismes de gameplay ne sont pas exactement immédiats, en raison également d'une interface simplifiée au point d'être quelque peu hermétique.

Lire aussi :  Nothing Ear (2), la revue des écouteurs sans fil qui améliorent tout

Il y a aussi quelques petites incohérences, comme le fait que les citoyens ont tendance à faire des demandes qui ne correspondent pas encore aux possibilités de construction débloquées par le joueur, mais ce sont de petites choses qui se corrigent en quelques minutes de jeu. Le système de contrôle est conçu pour être utilisé avec l'écran tactile et l'interface parvient à transmettre les informations nécessaires en quelques mots et symboles, même si dans certains cas, comme nous l'avons dit, elle a tendance à aller un peu trop loin dans la synthèse.

CityScapes : Sim Builder nous présente le jeu à travers des objectifs et des conseils.

CityScapes : Sim Builder nous présente le jeu à travers des objectifs et des astuces

Le système de glissement et de déplacement est également un peu déroutant, les commandes sur ce front ayant parfois tendance à se chevaucher lorsqu'on essaie de positionner plus précisément une structure particulière, mais ce sont des inconvénients tout à fait compréhensibles pour un titre aussi stratifié, développé pour être apprécié en utilisant pratiquement un doigt. Les des graphismes simples et gagne proprement en clarté, notamment sur les écrans particulièrement petits, même s'il manque un peu du souci du détail qui caractérise les autres titres du genre, laissant ici peu de place à la contemplation esthétique de sa ville.