Accueil Xbox one Grim Guardians : Demon Purge, la critique

Grim Guardians : Demon Purge, la critique

63
0


La critique de : Demon explique ce que les lycéennes, les mitrailleuses et les démons mortels ont en commun.

Critique de Grim Guardians : Demon Purge, le jeu d'action et de plateformes inspiré de Castlevania.

Ces dernières années, les Inti Creates a prouvé à maintes reprises qu'elle connaissait son sujet lorsqu'il s'agissait de plateformes d'action en deux dimensions. Il suffit de mentionner, parmi les exemples possibles, les deux Bloodstained : Curse of the Moon, ont également réussi à reproduire presque parfaitement les atmosphères sombres et cette touche rétro inimitable de l'ère 8 bits des premiers Castlevania. Cette comparaison est d'ailleurs particulièrement utile ici, car Grim Guardians : Demon Purge, bien qu'il s'éloigne de la pure philosophie metroidvania, conserve des points communs considérables avec tous les titres susmentionnés.

Mais tu sais, chaque auteur ne peut pas s'empêcher de se citer lui-même. Et il est donc possible de reconnaître immédiatement les visages des personnages sur la couverture de Grim Guardians : Demon Purge, du moins pour ceux qui connaissent un peu les principales productions d'Inti Creates. En fait, le produit en question est aussi un spin-off de la série Gal*Gun : Double Peace, dont il n'hérite que des protagonistes. Le résultat est un héritier spirituel de Bloodstained : Curse of the Moon 2, mais avec un récit plus léger et un système de combat beaucoup plus original. Comme tu le verras dans le Critique de Grim Guardians : Demon Purge, le n'est “potentiellement dangereux” qu'en apparence, car en fait, il transmet expérience qui n'est pas excellente, mais certainement équilibrée et agréable.

Trace : “quel beau château…”

Les niveaux de Grim Guardians : Demon Purge ne sont pas entièrement dénudés, mais ils ne sont pas non plus riches.

Les niveaux de Grim Guardians : Demon Purge ne sont pas entièrement dénudés, mais ils ne sont pas non plus très riches.

Les jeunes filles dominent les intrigue de Grim Guardians : Demon Purge : c'est le poids de l'héritage de la série Gal*Gun, avec plusieurs de ses personnages ressuscités. Ils ne sont pas tous humains. Kurona, par exemple, est un petit démon à part entière ; après avoir découvert l'existence d'un miroir magique très suspect, elle découvre qu'il est possible de fusionner le monde humain avec le monde démoniaque. Il n'y a aucun précédent pour une telle opération, manifestement très dangereuse : par le passé, les démons se sont limités à de petites invasions localisées, étant toujours repoussés.

Le protagonistes, Shinobu et Maya Kamizono, se retrouvent ainsi catapultés dans le royaume du mal : heureusement, elles sont aussi d'habiles chasseuses de démons, une profession particulièrement utile dans une telle situation. Sans se poser trop de questions, la véritable ascension commence – étage par étage – vers le château dans lequel Kurona s'est retranchée, après avoir dispersé partout des gardes et des subordonnés plus ou moins dangereux.

Les protagonistes de Grim Guardians : Demon Purge

Les protagonistes de Gardiens de l'enfer : Purge démoniaque

L'aventure principalequi peut être terminée en quelques heures, consiste à atteindre le dernier étage du château et à vaincre Kurona, en sauvant autant d'écolières que possible en chemin. Mais en réalité, aucune des propositions secondaires n'est vraiment fondamentale : surtout en optant pour la difficulté “casual” (que te déconseillons, car elle est dépourvue de toute forme de défi), tu pourras tirer et trancher tous les ennemis sur ton chemin sans aucun problème, réduisant ainsi l'offre au minimum. Il est donc conseillé d'opter pour le style ‘vétéran' dès le début. Il se peut que tu rencontres quelques -overs au début, mais même la présence de vies limitées ne pourra pas t'arrêter une fois que tu auras découvert le potentiel du gameplay (ainsi que la présence de beaucoup plus de vies et de boosts de santé après les premiers boss).

Lire aussi :  Route 96 : Mile 0, le prouvé

Gameplay : l'échange qui te passe sous le nez

Deux protagonistes, deux styles de jeu différents (et il y a la coopérative locale).

Deux protagonistes, deux styles de jeu différents (et il y a une coopérative locale).

L'élément le plus original et le plus intéressant de Grim Guardians : Demon Purge ne réside évidemment pas dans son héritage spirituel par rapport à Castelvania et Bloodstained, mais dans les mécanismes de base liés aux protagonistes. Chaque aspect de la conception des niveaux et de la progression ne fait que décourager l'utilisation prolongée et exclusive d'un seul de Shinobu et Maya : au lieu de cela, pour progresser, tu dois les échanger continuellementau moyen de la gâchette droite (ZR sur Nintendo Switch).

Chacun d'entre eux possède des armes spéciales et un style de combat unique. Shinobu utilise un pistolet anti-démon, qu'elle peut ensuite utiliser à distance, ainsi qu'en sautant ; Maya est spécialisée dans le combat à l'épée, car elle ne porte pas cette faux géante juste pour le style. Les armes secondaires varient également (initialement une par protagoniste, plus tard étendue) : Shinobu peut attaquer en diagonale, même à des points très élevés, grâce à des couteaux de lancer ; Maya, elle, invoque trois sprites défensifs pendant un court moment, utiles à la fois pour parer les coups des ennemis et pour leur infliger des dégâts.

