Accueil Xbox one Contra : Operation Galuga, le retour aux origines de la saga de...

Contra : Operation Galuga, le retour aux origines de la saga de Konami

55
0


l'imaginaire collectif, ne fait guère partie de ce petit groupe de productions comptabilisées lors de l'énumération des pères fondateurs de notre loisir favori. Malgré son heure de gloire, notamment au début des années 1990, la série de Konami n'a jamais vraiment atteint la renommée mondiale à laquelle elle semblait destinée lors de ses débuts en 1987 dans salles d'arcade.

Le changement de nom nécessaire pour contourner certaines lois de censure en Europe et un certain manque d'intérêt de la part de l'éditeur japonais pour garantir un minimum de qualité, notamment dans les les plus récents (Contra : Rogue Ops ne nous avait pas particulièrement enthousiasmés à l'époque) ont contribué à mortifier progressivement l'élan de la série. Aujourd'hui , seuls les nostalgiques ou les vrais fans de de tir à défilement connaissent Contra et son héritage..

Ainsi, l'épisode désastreux de 2019, la reconquête des grands classiques par Konami enregistre une nouvelle expansion. Non seulement Silent Hill 2 et Metal Gear Solid 3, mais aussi l'origine de l'épopée mettant en scène Bill Rizer et Lance Bean. Contra : Galugacomme les fans inconditionnels l'auront déjà deviné d'après le titre, représente un lourd et profond défi pour l'avenir. de son géniteur, un titre qui se veut nostalgique sans exclure aucun nouveau .

Grâce à la démo disponible depuis quelques jours, nous avons pu nous faire une bonne idée de ce jeu de tir en deux dimensions qui fera ses débuts prochainement 12 mars sur PC, PlayStation, Xbox et Switch.. Un jeu qui vise à offrir une expérience directe et épurée, dépourvue de toute fioriture.

En partie remake, en partie remastérisé

Différent et pourtant similaire. Le niveau proposé dans la démo de Contra : Operation Galuga ressemble beaucoup aux premiers niveaux du géniteur de la saga
Différent et pourtant similaire. Le niveau é dans la démo de Contra : Operation Galuga ressemble beaucoup aux premiers niveaux du géniteur de la saga

Contra : Operation Galuga, comme nous l'avons déjà mentionné, est un jeu de tir en deux dimensions extrêmement classique dans son cadre général. Vous tirez, vous sautez, vous évitez les balles ennemies, vous récupérez des bonus pour tenter d'atteindre la fin du niveau qui, comme le veut la tradition, est anticipée par un combat contre un boss qui a tendance à être de taille colossale. D'après ce que nous avons pu voir grâce à la démo du jeu, Konami ne semble pas intéressé par un rafraîchissement de la formule ludique, dans le plus grand respect du géniteur de la saga auquel il se réfère.

Après avoir démarré le mode histoire, Bill et Lance, à bord d'un hélicoptère et déjà lancés vers la zone de guerre, sont mis au courant du plan de la mission par leur supérieur. Six mois après la mystérieuse pluie de météorites qui s'est abattue sur les îles Galuga, les protagonistes se retrouvent à combattre la cellule terroriste des Faucons rouges, qui est désormais devenue une menace pour le monde entier. Il appartiendra au duo de frapper, au son des tirs de mitrailleuses et des rayons laser, les fondements de l'organisation qui ne s'est pas installée par hasard sur l'archipel.

Lire aussi :  Octopath Traveler 2, interview des développeurs d'Acquire
Dans Contra : Operation Galuga, les dialogues ne manquent pas non plus pendant les batailles
Dans Contra : Operation Galuga, les dialogues ne manquent pas non plus pendant les batailles.

Le postulat, première et évidente nouveauté par rapport à l'original, est développé à travers un court métrage et une poignée de dialogues doublés en anglais. Ceux qui ont une bonne mémoire n'auront pas de mal à se rappeler comment la saga, en 1987, reposait sur le même et identique prologue. Et exactement comme il y a plus de trente-cinq ans, on ne tarde pas à se retrouver à brandir une mitrailleuse lourde, prête à éliminer tout ce qui bouge à l'écran.

Avant de se lancer dans la mêlée, Contra : Operation Galuga présente deux écrans supplémentaires. Le premier va dans le sens d'un élargissement du public potentiel de la production Konami. En plus du sélecteur de difficulté, qui influence principalement la cadence de tir et la visée des adversaires, on peut opter pour une barre de santé, qui se vide progressivement à chaque coup encaissé, ou pour une mort instantanée dès que l'on subit des dégâts. Deuxièmement, on nous demande de choisir deux bonus passifs. avec lesquels tu peux personnaliser le personnage sélectionné. De l'invulnérabilité lors des tirs, à une barre de santé plus généreuse, la liste n'est pas très étendue, mais permet de conférer une valeur stratégique vague, ténue et minimale à la sortie.

