Home Essais Jet Dragon, la critique – Multiplayer.fr

Jet Dragon, la critique – Multiplayer.fr

0
Jet Dragon, la critique – Multiplayer.fr


L'équipe de Grezzo nous propose un jeu de course bizarre avec des éléments de gestion, centré des dragons et des jockeys volants : découvrons-le dans la de .

Jet Dragon, un compte-rendu d'un jeu de course de gestion sur les dragons.

L'une des forces du programme Apple Arcade est de privilégier les productions japonaises sur iOS, ce qui a conduit à lancer plusieurs perles en exclusivité temporelle ou absolue sur ces plateformes, ou à des conversions sincèrement inespérées. À compte-rendu de Jet Dragon nous sommes face à un titre original de Brut, une équipe qui s'est fait connaître pour son travail sur des jeux d'une énorme importance tels que : Ocarina of Time 3D, Luigi's Mansion et le splendide remake de The of : Link's Awakening, mais dans ce cas, nous avons affaire à quelque chose de résolument et pourtant également lié à certaines traditions du marché japonais du jeu vidéo. Il s'agit d'un jeu hybride entre course et gestion qui peut paraître abscons au premier abord, mais qui s'inscrit dans une veine bien codifiée au Japon, généralement liée aux courses de chevaux.

Cela peut paraître étrange, mais celles-ci représentent une source d'inspiration incroyablement importante là-bas : des histoires fictives de la série Derby Stallion aux folies assorties telles que Japan World Cup ou Umamusume Pretty Derby, les courses de chevaux (et plus encore) sont un incontournable de la production vidéoludique japonaise. Nous avons déjà eu un témoignage sur Apple Arcade avec l'excellent Pocket Card Jockey : Ride On ! alors que dans ce cas, tout est transféré dans un contexte différent, avec des dragons à la place des équidés, mais en laissant certains éléments récurrents substantiellement inchangés.

Les parties relatives à courses se caractérisent par une interaction plutôt limitée, mais il faut considérer que Jet Dragon est avant tout un titre de gestion, axé principalement sur la construction et l'évolution de sa propre écurie.

C'est également un jeu doté d'une excellente présentation, entre graphiques Une 3D simple mais assez évocatrice, rappelant de près certains classiques comme Panzer Dragoon, et des greffes de 2D utilisées pour représenter les personnages lors des dialogues et de quelques scènes d'interlude vraiment bien réalisées, apportant une belle caractérisation à l'univers du jeu. L'histoire, plutôt simple, raconte l'histoire d'Eleanor, la fille d'un jockey légendaire qui se retrouve à reprendre l'écurie de son père après son décès et à essayer d'émerger dans le monde compétitif – et parfois carrément agressif – des courses de dragons.

Lire aussi :  Stellar Blade : avis sur l'exclusivité controversée de la PS5

Courses draconiques

Jet Dragon : les courses sont montrées de derrière le dragon, en 3D

Jet Dragon : les courses sont montrées de derrière le dragon, en 3D

Le gameplay est développé dans les deux phases que sont la course et la gestion de l'écurie, cette dernière apparaissant rapidement comme prédominante dans la structure. La partie course peut être presque désorientante par sa simplicité : comme souvent dans les jeux précités dédiés aux courses de chevaux, il s'agit essentiellement d'appuyer sur un bouton qui vous permet d'éperonner le dragon, effectuant ainsi une accélération momentanée mais devant soigneusement doser les sprints en fonction de la quantité d'endurance disponible, afin de ne pas trop fatiguer la créature. Au fur et à mesure que tu avances dans le jeu, que les dragons évoluent, tu débloques certaines capacités spéciales comme des turbo boosts ou des attaques de différents types qui te donnent des avantages supplémentaires, mais toujours avec la nécessité de doser l'énergie du dragon au cours de la course. Il n'y a pas d'indications à donner et la course est essentiellement automatisée, ce qui ne nous laisse que la tâche d'utiliser les jaillissements et les compétences de la meilleure façon possible tout en regardant la course presque comme des spectateurs.

Plus complexe et à multiples facettes est le gestion de l'écurie, qui évolue considérablement au fur et à mesure que nous progressons dans le jeu et qui ouvre d'autres possibilités de contrôle et de modification. Dans la base volante, nous passons le plus clair de notre temps à entraîner les dragons et les jockeys et à nous occuper des dialogues qui font avancer l'histoire. Les courses dépendent en grande partie des statistiques accumulées, c'est pourquoi la partie entraînement et investissement en ressources est cruciale pour l'issue de la course, ce qui fait de cette phase le véritable cœur du jeu.

Jet Dragon : la direction de l'écurie réserve un large espace aux dragons, bien sûr.

Jet Dragon : la gestion stable réserve une large place aux dragons, bien sûr.

Comme dans une sorte de managérialnotre tâche consiste à organiser la base en construisant des sections dédiées aux dragons, aux jockeys et aux autres éléments de soutien, à faire évoluer ces divisions en améliorant leur efficacité, à enrôler de nouveaux éléments à utiliser dans l'administration de la base ou à déployer dans les courses, et à mettre l'accent sur l'entraînement. Sur ce front aussi, il s'agit d'équilibrer la charge de travail avec l'endurance des sujets, d'investir l'argent à bon escient pour ne pas en manquer, et d'essayer de faire évoluer les dragons et les jockeys en fonction de leurs compétences respectives pour qu'ils puissent être utilisés à bon escient en fonction des caractéristiques des différentes pistes.

Lire aussi :  Phantom Brigade, la critique - Multiplayer.fr

Il ne s'agit pas d'un mécanisme particulièrement complexe et raffiné, puisqu'il est en grande partie résolu par l'augmentation linéaire de la. statistiques de chaque personnage et dragon grâce à un entraînement répété, mais la sélection du dragon et du cavalier à utiliser avant la course ajoute une couche de tactique. Ce choix est d'une importance capitale pour espérer remporter la victoire, car il existe différentes combinaisons qui peuvent améliorer les différents types de dragon et de “cavalier”, chacun étant adapté à certains types de course.

Conclusions

Version testée iPad, iPhone
1.0.1

Livraison numérique

App Store

Si l'on parvient à passer outre un premier impact plutôt négatif avec les courses proprement dites, compte tenu de l'interaction limitée, on découvre rapidement que Jet Dragon est une sorte de jeu de gestion avec des éléments managériaux, qui a le mérite d'offrir un cadre vraiment décalé. La tradition des courses de chevaux a déjà généré des variations bizarres parmi les productions japonaises, mais ce nouveau titre de Grezzo se distingue par une recherche esthétique remarquable, qui se traduit par des personnages et des décors très charmants. C'est précisément ce charme général, donné par la présence de dragons et de fantaisie aux accents orientaux, qui constitue l'élément distinctif susceptible d'attirer même ceux qui pourraient être moins intéressés par la gestion d'une écurie de course, bien que les mécanismes de jeu soient finalement les mêmes et aussi dans un sens assez rigide.

PRO

  • Une interprétation intéressante de “course de chevaux”.
  • Mécanismes de gestion assez profonds et à multiples facettes.
  • Cadre et esthétique fascinants

CONTRE

  • Le gameplay pendant les courses est plutôt faible
  • Intrinsèquement répétitif