Chaque zone du jeu fait tout son possible pour encourager l'échange constant et abrupt entre Shinobu et Maya : seule la dernière des deux peut s'accroupir pour entrer dans certaines crevasses ; seule la première peut frapper un ennemi ou un récipient sur une plateforme éloignée à une si grande distance ; et puis, en général, certains monstres subissent plus de dégâts de la part de l'une ou l'autre des sœurs. Mais la mort est toujours au coin de la rue, aussi parce que les deux ont leur propre barre de santé (celle de Maya est réduite). Si une sœur tombe au combat, le jeu reprend avec l'autre à partir du dernier point de contrôle activé : il sera possible de courir jusqu'au point de redémarrage et de tenter de ranimer la compagne. Évidemment, c'est plus facile à dire qu'à faire, car tous les ennemis présents convergeront vers ta position, et avec la mort des deux sœurs, tu perds inévitablement une de tes vies disponibles.

Progression et limites

Parmi les boss de Grim Guardians : Demon Purge, nous trouvons aussi une belle grosse chauve-souris.

Parmi les boss de Grim Guardians : Demon Purge, nous trouvons aussi une belle grande chauve-souris.

La progression de Grim Guardians : Demon Purge est satisfaisante et amusante, mais pas sans défauts. Au moins jusqu'au boss du deuxième niveau, par exemple, il est indéniable que l'on progresse par essais et erreurs : on ne sait pas toujours quelle arme inflige le plus de dégâts à un ennemi spécifique, ni comment alterner judicieusement entre les deux pour avancer de plateforme en plateforme. Se perdre, heureusement (ou malheureux, noteront les puristes de Castlevania) est pratiquement impossible, grâce à la présence d'une boussole à l'écran qui indiquera toujours la direction à suivre pour atteindre le boss, et donc aussi la fin du niveau spécifique.

Lire aussi :  L'héritage de Poudlard, entretien avec Troy Johnson

Aussi le Système d'amélioration ne semble pas exceptionnel. Les protagonistes ne peuvent pas monter de niveau, mais les retours en arrière encouragent la récupération de toute une série d'améliorations (améliorations de santé et d'armes) qui rendent la progression beaucoup plus facile. En dehors de ces objets, cependant, il n'y a pas vraiment de raison de retourner explorer les zones précédentes, surtout si l'on considère que les niveaux sont graphiquement inspirés, mais aussi assez dépouillés et – dans une même zone – extrêmement répétitifs. Grim Guardians : Demon Purge, tout en offrant une dose suffisante de tacticisme dans certaines sections, semble en fait ne demander “que” trois choses au joueur : apprendre immédiatement comment alterner entre Shinobu et Maya ; profiter de l'alternance pour arriver sans douleur jusqu'au boss ; et anéantir le monstre géant de service.

Plateformes, action et atmosphère efficace : le résumé de Grim Guardians : Demon Purge

Plateformes, action et atmosphère efficace : un résumé de Grim Guardians : Demon Purge

La courbe d'apprentissage voit donc une montée en puissance notable au cours de la première heure de jeu, pour s'arrêter une fois que tu as compris comment tirer le meilleur parti des armes fournies aux deux filles. Il faut aussi dire qu'au final, il s'agissait manifestement des objectifs des développeurs, sans aucune prétention à une profondeur excessive, notamment au niveau du contenu. Un grand soin a toutefois été apporté aux combats de boss à la fin du niveau, qui sont très bien soignés, alternent en plusieurs étapes et sont visuellement mémorables.

Commentaire

Version de l'en-tête Nintendo Switch

Livraison numérique

Vapeur,

PlayStation Store,

Store,

Nintendo eShop

Prix
23,99

Grim Guardians : Demon Purge est l'héritier spirituel de Bloodstained : Curse of the Moon 2 : un bon platformer d'action en 2D aux graphismes rétro, avec des personnages et un contexte tirés directement de la série Gal*Gun. Il est également bon de rappeler ce qu'il “n'est pas”, à savoir un metroidvania : il n'y a aucune exploration digne de ce nom et les rythmes sont davantage conçus sur des courses effrénées entre les ennemis à faucher que sur l'étude des environnements, des monstres et des situations. Le charme des décors est indéniable, tout comme l'efficacité du gameplay basé sur l'échange constant entre les protagonistes équipés d'armes, de styles et de mouvements différents ; cependant, vers la fin de l'aventure, chacun sera devenu si puissant qu'il pourra presque se passer de la présence de l'autre. Sans parler du mode multijoueur local – une présence inattendue et très divertissante – qui dénature pourtant complètement la philosophie sous-jacente. Au-delà des limitations soulignées, tout le reste fonctionne bien ; et de toute façon, les fans du genre adoreront toujours Grim Guardians : Demon Purge.

PRO

  • Des protagonistes qui alternent constamment : une mécanique intéressante et efficace
  • Direction artistique globalement satisfaisante
  • La coopérative locale renouvelle son offre

CONTRE

  • Très court
  • Backtracking non exceptionnel
  • Impossible de mettre en sourdine le bavardage et les commentaires constants des deux filles.

Article précédentLa bande-annonce de présentation mise à jour montre des jeux Game Boy – Multiplayer.co.uk
Article suivantCuphead remporte le prix de la meilleure animation dans les jeux vidéo – Multiplayer.com