Les scènes d'interlude de Contra : Operation Galuga nous permettent d'apprécier l'excellent design des personnages
Les scènes interludes de Contra : Operation Galuga nous permettent d'apprécier l'excellent character design des personnages

Ces préliminaires effectués, nous nous sommes retrouvés dans le seul niveau disponible dans la démo, qui est une sorte de croisement entre la première et la troisième étape du Contra original. Vous commencez par longer la rivière, en sautant de plateforme en plateforme lorsque vous affrontez les premiers ennemis. Plus tard, vous grimpez sur les rochers qui abritent une cascade, au milieu de sauts plus complexes, de rochers à éviter et d'ennemis qui lancent des bombes alors qu'ils dépassent de l'eau en chute libre.

Le système de contrôle est dépouillé et limité à l'os, comme il se doit. Tu sautes et tu tires, bien sûr. Un bouton active l'esquive, qui est également utile pour augmenter la distance parcourue en vol. Avec les dorsales, tu alternes entre les deux armes que tu peux équiper, y compris les fusils à pompe, les rayons laser et les missiles autoguidés. Avec les gâchettes, tu verrouilles ton alter ego sur place et tu contrôles les tirs dans toutes les directions. Le rythme est celui, classique, des anciens chapitres de la série : suffisamment élevé pour ne pas se laisser distraire, mais pas si frénétique que l'esquive devienne uniquement une question de réflexes et non de positionnement correct sur l'écran.

Lire aussi :  Les meilleurs chapitres à jouer après Final Fantasy 16
Lance-flammes, fusil à pompe, lance-roquettes, pistolet laser, même l'arsenal de Contra : Operation Galuga est plutôt classique
Lance-flammes, fusil à pompe, lance-roquettes, pistolet laser, même l'arsenal de Contra : Operation Galuga est plutôt classique

En tant que vétérans, le level design ne nous a pas paru particulièrement complexe ou surprenant. La disposition des ennemis est prévisible, les plateformes respectent des schémas largement connus et une linéarité absolue règne. Nous n'attendions rien de plus, bien sûr, mais cette démo ne nous a certainement pas déroutés avec des gadgets particuliers.

Même les deux boss que nous avons affrontés n'allaient pas beaucoup plus loin que la récupération de situations déjà vues, convenablement revitalisées et mélangées. Tout d'abord, nous devions abattre une base automotrice en frappant différents points sensibles, en évitant les bombes et les balles qui explosaient de toutes parts. Ensuite, nous devions abattre un extraterrestre géant ressemblant à un papillon de nuit, en esquivant les coups de queue et en lui tirant dans les bras et la tête. Si en difficulté normale, il n'était pas si compliqué de venir à bout de cet ennemi, entre flammes, acide et attaques physiques, nous avons mis à profit nos vies accumulées pour en venir à bout, signe que Contra : Operation Galuga donnera du fil à retordre même aux utilisateurs les plus aguerris.

Plus on est de fous, plus on rit, un théorème également valable dans Contra : Operation Galuga.
Plus on est de fous, plus on rit, un théorème également valable dans Contra : Operation Galuga.

En plus du mode histoire, qui pouvait également être apprécié avec un ami en local, la démo proposait également Arcade. Le niveau, et vraisemblablement aussi la campagne dans l'édition finale, était le même, mais l'action n'était anticipée par aucune séquence et le nombre de joueurs pouvant prendre part au jeu sera de quatre au maximum, signe que la production de Konami veut aussi se concentrer sur le multijoueur. Un rapide test en ce sens, a évidemment confirmé qu'à plusieurs, ça devient encore plus fun, chaotique, engageant.

Contra : Operation Galuga n'a pas l'intention de réécrire les règles des jeux de tir à défilement en deux dimensions. Fidèle à son statut de remake du géniteur de la saga, il réinterprète, élargit et modifie, mais sans révolutionner ni déformer. L'inclusion du volet narratif est certes une nouveauté appréciable, mais facultative pour ceux qui préfèrent s'attaquer au mode arcade. Le sélecteur de difficulté et la possibilité d'utiliser des bonus passifs élargissent le public cible potentiel et ajoutent un peu plus de profondeur à l'ensemble. Le level design, le système de contrôle et le rythme, dans leur respect absolu de la tradition, parviennent à créer les bonnes conditions pour que l'attention de l'utilisateur ne soit jamais perdue. Les graphismes sont agréables à l'œil, la musique et les effets sonores sont rétro avec goût, et tirer et éviter les balles est aussi amusant aujourd'hui qu'à l'époque. Ce n'est toutefois que dans quelques jours que nous saurons si, en plus de l'opération nostalgie, Konami aura donné forme et vie à un jeu aux ambitions plus larges.